lundi 2 juillet 2007

RECHERCHE SYLVIE NOACHOVITCH DESESPEREMENT !

Adriana et Christian Karembeu


<(Eva et Tony Parker) Insomniaque depuis déjà quelques jours, je me suis retrouvé devant mon poste de télévision aux environs de minuit ou un peu plus. Zappeur professionnel, je tombe sur le générique de l'émission Sans aucun doute du chevalier blanc, Julien Courbet. Je reste scotché, espérant voir celle dont le mari peut dormir tranquille si sa femme se retrouve pendant des années durant, dans un camp constitué de beaux Noirs et d'Arabes, sans avoir envie d'un coït. C'est rébutant, répugnant, révulsant, révoltant avec eux...

Celle qui prétend sauver la veuve et l'orphelin, virtuellement s'entend, n'était pas là, dans la petite lucarne. Que cache cette absence ? S'agit-il encore de cette agression au steak cacher et/ou hallal qui a fait beaucoup de vague ou d'une histoire de merguez ? Avec elle, on peut s'attendre à tout. C'est toujours des histoires de chair fraîche. Est-elle définitivement sonné par sa défaite sarcelloise qu'elle a juré mordicus d'invalider...et puis, plus rien ? Ses nombreux efforts ont apparemment accouché d'une souris.

Où est donc passée la beauté sarcelloise, la reine du flop le plus retentissant des Législatives, la prolifique maîtresse ès verbiage vaseux, et, accessoirement, brunette fatale ? Personne ne le sait. L'UMP non plus. Femme d'un seul homme désormais, elle doit noyer ses soucis auprès de l'homme qu'elle ne peut tromper qu'avec des Blancs officiellement mais officieusement qui sait. Ils ont une réputation particulière les Noirs. Vous savez de quoi je parle. Les déclarations "noachovitchiennes" (prononcez bien à la fin, chienne) cachent-elles un fantasme refoulé ? De toutes les façons, elle ne tient pas la comparaison avec les couples mixtes connus. Voir photos. Passons.

Qu'elle ne nous sorte pas demain, une nouvelle légende. Tiens, paraît-il, elle raconterait à qui veut l'entendre que, c'est Nicolas Sarkozy himself (lui-même) qui l'a lâché en refusant de s'impliquer dans la polémique sur d'abord, les propos qui lui étaient perêtés et, ensuite, sur l'agression ou pseudo-agression au steak cacher, hallal etc...

Sylvie revient. Ton verbe, ton agressivité, ton hystérie et ton arrogance ont manqué à Sans aucun doute. Tu as toute ta place ma Noachovitch. Chiche !

1 commentaire:

René a dit…

Sur Sylvie Noachovitch, je vous invite à lire la chronique de Karim Sarroub, parue dans Libération du 28/07/2007, "Mon regard en biais."
R.D.
http://www.liberation.fr/transversales/weekend/269483.FR.php