mardi 18 décembre 2007

LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE.




"Collectif des Jeunes de Sarcelles et Villiers-le-Bel"

Quand en Corse cela explose quasiment chaque soir et que des gendarmeries sont mitraillés régulièrement, vous n'osez pas parler de voyoucratie.Quand, des dizaines d'hommes et de femmes encagoulés et équipés d'armes de guerre, défient l'Etat tout entier, vous vous gardez bien de faire le moindre commentaire, et mieux encore, vous négociez avec eux.

Quand les marins-pécheurs brûlent dans leur région des bateaux et des pneus, quand les pompiers chargent les CRS pendant une manifestation, quand les chasseurs saccagent un ministère de la République, il n'est question ni de voyou, ni de bande, ni d'intégration.Nous avons condamné sans ambiguïté l'usage de la violence sur les personnes comme sur les biens.

OUI nous avons voulu, au-delà de la douleur des familles et de la perte tragique des enfants, faire entendre nos voix une fois de plus pour vous alarmer sur les conditions de vie dans nos quartiers.

Et comment faire autrement ? Puisque les promesses électorales et les centaines de forums qui ont suivi la mort de Zyed et Bouna à Clichy-sous-bois n'auront même pas suffit à vous faire bouger.Mais s'il vous est toujours plus commode de vouloir monter nos concitoyens entre eux en nous faisant passer pour les sauvageons de la République, sachez que vous prenez le risque de jeterl e discrédit sur tous les habitants de ces quartiers et de renforcer par vos déclarations les discriminations dont nous sommes victimes.

Les voyous monsieur le Président, sont celles et ceux qui ont géré les banlieues avec le succès que l'on constate. Les voyous, monsieur le président, sont celles et ceux qui ont toujours refusé de nous considérer comme des enfants de France, de faire venir dans nos quartiers les meilleurs professeurs, de mettre plus de policiers dans nos villes qu'à Paris.

Puisque le durcissement des peines est à la mode, nous vous suggérons de vous pencher sur les entreprises, les bailleurs ou les partis politiques qui ne respectent pas le principe d'égalité de notre République.Quant à nous, nous assumerons désormais nos choix en construisant nous même l'avenir de nos quartiers sans plus rien attendre de plans de banlieues jusque là tous imaginaires."

Que nous soyons d'accord ou pas avec les propos tenus dans cette lettre, il est évident que les Médias auraient dû relayer l'information pour tenter de renouer le dialogue avec une jeunesse qui se sent exclue, jour après jour, de la République. Mais bien entendu, les médias préfèrent faire leur Une sur des voitures en flammes, des bibliothèques saccagées, des voitures de police ou de pompier caillassées, c'est tellement plus porteur en terme d'audimat.

Quand en Corse cela explose quasiment chaque soir et que des gendarmeries sont mitraillés régulièrement, vous n'osez pas parler de voyoucratie.Quand, des dizaines d'hommes et de femmes encagoulés et équipés d'armes de guerre, défient l'Etat tout entier, vous vous gardez bien de faire le moindre commentaire, et mieux encore, vous négociez avec eux.

Quand les marins-pécheurs brûlent dans leur région des bateaux et des pneus, quand les pompiers chargent les CRS pendant une manifestation, quand les chasseurs saccagent un ministère de la République, il n'est question ni de voyou, ni de bande, ni d'intégration.

Nous avons condamné sans ambiguïté l'usage de la violence sur les personnes comme sur les biens.OUI nous avons voulu, au-delà de la douleur des familles et de la perte tragique des enfants, faire entendre nos voix une fois de plus pour vous alarmer sur les conditions de vie dans nos quartiers.Et comment faire autrement ? Puisque les promesses électorales et les centaines de forums qui ont suivi la mort de Zyed et Bouna à Clichy-sous-bois n'auront même pas suffit à vous faire bouger.

Mais s'il vous est toujours plus commode de vouloir monter nos concitoyens entre eux en nous faisant passer pour les sauvageons de la République, sachez que vous prenez le risque de jeterl e discrédit sur tous les habitants de ces quartiers et de renforcer par vos déclarations les discriminations dont nous sommes victimes.

Les voyous monsieur le Président, sont celles et ceux qui ont géré les banlieues avec le succès que l'on constate. Les voyous, monsieur le président, sont celles et ceux qui ont toujours refusé de nous considérer comme des enfants de France, de faire venir dans nos quartiers les meilleurs professeurs, de mettre plus de policiers dans nos villes qu'à Paris.

Puisque le durcissement des peines est à la mode, nous vous suggérons de vous pencher sur les entreprises, les bailleurs ou les partis politiques qui ne respectent pas le principe d'égalité de notre République.

Quant à nous, nous assumerons désormais nos choix en construisant nous même l'avenir de nos quartiers sans plus rien attendre de plans de banlieues jusque là tous imaginaires."

Que nous soyons d'accord ou pas avec les propos tenus dans cette lettre, il est évident que les Médias auraient dû relayer l'information pour tenter de renouer le dialogue avec une jeunesse qui se sent exclue, jour après jour, de la République. Mais bien entendu, les médias préfèrent faire leur Une sur des voitures en flammes, des bibliothèques saccagées, des voitures de police ou de pompier caillassées, c'est tellement plus porteur en terme d'audimat.



-------------------------------------------


Un silence étourdissant de Sarkozy qui n'a toujours pas répondu à cette lettre depuis 2 semaines. Effectivement, aucun journal, aucun journaliste, aucun homme politique ne fait état de cette lettre. Toujours rien sur la mort des deux jeunes. Comme je le disais, plus ça dure, et plus il n'y aura jamais rien...... comme d'habitude. La police est allée tellement vite qu'elle n'arrive pas à se déjuger. (AJM)

11 commentaires:

Anonyme a dit…

Je vous tire mon chapeau ! c est clair et net. Il faut que les jeunes se mobilisent sans violence pour qu on les entende haut et fort et aillent squatter les chaines de télévision à la manière des Ogres face à au sms raciste de Fogiel

Anonyme a dit…

Quel torchon. Encore heureux qu'il ne répond pas. En dehors des TERRORISTES corses, personne ne tire sur les flics après un accident de la route.
Faire entendre leur misère... Putain quel culot, après tout ce qu'on leur a déjà donné. Quand je pense aux paysans et aux ouvriers qui rament cent fois plus et qui ferment leur gueule. Continuez dans cette voie, la haine ne fera que grandir

Anonyme a dit…

Et parler, il fallait le faire avant, pas profiter d'un drame pour tabasser un commissaire sans arme, caillasser des pompiers, bruler une bibliothèque, une maternelle et tirer sur des flics.

Si ils pensent que ça les aidera à sortir de leur "misère", ils sont vraiment CONS

Anonyme a dit…

Hé ajm, t'as vu? L'état français hypersioniste offre 300 millions à la Palestine. 7 milliards en tout par les pays participants...

Bizarre non? Moi je trouve ça scandaleux...

Bruno a dit…

Tristement, les plus attardés sont les plus nombreux à laisser des commentaires suite à cette note. C'est souvent le cas, à croire que les connards se sentent plus légitimes depuis la dernière présidentielle ...
Je félicite les auteurs de cette lettre et ne m'étonne pas de la non-réponse de Sarkozy, lui qui est comptable de la situation dans laquelle ont a laissé nos banlieux. Je croit que les évenements de Villiers-le-Bel montrent à quelle point la politique sécuritaire n'est que vouée à l'échec. Si la violence est montée d'un cran, ce n'est que le début et cela tant que rien de sérieux ne sera entrepris pour assurer l'égalité des droits dans notre pays.

kalon a dit…

Anonyme...Anonyme...
tiens un sans neurone
qui s'emmerde
oh Anonyme faut te trouver une
thérapie ou un traitement ...

AJM sache que ton travail
est très apprécié par une majorité
sans haine

THX BRO

Anonyme a dit…

Go on AJM

EXCELLENT

Soutien à ce breur (frère) celto-camerounais !

TonTon Flingeur

Anonyme a dit…

Mouais... Les "nique ta mère" et les "on baise la France" sont mal représentés dans ce texte...
Ou sont les primates frappeurs de pompiers, tireurs de flics et bruleurs de bibliothèques la dedans?

M'est avis que le type parle pas en leur nom.

Anonyme a dit…

"Faire venir les meilleurs professeurs"

la bonne blague. Ils ont pas envie de se faire happy slapper par des demeurés qui n'en ont rien à foutre de l'éducation...

Ils voudraient s'en sortir ils pourraient, accuser les profs c'est vraiment raz des paquerettes

Anonyme a dit…

http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,39-33644647@7-37,0.html


Que tous les Noirs du monde et surtout de France prennent exemple sur ce champion. Un délit, et il reste très courtois, acceptant sans réserve l'application de la loi.

Bravo M. Hamilton. Faites donc de même.

Anonyme a dit…

Faudrait qu'ils pensent à apprendre aux gosses à ne pas faire n'importe quoi.
Il ssont forts pour venir se plaindre et demander des tonnes de trucs.

Ils étaient ou les parents, pour l'achat de la moto, pour l'assurance, pour leur apprendre à porter le casque, à respecter le code de la route????