samedi 17 mars 2007

Christophe Forcari ou l'exaltation du journalisme de salon.


l'inénarrable grappilleur du journal Libération, Christophe Forcari, s'est encore "surpassé" pour commettre l'un de ses meilleurs articles. Dans la force indéniable qui le caractérise, le très grand journaliste d'investigation, a creusé, fouillé, bêché, ne laissant aucune place où ses yeux ne passent et repassent, ses mains aussi. L'illustre s'est encore "décarcassé" en allant simplement sur le site PoliticoDieudo, avoir des informations éparses et pondre ensuite, une belle bouse sans intérêts.
Parcellaire et incohérent, l'article intitulé "Dieudonné vante les mérites de Jany Le Pen" révèle de plus en plus ce que des gens haineux et "dopés" par les préjugés peuvent faire. Pire, il ne cite même pas sa source ou celle de la photo. Du vrai journalisme de caniveau où, l'arrogance laisse la place à la vérité et au courage, que dis-je, à la "bravitude" d'un homme sincère, humaniste, juste et bon.



Dieudonné n'a pas le droit d'inviter un membre de la famille Le Pen et, il doit aussi contrôler le tee-shirt de Jany Le Pen, agrégé qu'il est, en littérature russe. Une farce ! C'est une famille chasse-gardée des médias ?


Lisez plutôt :

En déplacement au Cameroun avec l'épouse du du leader du Front national, Dieudonné a vanté sa «générosité» et son «dynamisme».
Par Christophe FORCARI
LIBERATION.FR : vendredi 16 mars 2007


Dieudonné ne quitte plus la famille Le Pen. Après sa visite, prétendument inopinée, à la fête Bleu-Blanc-Rouge du Front National en novembre dernier, après la poignée de mains échangée avec Le Pen, après le déplacement en masse des principaux responsables du parti d'extrême droite au spectacle du fantaisiste au Zénith de Paris en décembre, cette fois Dieudonné se retrouve au Cameroun en compagnie de Jany Le Pen, l'épouse du leader du FN, et de Jean-Michel Dubois, le responsable des grandes manifestations du parti.


Officiellement, ce déplacement avait pour but d'informer la communauté française résidant au Cameroun des grands axes du programme politique de Jean-Marie Le Pen pour l'Afrique et de réaliser quelques opérations humanitaires comme le don d'un minibus à une école primaire, ou encore la pose de la première pierre d'un pont offert par le conseiller régional frontiste de Rhône-Alpes, Jean-Pierre Barbier, chef d'entreprise à Douala.


Dernière étape de ce périple camerounais, l'épouse du président du Front National s'est ensuite rendue auprès d'une tribu de pygmées en compagnie de Dieudonné qui n'a pas manqué de saluer «sa générosité et son dynamisme». Selon Dieudonné, les pygmées ont été victimes d'un «véritable génocide».


Le 15 avril prochain, il compte faire venir en France sept pygmées pour «interpeller les candidats à l'élection présidentielle» sur leur sort.


Petit détail, jany Le Pen arbore un T-shirt avec les initiales du LPDR, le parti libéral démocrate de Russie de l'ultra-nationaliste Vladimir Jirinosvki.

24 commentaires:

Anonyme a dit…

ça devient ridicule. Ce mec ne sert à rien à Libé.

Anonyme a dit…

Dieudonné doit contrôler maintenant les fringues de madame Le Pen. Quelle hypocrisie!

C'est ça un journaliste ? Il est agrégé de lettres modernes russe?

Il me fait pitié!

king a dit…

Vive Dieudo !

Anonyme a dit…

Il n'auront pas ta peau Dieudo !Le chien aboie, la caravane passe.

AJM a dit…

Anonyme,
le 2e intervenant sur ce forum, j'ai pompé sur ton post pour faire un rajout en fin d'article où, il est exigé à Dieudo de parler le russe et de contrôler les fringues de madame Le Pen.

Merci pour l'inspiration !

Bon week-end !

Fred a dit…

Bravo Forcari !

Tu es le meilleur journaliste d'investigation et de connerie de France.

estelle a dit…

Ils vont tout inventer pour discréditer Dieudonné.

Anonyme a dit…

AJM,

Merci de démonter les escrocs comme ce mec qui n'arrête pas de chercher des poux dans la tête de Dieudonné.

Anonyme a dit…

Un vrai escroc ce journaliste !

zazaza a dit…

Coucou AJM,

Ce mec a été recruté par Libération pour cogner sur Dieudo. Il ne fait que ça depuis des années.

je le connais en plus ce type.Il est de Nantes comme moi.

Un breton pas solidaire qui sert la soupe et va du côté du vent.


Bon vent à tous!

Loïc a dit…

Il va se saborder tout seul ce mec de forcari. Soyons patient !

Mouss a dit…

Ce pauvre Forcari n'a pas honte de faire une tambouile hypocrite ? Je crois que des gens sans honneur commelui ont raté leur vocation.

Anonyme a dit…

article paru sur bellaciao
voir les commentaire ça ma scier le cul
anti dieudo a " fond la gamelle"

allez vas y dieudo tu les emmerdent (verbe emmerder)

oeil de bison

Jessica a dit…

Dieudonné a bien entendu le droit de jouer au touriste et de faire guili guili aux pygmés avec qui il veut.

La présence de l'épouse de Le Pen à ses côtés n'a quand même rien d'anodin, après les poignées de mains appuyées entre Dieudo et Le Pen, et la visite de l'état major du FN à son spectacle. Ce n'est plus de la courtoisie mais de la passion.
Tout observateur avisé a parfaitement le droit de trouver tout cela très inconvenant .
D'autant plus que Jany Le Pen arborait le tee-shirt de Vladimir Jirinovsky, nationaliste russe fort en gueule, adepte de la manière forte, et violamment antisémite déclaré. On lui doit aussi cette perle: "Comparé à Allende, Pinochet était un moindre mal pour le Chili."

Comme symbole à arborer sur sa poitrine, il y a mieux quand même ?

Tripleki a dit…

Ben ouais Jessica !

Tu peux arborer NIKE !

En gros ca veut dire "Je NIKE les enfants qui taffent dans les usines de Nike au Tiers monde, et mon fric va à l'axe americano-israelien, mmm c'est bon !".

Anonyme a dit…

dieudonné est vendu à l'extreme droite

Anonyme a dit…

Dieudonné réclame la grâce de Kémi Séba et voit Le Pen comme "le candidat des afro-européens, des africains, des gens d'outre-mer".
Entre Dieudonné et Kémi Séba, il y a des hauts et des bas. L'humoriste avait d'abord accepté de prêter son théâtre (La Main d'Or) à l'organisation noire radicale de Séba, la Tribu KA, pour les meetings de celle-ci. Mais, après avoir appris que ce groupe refusait l'entrée aux non-noirs, il indique par communiqué (1) le 13 avril 2005 qu'il ne "renouvellera pas de location auprès de ce groupe" si cela était avéré. Et pourtant, moins de trois mois plus tard, la Tribu KA tient à nouveau meeting à la Main d'Or (2), toujours en filtrant les entrées selon la couleur de peau ; ceux qu'on laisse entrer peuvent alors écouter des réflexions de Séba telles que "Hitler a pris conscience qu’il y a trop de gens, les juifs, qui occupent les postes importants, banquiers, et il n’est pas allé assez loin… et la Shoah est un détail de l’histoire, une virgule…" (3). En octobre 2005, Dieudonné organise une mobilisation anti-Fogiel, suite à l'affaire du sms sur l'odeur des Noirs. C'est ainsi que le 16 de ce mois, se retrouvent autour de Dieudonné des artistes comme Joby Valente, Stomy Bugsy, des membres du groupe de rap "La Brigade" (4) ; mais il y a aussi Kémi Séba, qui est même invité à la tribune. Dieudonné s'en justifie au micro des journalistes du Vrai Journal de Canal+ : "Je pense que la Tribu KA est moins dangereuse que SOS Racisme", traitant l'organisation antiraciste d'"officine sioniste" (5).

Le 28 mai 2006, après avoir cherché les week-end précédents à provoquer les membres des organisations sionistes extrémistes (Ligue de Défense Juive, Betar), Kémi Séba fait une démonstration de force, avec une quarantaine de membres de son organisation, dans la rue des Rosiers à Paris, connue pour être un quartier juif. Trois jours plus tard, le bureau de campagne de Dieudonné pour les présidentielles de 2007 clame la différence entre son candidat et la Tribu KA : "la Tribu Ka est une organisation ethniste et religieuse pronant un communautarisme exacerbé, à l’opposé du projet républicain défendu par Dieudonné" ; il rappelle opportunément le communiqué de Dieudonné d'avril 2005 : "Il faut aussi savoir que Dieudonné a refusé la location de sa salle de théâtre au parti Kémite devenu la Tribu Ka dès l’instant où il a appris qu’il était question de réserver l’entrée aux Noirs, dés le 13 avril 2005" (6), en omettant de préciser les rapprochements qui avaient eu lieu entre temps.

L'émotion suscitée par la descente de la Tribu KA rue des Rosiers est si grande que le gouvernement finit par dissoudre l'organisation le 26 juillet, en application de la loi du 10 janvier 1936 sur les groupes de combat et milices privées. Son leader se fait alors plus discret, quelques mois, le temps de créer un nouveau mouvement, Génération Kémi Séba (GKS). Le 8 février 2007, Séba et d'autres membres se rendent à Chartes pour rendre visite aux membres de l'antenne locale de GKS. À la sortie, les caméras sont là, les policiers aussi (la police devant maintenir l'ordre, il n'est pas surprenant qu'elle suive de près le chef d'une ligue dissoute). Séba, sachant qu'il est filmé, provoque les policiers et réplique lorsqu'ils lui demandant de se calmer : "Au nom de quoi, monsieur le policier sioniste ?" "Non, c'est vous qui commencez à bien faire". "Vous n'avez pas honte ? Vous vous couchez devant Cukiermann. Et vous croyez parler au nom de la République Française, quelle honte. Vous me donnez envie de gerber, je vous le dis simplement, franchement" (7) : cette dernière phrase lui vaut d'être embarqué par la police (ainsi que deux de ses amis), il sera condamné le lendemain en comparution immédiate à 5 mois de prison dont 2 ferme, pour "outrage sur personne dépositaire de l'autorité publique".

Les amis de l'activiste mettent rapidement un comité de soutien, qui organise une conférence de presse au Théâtre de la Main d'Or le 13 février. Comme prévu dans le communiqué (8), y sont présents le porte-parole et l'épouse de Kémi Séba, ainsi que Dieudonné. Ce dernier est non seulement là pour pour réclamer la libération de Séba, mais aussi pour réagir d'une part aux propos récents de Jacques Chirac dans le livre de Pierre Péan (9) fustigeant le fait qu'on ait volé la culture, les ressources, les matières premières, et aujourd'hui les cerveaux, de l'Afrique, et d'autre part à ceux de Jean-Marie Le Pen "Très peu de gens savent que la Martinique appartient encore, foncièrement, en parlant du foncier, pratiquement totalement aux Békés. Personne ne sait cela. En 200 ans, depuis la révolution, cela n’a subi aucun changement." (10). Il faut rappeler que Le Pen fut longtemps le principal adversaire politique de Dieudonné ; mais les ennemis d'hier semblent aujourd'hui se rapprocher de plus en plus, l'un des moments les plus forts de leur réconciliation étant leur poignée de main lors de la visite de l'humoriste à la fête "Bleu Blanc Rouge" du Front National le 11 novembre 2006.

Dieudonné semble très reconnaissant envers les deux hommes pour leurs déclarations, l'un à propos des Africains, l'autre à propos des Martiniquais. Au début de son intervention, il dit plusieurs fois l'importance qu'ont pour lui les mots de Le Pen contre le système béké (11) : "La question noire aura un rôle prioritaire dans ces élections présidentielles. On le sent, avec la déclaration de Jean-Marie Le Pen" ; "il n'y a que deux candidats (ndlr: Le Pen et Chirac) aujourd'hui sur l'échiquier qui abordent les véritables questions de manière frontale" ; "C'est une véritable question qu'a posée Jean-Marie Le Pen, j'espère que tous les autres candidats vont avoir à se positionner sur cette question fondamentale".

Dieudonné revient ensuite sur Kémi Séba, qu'il juge victime d'une volonté politique. Selon l'humoriste, l'intérêt de Sarkozy serait "de faire monter la pression dans les banlieues, que ça explose" pour qu'aient lieu de nouvelles émeutes, supposées être un avantage pour le candidat ; l'arrestation de Séba "pourrait être un élément déclencheur" de tels événements et aurait été réalisée dans ce but, d'après Dieudonné. Il va jusqu'à parler de "l'émotion vive qu'a créé cette arrestation" pour appeler Jacques Chirac à user de la grâce présidentielle au profit du leader kémite. Mais c'est pour mieux revenir au patron du FN, en lui prêtant des qualités jusqu'alors inconnues : "J'aimerais que Jean-Marie Le Pen, aussi, se prononce. Parce que Jean-Marie Le Pen, aujourd'hui, en dénonçant le système béké, se positionne très clairement comme le candidat des afro-européens, des africains, des gens d'outre-mer".

Sur les 8 minutes que dure son intervention, Dieudonné parle peu de Kemi Seba : la question noire lui sert en fait de prétexte pour développer ses vues politiques. Quelles sont ces vues ? Il décrit une "large périphérie qui commence à vouloir s'en prendre au centre" et, lui qu'on suppose être d'extrême-gauche à l'origine, évoque une union "de l'extrême-droite à l'extrême-gauche, des Blancs, des Noirs, des Arabes, des Chinois, des gens qui sont dans l'armée, des gens qui sont dans des hôpitaux, des gens qui sont partout, qui sont en train de se rassembler simplement, pour casser un système, un royaume, un petit palais fortifié" : on sent avec ces mots poindre le début d'une alliance anti-système avec le candidat d'extrême-droite.

Il revient ensuite sur la question noire ("ce n'est pas rentrer dans une compétition victimaire, nous sommes hors-compétition, par la durée -ça a duré 400 ans- et par le nombre de personnes touchées -plusieurs centaines de millions-, et ça continue"), mais c'est encore une fois pour mieux rendre hommage à Jean-Marie Le Pen qui "met le doigt aujourd'hui sur une plaie extrêment douloureuse" : Dieudonné pense carrément que le leader frontiste "rentre dans l'histoire des Antilles en mettant le doigt sur cette question-là". Pour lui, les déclarations de Le Pen et de Chirac, "ce sont des gens qui ont entre 75 et 80 ans et qui finalement, au moment où ils vont quitter la scène politique, et bien ils ont besoin de dire des vérités, important, et de rentrer dans l'histoire, parce que le rêve de chaque homme, c'est de rentrer dans l'histoire". Il insiste : "Jean-Marie Le Pen est en train de rentrer dans l'histoire, en tout cas des Antilles" tout comme "Jacques Chirac est en train de rentrer dans le cœur de tous les Africains". Cette dernière flatterie est destinée à ramener Dieudonné sur le sujet de la grâce du leader de l'ex-Tribu KA : il demande donc à Jacques Chirac, après un nouveau compliment, "d'offrir sa grâce présidentielle à Kémi Séba, qui n'est autre que la voix de la souffrance".

Un candidat d'extrême-droite, condamné pour avoir déclaré le 30 août 1996 (lors de l'Université d'été de son parti) croire à l'inégalité des races (12), condamné pour s'être vautré dans le cliché raciste à propos des origines africaines d'un de ses opposants -le 2 août 1996, lors d'une conférence de presse, il compara Fodé Sylla, le président de SOS Racisme à l'époque, à un "gros zébu fou" (13)-, vu désormais comme le candidat des Noirs, grâce à une simple phrase sur la Martinique. Un activiste ouvertement antisémite considéré comme "voix de la souffrance". Le pire, c'est que ces propos de Dieudonné semblent ne même plus être de la provocation.

Vincent Archer

1- http://lesogres.org/article.php3?id_article=334 2- http://www.menaibuc.com/breve.php3?id_breve=85 3- http://www.collectifdom.com/article.php3?id_article=643 4- http://lesogres.org/article.php3?id_article=881 5- "Le Vrai Journal", 30 octobre 2005, Canal+ : http://www.dailymotion.com/video/xlr6m_tribu-ka-le-vrai-journal 6- http://www.dieudo.net/2007/article.php3?id_article=190 7- Reportage de France3 Centre, vendredi 9 février 2007 : http://www.youtube.com/watch?v=B_F-UjSDH94 ; voir aussi http://www.dailymotion.com/video/x16gwb_interpellationdekemi8seba 8- http://labanlieuesexprime.org/article.php3?id_article=1659 9- Pierre Péan, "L'Inconnu de l'Élysée" (Fayard) 10- Dans l'émission "Chez F.O.G." sur France5, le 10 février 2007 : http://www.dailymotion.com/video/x18gok_le-pen-et-son-coup-de-coeur 11- http://www.dailymotion.com/video/x18958_conference-soutien-a-kemi-seba-2 12- http://www.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=notice&from=fulltext&full=%26quot%3BFN%2Ffin+universit%E9+%E9t%E9%26quot%3B&num_notice=1&total_notices=1 13- http://www.ina.fr/archivespourtous/index.php?vue=notice&from=fulltext&full=%26quot%3BTout+images+%3A+Carpentras+profanation%26quot%3B&num_notice=1&total_notices=1

YAMELA a dit…

Selon ces JOURNALEUX si on s'appelle le pen on est pas humain.

Ils sont vraiment à plaindre et surtout je me demande qui sort encore ses 2 sous pour lire ce genre de torchons, même pour se torcher avec il faut faire attention car tellement le contenu est INFECT.

Il peuvent continuer à criailler comme d'habitude, on y est habitué, les chiens aboient la caravane passe.

Ils couleront bientôt tous ces journaux torchons ce n'est plus qu'une question de temps pour ne plus les subir dans la société.

Anonyme a dit…

Vincent Archer joue maintenant les anonymes après la défaite subie face à AJM.

Trop drôle !

Anonyme a dit…

pour l'histoire du Tshirt, on ne demande pas a Dieudonné d'apprendre le russe, mais simplement d'assumer totalement avec qui il se compromet.. .

Anonyme a dit…

Et les médias ne se compromettent pas lorsqu'ils invitent les Le Pen ?

Vous me faites gerber avec votre hypocrisie.

Anonyme a dit…

Chers amis fréquentant le blog d'AJM,

Si vous aviez connu LIBE des années "70" et accessoirement des années "80"...

Si vous avez connu un BOUGUEREAU comme Directeur de rédaction, secondant Serge JULLY, vous vomirez en lisant la LIBE des année "90" jusqu'à nos jours.

C'est drôle, moi quand je ne lis plus un canard,il ne tarde pas à avoir de problème d'image et forcément financier.

Depuis l'irruption de l'économie financière, l'économie casino, un canard comme LIBE qui était lu par une classe moyenne intellectuelle ne pouvait plus retenir celle-ci, avec un JULLY qui commençait à se comporter en grand patron "LIBERAL" sans en avoir la nature intellectuelle d'origine.

JULLY vivait certainement dans des contraductions pénibles qui ont fini par le mettre hors de son journal.

Et je ne pense pas que LIBE récupérera facilement ses anciens lecteurs, souvent
soixante-huitards, post-soixante-huitards et "babyboomeurs".

Sachez que LIBERATION a comme co-fondateur Jean-Paul SARTRE.

Anonyme SANS VOIX

EMA a dit…

Eh oui c'est la vie, allez encore un petit effort; c'est quand qu'il vend ces enfants à Le Pen...
MDR

Victor a dit…

Je pense qu'aucun d'entre nous n'est bien placé pour critiquer. Même si vous n'êtes pas d'accord, vous n'avez nul le droit de dire des insanités pareilles !