dimanche 5 août 2007

ALONSO N'EST PAS FAIR PLAY.


Fernando Alonso (McLaren-Mercedes) a été déclassé samedi soir de la pole position du Grand Prix de Hongrie pour avoir gêné son coéquipier Lewis Hamilton qui récupère ainsi la première place sur la grille de départ dimanche, tandis que l'Espagnol partira 6e.


La Fédération internationale du sport automobile (FIA), après une enquête de plusieurs heures, a estimé juste avant minuit que l'Espagnol avait volontairement empêché Hamilton d'effectuer son dernier tour rapide à la toute fin des qualifications en le bloquant devant le garage de l'écurie.Par ailleurs, la FIA a décidé que McLaren avait également gardé inutilement à l'arrêt son pilote, qui bloquait l'accès au garage à Hamilton. Quels que soient les résultats d'Alonso et Hamilton en course, McLaren ne marquera pas de points au championnat des constructeurs, a décidé la FIA.


L'écurie a annoncé sa décision de faire appel. Par deux fois, Alonso est resté stationné devant son garage après un changement de pneus, obligeant Hamilton à patienter derrière. Si la première fois il est clair que l'arrêt a été volontairement prolongé par l'écurie, avant que la couverture du pneu avant droit ne s'emmêle dans la roue et ne l'oblige à un nouveau contretemps, la seconde fois il semble bien que le double champion du monde ait usé voire abusé de son expérience.


Sachant qu'il ne restait que quelques secondes à son équipe pour effectuer le changement de gommes sur la monoplace de son coéquipier, l'Espagnol a marqué un temps d'arrêt supplémentaire, a priori inexplicable, alors que Hamilton rongeait son frein derrière en attendant que la place se libère."Il dit qu'on lui a dit d'attendre... Il avait les quatre roues, les couvertures chauffantes étaient enlevées et on lui a dit d'attendre... Je ne suis pas fâché, simplement curieux d'entendre les explications au debriefing", commente Hamilton.


Sa mine renfrognée, quand elle ne laisse pas paraître une franche colère, contraste avec les paroles d'apaisement.Alors que le prodige britannique n'a effectivement pas eu le temps de faire l'ultime tour rapide prévu, Alonso a effectué le sien et en a profité pour rafler la 17e pole de sa carrière."L'équipe me retenait pour créer un espace avec la Ferrari en piste", explique Alonso. Explication rejetée par la FIA."C'est l'équipe qui calcule, moi je pilote. Et quand on me dit d'y aller, je suis toujours prêt à repartir", poursuit l'Espagnol repoussant ainsi l'accusation selon laquelle il aurait fait exprès de prolonger sa station.


Plus tard, il ajoutera que ses mécaniciens avaient profité de cet arrêt"pour modifier les réglages de l'aileron avant". Et devant la FIA, il a dit qu'il avait demandé si on lui avait chaussé les bons pneus. Excuse rejetée par la Fédération.Du coup, Hamilton s'élancera pour la quatrième fois de sa carrière depuis la pole position et aura à ses côtés la BMW Sauber de Nick Heidfeld.La Ferrari de Kimi Räikkönen - "pas suffisamment rapide pour espérer lutter" contre les McLaren-Mercedes, selon ses termes - partira de la troisième position devant la Williams-Toyota de Nico Rosberg.Un cafouillage a empêché Felipe Massa (Ferrari), d'entrer dans le dernier groupe de dix (Q3). Il doit s'élancer depuis la 14e position."Il y a eu une incompréhension et on m'a laissé repartir sans essence, raconte Massa. Je me suis donc arrêté en milieu de pit lane et il a fallu me pousser en arrière jusqu'à notre garage. Je suis reparti, mais les pneus étaient froids et je n'ai pas réussi à faire un chrono suffisant pour passer en Q3".


Grille de départ:1re ligne: Lewis Hamilton (GBR/McLaren-Mercedes) 1:19.781 Nick Heidfeld (GER/BMW Sauber) 1:20.259 2e ligne: Kimi Räikkönen (FIN/Ferrari) 1:20.410 Nico Rosberg (GER/Williams) 1:20.632 3e ligne: Ralf Schumacher (GER/Toyota) 1:20.714 Fernando Alonso (ESP/McLaren-Mercedes) 1:19.674 4e ligne: Robert Kubica (POL/BMW Sauber) 1:20.876 Giancarlo Fisichella (ITA/Renault) 1:21.079 5e ligne: Jarno Trulli (ITA/Toyota) 1:21.206 Mark Webber (AUS/Red Bull) 1:21.256 6e ligne: David Coulthard (GBR/Red Bull) 1:20.718 Heikki Kovalainen (FIN/Renault) 1:20.779 7e ligne: Alexander Wurz (AUT/Williams) 1:20.865 Felipe Massa (BRA/Ferrari) 1:21.021 8e ligne: Anthony Davidson (GBR/Super Aguri) 1:21.127 Vitantonio Liuzzi (ITA/Toro Rosso) 1:21.993 9e ligne: Jenson Button (GBR/Honda) 1:21.737 Rubens Barrichello (BRA/Honda) 1:21.877 10e ligne: Takuma Sato (JPN/Super Aguri) 1:22.143 Sebastian Vettel (GER/Toro Rosso) 1:22.177 11e ligne: Adrian Sutil (GER/Spyker) 1:22.737 Sakon Yamamoto (JPN/Spyker) 1:23.774 CONTENU ARTICLE -->

3 commentaires:

Numero10 a dit…

ça c'est du bon. Même si Alonso rêve encore d'un monde où "les negros sont déclassés" comme chante Booba, il va falloir qu'il change ses façons: Le Hamilton il déchire trop.

Anonyme a dit…

Moi je dis: la FIA est parano!!!! éhéh

Anonyme a dit…

Du coup on ne sait plus quoi penser de ça: http://www.lemonde.fr/web/recherche_breve/1,13-0,37-999018,0.html

Il y a de quoi se poser des questions sur tout maintenant. Parce qu'une équipe qui malmène son propre champion, quand même, il fallait le faire! Il y a des taupes chez Mc Laren. Heureusement que Hamilton a un protecteur haut placé chez McLaren, comme Eto'o avec Laporta, contre les coups bas.