lundi 18 juin 2007

Lewis Hamilton: cet homme est "dangereux" !


(AP)GP des Etats-Unis - Voici ce qu'ont dit les principaux protagonistes après le Grand Prix des Etats-Unis, dimanche, à Indianapolis.

Lewis Hamilton (McLaren, vainqueur) : "C'est un rêve d'arriver sur deux circuits que je ne connaissais pas et d'être compétitif à ce point. En une semaine, je fais les deux meilleures courses de ma vie, en gagnant au Canada et aux Etats-Unis ! L'équipe a travaillé d'arrache-pied pour faire une bonne voiture. Ici, les mécaniciens ont fait du super boulot, les réglages étaient bons, la stratégie aussi : l'équipe a été parfaite. Je suis ravi de pouvoir les remercier comme ça. J'ai eu la pression pendant toute la course, surtout dans le deuxième relais. Dans les premiers tours de la course, c'était très serré mais j'ai ensuite pu le contenir et maintenir mon rythme. Dans le deuxième relais, mes deux premiers tours n'ont pas été bons, puis mes pneus ont grainé et Alonso est revenu très fort. J'ai dû trop attaquer, trop leur demander tout de suite. Ensuite, à chaque fois que je gagnais du temps dans le deuxième secteur, je le reperdais dans la grande ligne droite. A la fin, je suis parvenu à prendre de l'avance. Nous avons tous les deux été capables de maintenir notre écart sur nos poursuivants. Mais quand la radio m'a dit : 'Il reste quinze tours', je me suis dit 'Mince !'. Ce furent les 15 tours les plus longs de ma vie ! Il fallait ne pas trop attaquer pour éviter d'abimer la voiture, mais en même temps Fernando était derrière. Je suis très ému, très content d'avoir gagné."


Fernando Alonso (McLaren, 2e) : "Le départ a été très serré, mais je ne suis pas parvenu à le dépasser (Lewis Hamilton). Quand on suit quelqu'un, on perd un peu d'appui et c'est difficile de maintenir les pneus en bonne température pour aller vite tout au long du relais. Sinon, on les abime. J'ai essayé dans le deuxième relais : nous avons été côte-à-côte une fois, dans la ligne droite des stands, mais ce n'était pas suffisant pour doubler. Dans le dernier relais, nous avons été conservateurs. C'est difficile de doubler ici et j'ai commencé à penser au GP de France. Le départ a été le facteur clé de cette course. Ensuite, quand on est deuxième ici, on termine deuxième. Le départ est toujours un peu risqué et je me rappelle le Canada, où j'étais parti dans l'herbe. On essaie de doubler, mais on essaie d'abord de ne pas terminer sa course dans le premier virage. Deuxième, c'est mieux que rien. On a augmenté notre écart sur Ferrari, ce qui est l'un de nos objectifs dans cette première partie de championnat."


Ron Dennis (McLaren Group, P-DG) : "A 15 tours de la fin, nos deux pilotes ont réduit leurs régime moteur pour économiser leurs moteurs pour le Grand Prix de France mais ont continué de faire la course. Leur comportement sportif en piste et spécialement sur podium a rendu le team fier d'avoir deux si grands pilotes."


Norbert Haug (Mercedes-Benz Motorsport, vice-président) : "Ce fût une course palpitante entre Lewis et Fernando. Je pense qu'il va nous falloir de bons nerfs cette année.


4 commentaires:

nabady a dit…

Le grand champion du moment a encore frappé !! Je ne peux dire qu'une seule chose : Bravo M. Hamilton !

Anonyme a dit…

C'est un prodige non seulement il met un peu d'exotisme dans ce sport, en plus il gagne, l'autre espagnol doit lui souhaiter que des malheurs!!!

The thougest

Anonyme a dit…

Bravo Hamilton !

Anonyme a dit…

C'est un noir anglais, c'est normal qu'il gagne comme ca. Eux quand ils se mettent a bosser, bossent a fond!