dimanche 28 octobre 2007

POINT DE VUE :LES DEGATS COLLATERAUX DES RAZZIAS NEGRIERES ET DE LA COLONISATION


Dis-moi qui papa a servi et je te dirais qui la fille est entrain de servir.

Ceux qui ont sous-estimé la capacité de nuisance de cette dernière sont aujourd’hui servis par son talent acquis dans les grandes écoles de l’aliénation.

Son attachement à cette politique basée sur la négrophobie, comme jadis son papa très proche de SENGHOR (la raison est hellène et l’émotion est nègre) prouve si besoin était d’une fidélité senghorienne au sein de la famille.

Elle prouve par ce biais qu’elle est belle et bien la fille de son papa.

Le papa de Rama Yade peut dormir tranquillement car il n’aurait pas besoin de tests ADN préconisé par le gouvernement dont sa fille est membre pour justifier sa paternité.

Il serait fort intéressant en ce qui nous concerne, de mener une recherche sur les ascendants de ceux qui aujourd’hui pactisent avec le diable afin de torpiller notre lutte.

Un dicton nous dit ceci : « il n'y a pas de génération spontanée » d’où il est probable que cette collaboration n’est qu’une suite logique héritée de leurs ancêtres.

Il n’en demeure pas moins que cette collaboration ne s’est pas faite de gaieté de cœur car ces derniers se sont battus pour sauvegarder leur liberté (voir chronique de Guinée de GONES DE ZURARA pour les razzias) ou encore la mort des pères de la décolonisation (UM NYOBE, LUMUMBA, NKRUMAH etc. …).

Mais après ces épopées héroïques, certains, certes, sous la contrainte comme le vivent nos Chefs d’Etats aujourd’hui, ont fini par céder.

Alors, la question que je me pose est de savoir si ces nouveaux collabos ne sont pas les descendants des premiers ? (Pas de génération spontanée).

Il est aussi important de noter que la "liberté conditionnée" n’est pas une et, m’amène a dire qu’il est préférable de mourir pauvre que d’être esclave dans l’opulence.

La vie ou la mort le peuple vaincra disait Thomas Sankara.

RAMA YADE, BASILE BOLI, GASTON KELMAN, PATRICK LOZES, etc. … même combat: aliéner les nôtres pour leurs propres intérêts. Mais, attendez vous à un combat rude car nous ne vous laisserons pas faire (à formation égale la vérité triomphe).

C’était votre serviteur ELYMBI.


13 commentaires:

Anonyme a dit…

Elymby, excellent comme toujours.

Anonyme a dit…

Rama Yade n'est qu'une traitre à sa couleur.

Anonyme a dit…

Effrayant ces éternels raisonnements colorés.

Anonyme a dit…

"Effrayant ces éternels raisonnements colorés".

La vérité fait tellement peur à certains qu'ils préfèrent détourner l'attention, voir la forme au lieu de voir le fond du problème.

Excellent article et encore bravo cher(e) Elymbi.

LV a dit…

Sur afrik.com

jeudi 18 octobre 2007, par Franck Salin

Gobineau et ses adorateurs fascistes ne l’auraient pas renié, Mr Watson. Codécouvreur de l’ADN, Nobel de médecine en 1962, le professeur américain a déclaré le 14 octobre dernier dans les colonnes du journal britannique Sunday Times que « les Africains sont moins intelligents que les Occidentaux ». Particulièrement en forme, la sommité ne s’est pas arrêtée en si bon chemin. Sans doute mis en confiance par son intervieweuse, la journaliste Charlotte Hunt-Grubbe, une ex-scientifique qu’il avait hébergée il y a dix ans, il a ajouté qu’il était « fondamentalement pessimiste quant à l’avenir de l’Afrique » car « toutes nos politiques (occidentales) d’aide sont fondées sur le fait que leur intelligence est la même que la nôtre, alors que tous les tests disent que ce n’est pas vraiment le cas ». Bien décidé à montrer qu’il ne croit pas en l’égalité des hommes, il affirme que « les gens qui ont des employés noirs découvrent que ce n’est pas vrai ». Forcé de reconnaître que les exemples de non-blancs brillants sont pléthore, il se fait conseiller et lâche que « beaucoup de gens de couleur sont très talentueux, mais ne leur donnez pas de promotion quand ils n’ont pas fait leur preuve à un niveau inférieur. »

A l’heure où la France inscrit le test ADN dans la loi, alors que rien ne l’obligeait à légiférer sur le sujet, et où les discours xénophobes font florès en Occident, entendre un scientifique de renom défendre de telles positions ne fait pas que nous révolter. Il y a en effet matière à s’inquiéter lorsqu’un chercheur couronné par ses pairs, récipiendaire du prix le plus prestigieux de sa discipline, s’inscrit dans la droite ligne du racisme scientifique qui s’est développé en Europe et aux Etats-Unis dès le courant du XIXe siècle. Watson déclare que ses conclusions s’appuient sur « des tests ». Cependant, aucun de ces prétendus tests – en particulier ceux du QI –, nombreux au cours de ces deux derniers siècles, n’a tenu la route face à la recherche scientifique qui a, chaque fois, prouvé combien les méthodes employées pour les réaliser étaient biaisées. Combien de fois faudra-t-il encore le dire ? Il n’y a pas de races humaines ! Des morphotypes et des cultures différentes n’impliquent pas d’inégalités intellectuelles entre les êtres humains.

Il défend l’idée d’une supériorité de l’homme blanc et hétérosexuel

L’on pourrait mettre les errements de James Watson sur le compte de l’âge. A 79 ans, il pourrait ne plus avoir toute sa tête. Cependant, il paraît être encore assez lucide pour garder la confiance du conseil d’administration d’un grand institut de recherche aux Etats-Unis. Il est l’actuel directeur du Cold Spring Harbor Laboratory (CSHL) de New York. D’autre part, le généticien émérite, père d’un enfant atteint d’un retard mental, n’en est pas à son premier esclandre. Critiqué pour ses positions misogynes et homophobes – en 1997, il évoque la possibilité de trouver un gène de l’homosexualité, prétextant que « les femmes doivent pouvoir avorter si leur enfant est testé homosexuel » -, il a, il y a une dizaine d’années, tenu des propos douteux sur la libido des noirs.

Le professeur Watson est actuellement en tournée en Grande Bretagne pour présenter son dernier ouvrage, Avoid Boring People : Lessons from a life in science (Eviter les gens ennuyeux : leçons d’une vie passée dans les sciences), dans lequel il développerait l’idée selon laquelle rien ne prouve que l’intelligence de peuples géographiquement éloignés ait évolué de la même façon. Ses récentes déclarations ont créé quelques remous dans la presse et le milieu scientifique. Pour la direction du Muséum des Sciences de Londres, le chercheur américain est allé « au-delà d’un niveau de débat acceptable ». Elle a annulé la conférence qu’il devait donner dans ses locaux. Des associations de défense des droits de l’homme lui ont demandé de s’excuser publiquement. Cependant, les autres institutions où le généticien doit s’exprimer ont préféré maintenir ses interventions en donnant au public la possibilité de l’interroger sur ses propos. Par conséquent, l’apôtre de l’inégalité des races, auréolé d’un prix Nobel en partie usurpé à la scientifique juive Rosalind Franklin, pourra distiller son prêche nauséabond en toute tranquillité. Une mobilisation plus active des médias et des politiques paraît plus que jamais nécessaire pour couper court aux élucubrations du Dr. Watson. S’il n’était qu’un citoyen lambda, ses propos n’auraient pas mérité que nous nous y arrêtions. Mais sa position pourrait redonner du crédit à des théories qu’il est urgent de jeter aux oubliettes de l’humanité.

Conseil de lecture :

Stephen Jay Gould, la Mal-mesure de l’homme : l’intelligence sous la toise des savants, 1981 et La structure de la théorie de l’évolution, 2006.

Voir en ligne : afrik.com

Anonyme a dit…

"Elle prouve par ce biais qu’elle est belle et bien la fille de son papa."

Elle n'a pas besoin de "prouver" qu'elle est "belle", chacun peut le constater aisément.

Tu veux dire qu'elle est "bel et bien" la fille de son papa. Tu vas ENCORE me sortir le dictionnaire des synonymes, je suppose.

Ce que tu fais là est une HORREUR. Tu es un GROS raciste.

Il est difficile en France de faire partie de l'élite quand on est issu d'une minorité (rien à voir avec les USA ou le Royaume Uni). Les élites issues d'une minorité ont dû se décarcasser et se battre DEUX FOIS PLUS que les élites blanches. Les élites FEMMES ont dû se décarcasser et se battre DEUX FOIS PLUS que les élites HOMMES.

Quand on est une FEMME NOIRE, ou une FEMME MAGRHEBINE, c'est exponentiel.

Ces femmes (Rama Yade et Rachida Dati, par exemple) ont d'autant plus de MERITE qu'elles ont dû se battre contre la société dans son ensemble ET contre leur propre communauté qui, maintenant qu'elles ont réussi, au lieu d'en être FIERE, leur tombe dessus à bras raccourcis !

Tu veux que je te dise la différence entre ceux que vous haïssez le plus au monde : les juifs, et les AUTRES minorités ? Les juifs encouragent leurs enfants à réussir, et sont fiers d'eux quand ils ont réussi. Les autres ne font RIEN pour que leurs enfants réussissent, et quand leurs enfants réussissent quand même, ils deviennent AGRESSIFS envers eux !

C'est une HONTE.

Rama Yade et Rachida Dati sont des citoyennes françaises à part entière. Elles ont un mérite fou d'être arrivées là où elles en sont parce qu'elles ne sont pas nées avec une cuiller d'argent dans la bouche. Elles ont le droit le plus strict, comme tous les citoyens français, d'avoir les opinions politiques qui leur plaisent. Comme tous les politiques, elles doivent être jugées en fonction de critères POLITIQUES et non de critères RACIAUX.

Je suis d'accord avec le message précédent : tu es EFFRAYANT.

DANIELLA a dit…

Je suis tout-à-fait d'accord avec cette phrase : "...Elles doivent être jugées en fonction de critère politique et non de critères raciaux."
C'est ainsi que certains abusent dès que l'on dit q'un Lozès ne serait aucune efficace (si ce n'est que pour son petit ventre à lui) dans l'affaire des pecticides dangereux et permis en Martinique et en Guadeloupe : On m'a carrément dit que j'étais de ceux qui méprisaient les africains!
Quel grand bond vers la connerie! Et quelle paranoïa!
Je ne suis pas médecin, ni psy!
La liberté d'expression, c'est de parler des gens, pas de leur couleur de peau, sauf si c'est pour parler de racisme quand il y a racisme!

DANIELLA a dit…

...ne serait d'aucune efficacité...

Mille pardons pour la précipitation digitale!

Cismigiu a dit…

Quelle intelligence courageux anonyme qui vient nous dire que Rama Yade ou Rachida Dati étant "issus de l'immigration" et étant femmes elles ont du se décarcasser deux fois plus pour arriver là où elles sont!

Primo Rama Yade n'est pas issue de l'immigration, elle est issue de l'ambassade.

Son père ne tenait pas le marteau piqueur et n'a pas dormi dans un foyer SONACOTRA.

Halte à la béhachélisation de la pensée: tu te rends compte des inepties que tu racontes?

Secondo, si tu connaissais le parcours de Rachida Dati, tu saurais qu'elle a surtout été récompensée de son culot et de sa mise au service des puissants.

A mon avis, en ces temps d'instrumentalisation des enfants d'immigrés, il y a pas mal de petits jeunes peu scrupuleux et assez malins qui auront l'opportunité d'aller squatter des places sans intérêts mais visibles et rémunérées, et qui n'auront d'autres but que de planter des arabes pour cacher la forêt.

La seule chose qu'on demande à tout ces parachutés est de ne surtout pas remettre en cause le système.

En fait, il se passe en France la même chose qu'il s'est passé aux USA: on a étouffé la contestation noire américaine en permettant à une poignée d'entre eux de se hisser à des postes visibles et rémunérateurs, en échange de quoi, ils agissaient comme un amortisseur des revendications de la majorité pauvre et méprisée.

Donc finalement, comme tu le vois, on est bien loin du modèle de la petite enfant d'immigrée qui y est arrivée uniquement par son travail et son talent.

Ce genre d'histoire c'est valable pour les Zidanes ou les Barbers, en sport la compétition est tellement dure qu'on est obligé de prendre les meilleurs et il y a peu de place pour la complaisance.

Par contre en politique c'est l'inverse: ce n'est pas la compétence mais l'esprit de cour qui est récompensé. Et souvent l'esprit de cour est inversement proportionnel à la compétence.

Enfin, pas grave, tu sais très bien dans le fond que ce que tu racontes n'est que l'intox, à moins que tu sois vraiment très très con.

Anonyme a dit…

Aussi con que celui qui est capable d'affirmer qu'avec la chute de Ceaucescu, les femmes roumaines ont "perdu la liberté de leur corps", grosse banane.

Tout ce que j'ai écrit est la stricte vérité. Je ne milite pas pour que les Noirs "restent à leur place", moi, contrairement à toi, et tu n'as AUCUNE idée de ce qui se passe chez les Afro-américains.

Cismigiu a dit…

Hahahaaa!

Alors c'est ce con ou cette conne de Jessica ou Sartorius.

Encore en train de caricaturer ma position sur le communisme roumain: alors je vais te le dire une bonne fois pour toute, NON, je ne suis pas un pro-communiste, des membres de ma famille ont été persécutés et sont morts à cause de ce régime tyrannique et farouchement anti-chrétien dans un pays à 98% orthodoxe et TRES attaché à ses traditions religieuses.

J'écrirais un article anticommuniste si ça te fait plaisir, en insistant bien sur qui a créé et organisé la securitate, mais la je crois que ça va moins te faire plaisir...

En tout cas comme d'hab: aucun débat de fond, que des insultes, aucune réponse à mes arguments.

Alors répond à mes questions:

est ce que franchement tu crois à ces mensonges que tu écris que Rama Yade ou Rachida Dati sont des pauvres petites immigrées qui sont arrivées là par la force de leur travail acharné?

SANSVOIX a dit…

Pour l'ancien esclavagisme , c'était décidé : "pas de repentance" !

Et voilà que se mettent en place tous les decors modernes de l'ordre nouveau d'un esclavage nouveau. Et dans 5 siècles prochains l'on criera de nouveau : "pas de repentance" !

De petits Noirs estampillés d'office "Orphélins" , nationalité ou "naturalisation" d'office "SOUDANAISES", rassemblés en plein désert pour être acheminés vers l'Europe chez leurs ACHETEURS ( 2000 à 6000 € par pièce d'Indes). Pour en faire quoi ?

Les parents de ces enfants non orphélins n'étant ni contactés, ni bénéficiaires de cet argent sale, car l'argent est dans les caisses et comptes en banque de l'Organisation humanitaire "Arche de Zoé".

Retenez bien qu'une démonstration éclatante vient de nous être faite de la manière avec laquelle la traite des Negres se faisait en Afrique pour aller travailer comme des bêtes de somme dans les champs des cannes à sucre aux Antilles et dans le champs de coton aux USA.

Un véritable pied de nez et un démenti cinglant viennent d'être administrés à ceux des Blancs qui donnent dans la négrophobie d'humiliation absolue des Noirs et à ces certains "intellectuels" antillais qui se laissent embobiner pour écrire que les Africains vendaient leurs propres frères.

Des bonbons, des biscuits, des survêtements et des T-Shirts comme appâts pour attirer de "faux petits Soudanais" (car il y en aurait de toute la région, les petits) vers un avion négrier d'embarquement pour l'Europe.

Des étoffes, de la verroterie furent des appâts de jadis pour les attirer vers les navires négriers pour le nouveau monde.

Et voila maintenant le tableau autour du Ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale :

L'immigration triée, l'immigration rejetée, l'immigration volée, l'immigtaion achetée.

C'est donc de l'esclavage moderne bien ficelé.

A RAMA YADE , de râmer maintenant !

Anonyme SANSVOIX

Anonyme a dit…

Une bonne remarque de Sansvoix envers certains intellectuels antillais qui aiment bien "crâcher" sur les africains soit disant collabos, alors qu'ils sont incapables de faire les mêmes reproches aux blancs. Va savoir pourquoi ?