lundi 26 mars 2007

Avec Dieudonné au Salon du Livre.


16h pétantes, Dieudonné Mbala Mbala déboule Porte de Versailles. Un contact me le signale. Coincé dans les embouteillages, j'ai l'impression que je vais rater quelque chose. Après une éternité, j'arrive à me garer en double file, aux environs de la Porte de la Plaine.



Après des années sans sport, je ne peux que me précipiter au pas de course. Essoufflé, j'arrive à l'entrée des professionnels, prend mon accréditation et fonce comme un débile au stand des éditions Demi-Lune.



Le regard un peu fuyant, la démarche martiale, l'air altier, l'humoriste arrive d'un pas décidé et s'installe sur son stand. De loin, j'observe, à la recherche d'un scoop, d'une fuite, d'un bruit de couloir à l'orée des murmures ambiants, relatifs à son "odyssée camerounaise" et à son "histoire" de Pygmées.

En ce début de printemps hivernal, l'homme est vêtu d'un gilet rembourré, sorte de doudoune sans manche, d'un gros pull-over noir, accompagné de ses fidèles lieutenants. Je me fais discret, le regard alerte, pour prendre la température de cette ambiance qui part sur les chapeaux de roues et dont, l'électricité dans l'air laisse présager...



La foule bigarrée se presse, la séance d'autographes et de dédicaces du DVD "Etat de guerre" du réalisateur Francesco Condemi dont il est acteur commence. C'est tout le monde qui se bouscule. Qui, pour lui serrer la main, qui, pour se faire dédicacer le DVD, qui, pour simplement se prendre en photo avec lui, qui, pour avoir un autographe. Je suis de ceux qui veulent faire des photos. avec Dieudonné, la magie passe toujours.


Dieudonné a quelque chose d'indéfinissable. Son aura vous transporte vers d'autres cieux. De visu, c'est impressionnant. Je me remémore cette jeune fille qui lui a demandé de parler sur la boîte vocale de son téléphone portable. Cette mère de famille et son gros bébé tout blond se prendre en photo, ou encore ce père de famille qui regretta de ne pas avoir d'appareil photo, secouru finalement par le téléphone cellulaire de son fils.



Sur les étagères, des livres à paraître de la collection Résistances. Une information filtre. Plus loin, José Bové, n'arrive pas à faire le plein comme Dieudonné. Je fonce dans les travées. Confirmation. En passant devant le stand du Cherche Midi, un foule nombreuse. Je me renseigne. Ils attendent tous Bayrou. Il est 17h et, le boss de l'UDF, se fait attendre. Plus loin, sur le stand libanais, j'aperçois le dandy jet-setter Omar Arfouch. Je prend congé de Dieudonné et de son staff. Demain sera un autre jour. Sacré Dieudonné !

13 commentaires:

Anonyme a dit…

AJM dit:
"Dieudonné a quelque chose d'indéfinissable. Son aura vous transporte vers d'autres cieux. De visu, c'est impressionnant."

C'est pas Dieudo, c'est le grand Gana...
Tu es sur que tu ne t'es pas fait ganaïsé?

Anonyme a dit…

Ouarf ! Quelle idolâtrie ! Tu le baises ou quoi ???

Je ne savais pas que Dieudo était écrivain...

Anonyme a dit…

bande de jaloux, vous êtes écoeurant!

Anonyme a dit…

Vive Dieudonné !

Anonyme a dit…

Je confirme, AJM a oublié de dire qu'il y avait autour de Dieudonné, une multitude de photographes.

Anonyme a dit…

Une "multitude", c'est à partir de combien ?

Anonyme a dit…

C'est plus Dieudonné, c'est Dieu tout court pout AJM !

Loïc a dit…

AJM ne peut plus dire la vérité parce que vous êtes habitués à la désinformation.

Il est interdit d'aimer Dieudo ?

C'est obligé d'aller dans le sens du vent?

Bravo AJM tu es honnête et impartial !

Anonyme a dit…

"Il est interdit d'aimer Dieudo ?"

Pas du tout, mais ici il ne s'agit pas de l'aimer mais de l'IDOLATRER. C'est un véritable culte de la personnalité, et c'est totalement ridicule.

Anonyme a dit…

Je préfère idolatrer DIEUDO et non ces inommables: AZNAR, BUSH, BLAIR, CLINTON, OLMERT, SHARON, SARKO.

Anonyme a dit…

Personnellement, je préfère n'idolâtrer personne !

Anonyme a dit…

Allez Dieudo!

Anonyme a dit…

Vive DIEUDO