lundi 25 juin 2007

LA VERITE POUR LAMINE DIENG !

PHOTO: Olivier Laban-Mattei/AFP
Plusieurs centaines de personnes ont défilé en silence dimanche après-midi dans le XXe arrondissement de Paris pour exiger que toute la lumière soit faite sur les circonstances de la mort, le 17 juin, d'un jeune homme alors que la police était présente.

Partis de la rue des Amandiers (XXe) où résidait Lamine Dieng, 25 ans, les manifestants, au premier rang desquels la famille du jeune homme, ont cheminé jusqu'à l'hôtel de la rue de la Bidassoa (XXe) devant lequel le jeune homme est décédé. Ils portaient une banderole sur laquelle on pouvait lire: "pour Lamine, mort entre les mains de la police".

Le 17 juin, vers 04H00 du matin, la police avait été appelée pour un différend entre le jeune homme et sa compagne, dans une chambre de cet hôtel, situé non loin de son domicile.
Les policiers ont déclaré avoir découvert à leur arrivée le jeune homme en état de démence dans la rue, avant qu'il ne soit victime d'un malaise cardiaque et ne décède.

Pour Mouloud Aounit, président du Mouvement contre le racisme et pour l'amité entre les peuples (MRAP), présent dimanche aux côtés des proches du jeune homme, "il y a des zones d'ombre dans cette affaire: comment se fait-il que le corps du jeune homme ait été ressorti du fourgon de police (dans lequel il serait décédé selon la famille, NDLR), qu'il soit resté plusieurs heures sur la voie publique et que la famille n'ait été prévenue du décès que le lundi?", a-t-il déclaré à l'AFP.

M. Aounit a fait part de son intention de demander dès lundi un rendez-vous à la ministre de l'Intérieur Michèle Alliot-Marie et à celle de la Justice Rachida Dati pour obtenir des réponses à ces questions.

De son côté Fodé Sylla, membre du conseil économique et social et ancien président de SOS Racisme, demande au président de la République "de tout mettre en oeuvre pour que ses ministres de l'Intérieur et de la Justice apportent une réponse rapide pour que la famille de Lamine Dieng puisse entamer son deuil".

Interrogée, la préfecture de police (PP) de Paris a indiqué dimanche à l'AFP que l'Inspection générale des service (IGS - la police des polices) avait "été saisie dès le jour de la mort du jeune homme" et "qu'une enquête était en cours".

Une fois le cortège arrivé sur les lieux où le jeune est décédé, la famille a déposé une gerbe de fleurs et le père a remercié les personnes présentes.

Dans un communiqué Pierre Mansat, adjoint au maire de Paris, et Catherine Gégout conseillère de Paris (PCF), indiquent "qu'un comité de soutien très large s'est formé pour obtenir la vérité".

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Paix a ton ame Lamine,

nous sommes a Dieu et c'est vers Lui que nouss retournons.

AS

Anonyme a dit…

Je pense à la famille meurtrie et éffondrée.

Mulunda.

Anonyme a dit…

Paix à ton âme Lamine et que dieu t'ouvre les portes du paradis. Amine.
Courage à la famille,amis et autres.
C'est le même sang qui coule dans nos veines...
La vérité eclatera inch allah.

Anonyme a dit…

La non-médiatisation doit vous faire réfléchir : un mort sans qu'on en connaisse la cause, une manifestation ...
... et rien sur les grands médias !

Pourtant, au même moment un fait divers à marseille impliquant un policier faisait la une.

Et maintenant, vous croyez encore la télévision ?
La vraie information est sur internet.
Cessez de vous faire manipuler, éteignez les télés.
"Ils" ne veulent pas médiatiser ?
C'est à vous d'afficher cette information partout !

Anonyme a dit…

paix a ton ame frere et que verite soit dite et justice soit faite repose en paix on t aime

Anonyme a dit…

ON RECLAME LA VERITE ET LA LUMIERE, ON T OUBLIRA JAMAIS COUCOU, PAIX A TON AME.
SOULé

Anonyme a dit…

De mon Québec je pense à toi. Mes condoléances à ta famille. Jeune tu étais. Que la lumière soit faite sur ta disparition.
Marie E.