lundi 8 octobre 2007

CHLORDECONE : LE PR BELPOMME EST-IL UN IMPOSTEUR ET BUSINESSMAN DE LA PEUR ?


Lu hier dans l'hebdomadaire Marianne, page 57, un petit billet dédié aux nouveaux Imposteurs et, en tête de gondole, le Pr Dominique Belpomme, celui qui révéla que le chlordecone utilisé aux Antilles est un empoisonnement plus inquiétant que le scandale du sang contaminé.

Accusé d'affabulation, je suis tombé des nues. Pire, il est même cité comme étant un marchand de la peur, plus exactement, il est traité de falsificateur, bénéficiant des oripeaux, de son titre et de son nom....qui inspire confiance(sic).

Faut-il atténuer ce scandale qui dévaste et fait craindre le pire aux Antilles ? Minimise-t-on ce scandale parce qu'il concerne des populations noires ? Est-ce une propagande pour nuire à ses travaux ? Je n'ai actu"ellement aucune réponse.

Toujours est-il que, le chlordecone a été interdit en Métropole dès 1990 et son utilisation s'est poursuivie aux Antilles jusqu'en 1993. Pourquoi ?

Le Pr Belpomme, cancérologue de son état, aurait demandé à l'Etat de lui accorder 200 000 euros pour réaliser une étude sur 25 sujets atteints de la prostate, 15 sujets sains et 25 nouveaux-nés.
Affaire à suivre !

7 commentaires:

sKaLpA a dit…

J'ai déjà entendu cette version...
Rumeur?
Menteur?
Le temps nous le dira...
Big up à toi...

Anonyme a dit…

AJM,

si tu veux comprendre ce que tu as lu dans Mariane, il faut te renseigner sur l'affaire Beljanski ou encore Loic le Ribault et le silicium organique.

O Houé

A2N a dit…

Bonjour, AJM !

La meilleure arme de dissuasion massive est l'opprobre, celle que la PROPAGANDE jette sur le PR Belpomme, afin de faire diversion sur la BOMBE ANTILLAISE. Le bourreau n'a jamais aussi été inventif que maintenant. A méditer !

A+

dANIELLA a dit…

Le CLHORDECONE, mais aussi le PARAQUAT, deux pecticides interdits en France métropolitaine, parfaitement "digérés" aux Antilles et vous croyez que ces industriels, (emportant avec la perennité des agriculteurs, complices malgré eux) vont s'arrêter de distribuer ces poisons aux Noirs ?

Le professeur BELPOMME a détecté ces poisons dans les corps malades des Antillais, ce qui est intéressant, c'est de connaître d'autres médecins ou professeurs en parler, sans faire l'autruche, avec toute la liberté d'expression, mais c'est que l'Etat ne veut, en aucun cas, dédommager quique ce soit, une autre forme de négationnisme, décidément...
Aux Etats-Unis, ils sont procéduriers, donc des poisons violents interdits depuis les années 70!!!

Bravo, la République! Elle préfère le zouk aux complaintes légitimes!

Anonyme a dit…

A mon avis, c'est encore un coup du lobby juif.

DANIELLA a dit…

Non, je ne crois pas au lobby juif comme tu le caricature, je pense que les autorités ont leur chouchou, autrement dit, leur priorité, et que l'affaire juteuse aux Antilles pour les uns, c'est au détriment (à la santé) des autres (antillais), merci bien d'être dans l'actualité et de ne pas tout mélanger!

Anonyme a dit…

Juste une chose, c'est pas Belpomme qui a detecté le poison dans le sang des antillais! mais des medecins et chercheurs guadeloupéens, ceux qu'il critique par ailleurs.