vendredi 29 février 2008

DISCOURS INTEGRAL DE SARKOZY AU CAP, EN AFRIQUE DU SUD.

Thabo Mbeki et Sarkozy (AFP)

Ce discours prononcé ce jeudi 28 février à 14h15, est un vrai tissu d'hypocrisie, de démagogie et de mensonges éhontés. Entre effets d'annonce, voltiges verbiales vaseuses et envolées lyriques, la suite de cette rupture en trompe l'œil nous donnera raison...un jour. On peut comprendre la chute de Christine LAGARDE qui s'est foulée la cheville. Areva a déjà décroché un contrat. Nous reviendrons demain sur le nucléaire. (Allain Jules).

Madame la Présidente (Mme Speaker) Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Parlementaires, Mesdames et Messieurs,

Avec le recul, le vingtième siècle apparaît comme l’un des siècles les plus brutaux de l’histoire : il engendra deux guerres mondiales ; il inventa le génocide et la shoah ; il vit des régimes dictatoriaux mettre en place des systèmes répressifs sans précédent par leur ampleur et leurs victimes. Le nombre des réfugiés, des déportés, de ceux qui durent fuir leur patrie et s’exiler, fut immense.

Ce siècle de fer, l’Afrique en a subi dans sa chair toute la violence et toute l’horreur. Elle a enduré la colonisation ; les conséquences des grands conflits mondiaux ne lui furent pas épargnées puisque ses fils en payèrent aussi le prix en combattant pour les puissances coloniales. Puis vinrent les victimes des luttes de décolonisation et des conflits africains qui accompagnèrent l’affrontement Est-Ouest. Enfin, elle connut elle aussi le génocide.

En outre, plus que d’autres, l’Afrique fut victime du mépris et du racisme.

Or c’est pourtant de ce continent souvent humilié et bafoué, et précisément d’Afrique du Sud, qu’est venue à la toute fin du siècle une magnifique leçon d’humanité. Alors que régnaient ici l’apartheid et ses violences, alors que la vengeance et de nouvelles oppressions auraient pu naître de tant d’humiliations, le peuple d’Afrique du Sud, guidé par des hommes hors du commun, a voulu rompre cette longue chaîne de malheur.

Cette extraordinaire réussite humaine doit beaucoup à l’homme qui après 27 ans de prison a dit à ceux qui l’avaient si longtemps privé de sa liberté : « L’oppresseur doit être libéré tout comme l’oppressé. L’opprimé et l’oppresseur sont tous deux dépossédés de leur humanité. »

Les Sud-Africains ont délibérément choisi pour leur pays le chemin de la réconciliation et de la "transformation". En décidant d’emprunter ce chemin, vous avez en quelque sorte aussi racheté le siècle ; vous avez permis qu’en dépit de ses atrocités, il puisse se clore sur un immense signal d’espoir pour l’humanité tout entière, et que ce signal vienne d’Afrique.

C’est donc empreint de respect pour votre Nation que je me présente devant vous, Mesdames et Messieurs, les Représentants de ce grand peuple d’Afrique du Sud, hérauts d’une société plus juste et plus humaine parce que plus fraternelle. C’est pour saluer, à travers vous ce peuple et l’espoir qu’il nous donne, que j’ai souhaité m’adresser à vous aujourd’hui et je vous remercie de l’avoir accepté.

Parce que l’Afrique a su faire naître cet espoir, nous voulons aujourd’hui travailler avec elle à le faire grandir. Notre monde s’appuie désormais sur cet exemple pour construire un système plus juste et plus humain. La France apporte à cette tâche sa propre foi dans la liberté, l’égalité et la fraternité dont elle a fait sa devise et qui lui vient de sa propre Révolution.

Partageant les mêmes valeurs, nourrissant les mêmes espérances, j’ai la conviction que la France et l’Afrique du Sud, agissant ensemble, peuvent mieux que d’autres contribuer à l’émergence d’un monde apaisé.

Ce défi commun, nous l’avons en partage d’abord pour que l’Europe et l’Afrique tissent enfin des liens nouveaux ; des liens qui ne soient plus ceux de l’inégalité, de l’exploitation ou du ressentiment, mais comme je l’ai dit en juillet dernier à Dakar, des liens d’égalité, des liens d’équité et de respect.

La relation entre la France et l’Afrique, vous le savez, est ancienne.

Cette relation a pu être douloureuse. J’ai déjà eu l’occasion d’évoquer les crimes et les fautes commises. Il ne faut pas les oublier.

Il ne faut pas oublier non plus ce que la France doit à l’Afrique. Je pense notamment à l’aide précieuse que l’Afrique nous a apportée dans les deux guerres mondiales. Je pense notamment à l’Afrique du Sud qui a combattu à nos côtés.

La force de ces liens n’appartient pas qu’au passé. Elle s’inscrit aussi dans l’identité française : près de 10% de la population française peut revendiquer son origine africaine.

Elle s’inscrit aussi dans l’identité africaine à travers la langue française qui est une des langues officielles de l’Union Africaine.

En dépit de la profondeur et de l’ancienneté de ces liens, la relation de la France avec l’Afrique, particulièrement avec l’Afrique sub-saharienne, se distend.

Le nombre de Français vivant en Afrique, les exportations et les investissements français vers l’Afrique ont baissé.

Il en résulte que nos partenaires traditionnels en Afrique ont parfois le sentiment d’un abandon et d’un désintérêt de la France à leur égard.

Cette relation est compliquée parce que s’y mêlent depuis toujours à la raison le sentiment et la passion, parce qu’elle est depuis toujours chargée d’une grande affectivité, mais aussi parce qu’elle est en décalage par rapport à ce que veulent les Africains et à ce que perçoivent les Français.

Aujourd’hui l’ancien modèle de relations entre la France et l’Afrique n’est plus compris par les nouvelles générations d’Africains, comme d’ailleurs par l’opinion publique française.

Je sais qu’au sein-même de cette Assemblée, certains d’entre vous, militants de la lutte de libération, perçoivent eux-mêmes encore ces relations de la France et de l’Afrique, à travers le prisme de la colonisation.

Nous nous trouvons dans une situation où notre engagement politique, militaire ou économique aux côtés de l’Afrique est perçu par beaucoup non comme une aide sincère, mais comme une ingérence néocoloniale ; mais où, dans le même temps, une indifférence, un retrait ou une absence d’engagement nous sont reprochés comme un abandon ou une ingratitude.

Les Africains en ont assez de recevoir des leçons de morale ou de bonne gouvernance. Ils les perçoivent comme arrogantes et condescendantes ; mais dans le même temps, les sociétés civiles et les opinions publiques d’Afrique nous interpellent : elles souhaitent notre implication directe à leur côté, par exemple pour dénoncer la corruption ou la mauvaise gouvernance.

Il existe aujourd’hui une sorte d’exception africaine dans l’opinion publique : ce qui est considéré comme normal avec d’autres régions du monde fait naître le soupçon quant aux intentions du gouvernement français dès qu’il s’agit de l’Afrique.

La jeunesse africaine entretient avec la France une relation ambivalente d’attirance et de contestation.

Actuellement, plus de 100.000 Africains font des études supérieures en France. Contrairement aux idées reçues, il n’y a jamais eu autant d’étudiants africains dans les universités françaises. Et cependant, la jeunesse d’Afrique éprouve le sentiment que la France se ferme à elle.

Ces malentendus et ces paradoxes trahissent une situation qui n’est évidemment pas satisfaisante. C’est pourquoi j’ai appelé à de nombreuses reprises à l’établissement de nouvelles relations équilibrées, transparentes et décomplexées. Des relations qui se fondent sur les réalités contemporaines.

Ma conviction est que la relation franco-africaine est pleine d’avenir si nous lui donnons un nouvel élan.

De même que l’Afrique du Sud incarne une Afrique nouvelle, la relation franco-sud-africaine doit inspirer une relation nouvelle entre la France et l’Afrique.

Il est vrai, notre relation ne porte pas le poids du passé. Notre histoire commune est limitée.

La France et l’Afrique du Sud n’ont pas la même langue, n’ont pas la même histoire, n’ont pas la même culture et pourtant elles se comprennent.

Dénués de présupposés, les rapports entre nos deux pays sont exemplaires ; équilibrés, transparents et décomplexés.

L’Afrique du Sud est devenue notre premier partenaire en Afrique dans de nombreux domaines.

Premier partenaire commercial, votre pays est également la première destination des investissements français. Près de 160 sociétés françaises y développent des partenariats industriels et créent des emplois.

Les accords que nous avons signés ce matin, dans les domaines de l’énergie, des transports, de la science et du tourisme témoignent de la diversité de ces liens.

Cette relation peut encore être renforcée.

Le niveau de développement atteint par l’Afrique du Sud n’explique pas à lui seul la nature de nos relations. Entre nous, il n’y a place que pour une relation équilibrée, un partenariat véritable ; c’est-à-dire fondé sur l’égalité, la transparence et l’intérêt mutuel.

C’est en ce sens aussi que notre relation commune doit inspirer celle que nous voulons établir avec l’ensemble des pays du Continent africain.

Monsieur le Président, Cher Thabo, vous avez coutume de dire que "l’Afrique du Sud ne peut être un îlot de prospérité au milieu d’un océan de misère". A Paris, nous pensons la même chose.

Je réaffirme devant vous que la sécurité et la prospérité de la France et de l’Europe sont indissociables de la sécurité et de la prospérité de l’Afrique.

Les 14 kilomètres du détroit de Gibraltar font de l’Europe et de l’Afrique des voisins immédiats.

J’ai eu l’occasion de dire lors de mon précédent voyage en Afrique, en juillet dernier, qu’il ne saurait y avoir d’autres finalités pour notre politique en Afrique que l’unité de l’Afrique et la Renaissance africaine. Celle-ci déterminera en partie la stabilité de l’Europe et l’avènement d’un monde plus juste.

Cette Renaissance, la France la souhaite, elle la souhaite de toute son âme, elle la souhaite de tout son cœur, elle la souhaite au nom de tout ce qu’il l’unit à l’Afrique.

Cette Renaissance, l’Afrique du Sud la veut. Elle en a donné le signal. Elle en a montré l’exemple.

La Renaissance, ce n’est pas d’abord une affaire de moyens. C’est d’abord une affaire de mentalités. L’homme de la Renaissance est un homme qui croit que tout est possible. L’homme de la Renaissance est un homme qui croit en l’Homme, qui croit que l’homme peut changer le monde. C’est un homme dont les rêves sont plus grands que ce qu’il peut accomplir.

Pour travailler à cette Renaissance, la France veut refonder ses relations avec l’Afrique. Elle ne veut pas être en Afrique pour perpétuer sous d’autres formes des rapports inégaux qui appartiennent à un passé révolu. La relation entre la France et l’Afrique ne peut plus être fondée sur des accords et sur des politiques qui sont des survivances d’une époque où le monde était bien différent de ce qu’il est aujourd’hui.

Si la France veut refonder sa relation avec l’Afrique, elle doit commencer par reconnaître et assumer ses intérêts en Afrique.

La paix et la sécurité du Continent africain, la lutte contre la pauvreté, la croissance économique du continent, son insertion dans la mondialisation, sont pour nos deux pays des intérêts communs.

Oui, la France, comme l’Afrique du Sud, a intérêt au développement de l’Afrique. Le potentiel de croissance de votre continent, ses richesses naturelles, son marché prometteur en font une partie du monde que nous ne pouvons négliger.

Oui, la France, comme l’Afrique du Sud, a intérêt à la sécurité de l’Afrique. D’abord parce que la paix et la stabilité sont les conditions indispensables du développement. Ensuite, parce que les guerres, les pandémies, les trafics ou le terrorisme en Afrique ont des conséquences directes en France.

Enfin, la France, comme l’Afrique du Sud, ont un même intérêt à une meilleure régulation de la mondialisation. Qu’on en conteste les effets ou pas, la mondialisation est entrée dans notre histoire. Et il serait totalement illusoire et dangereux de prétendre gérer les grandes affaires du monde sans l’Afrique.

L’Europe et l’Afrique représentent ensemble près de la moitié des pays de la planète. C’est ensemble, et ensemble seulement, que les Européens et les Africains pourront peser sur la mondialisation.

L’Afrique a tout pour profiter mieux de la mondialisation et y entrer davantage. Elle est déjà mondialisée. Mais, à l’image de l’Afrique du Sud, elle doit devenir un acteur de la mondialisation plutôt que d’être perçue comme un sujet de la mondialisation.

L’Afrique du Sud est déjà pour nous un partenaire dans la mondialisation.

La déclaration commune que nous avons adoptée ce matin sur le changement climatique en offre une bonne illustration.

Je pense encore à notre approche commune sur la démocratisation de la gouvernance mondiale. Je pense au G8 qui a vocation à se transformer en G13 et au sein duquel l’Afrique du Sud a toute sa place. Je pense enfin au FMI et au Conseil de Sécurité des Nations Unies.

Il ne nous appartient pas de décider qui représentera l’Afrique. Mais je constate que l’Afrique du Sud marche à l’avant-garde de ce continent ; qu’elle a tous les atouts pour faire entendre sa voix dans ces enceintes.

Le partenariat franco-sud-africain me semble donc solide.

Le Président Mbeki a par le passé gratifié la France du titre de "Citoyenne d’Afrique". C’est à mes yeux un vrai compliment et je souhaite que la France le mérite.

Pendant la campagne présidentielle j’ai exprimé ma volonté de rénover la relation entre la France et l’Afrique. J’ai commencé à le faire.

D’abord en matière de sécurité.

Ainsi, il y a trois semaines au Tchad, alors que des mouvements rebelles tentaient de renverser par les armes les autorités légales du pays, la France, qui, vous le savez, a dans le pays un dispositif militaire, s’est interdit de s’immiscer dans les combats.

Ce changement était nécessaire, et la raison en est simple.

La présence militaire française en Afrique repose toujours sur des accords conclus au lendemain de la décolonisation, il y a près de 50 ans !

Je ne dis pas que ces accords n’ont pas été justifiés. Mais je dis que ce qui a été fait en 1960 n’a plus le même sens aujourd’hui. Leur rédaction est obsolète. Il n’est plus concevable, par exemple, que nous soyons entraînés dans des conflits internes. L’Afrique de 2008 n’est pas l’Afrique de 1960 ! La France en tirera toutes les conséquences avec ses partenaires africains.

Je souhaiterais, à cet égard, faire quatre propositions.

La première porte sur les accords de défense entre la France et les pays africains. Ils doivent refléter l’Afrique d’aujourd’hui, et non pas l’Afrique d’hier. Ils doivent reposer sur les intérêts stratégiques de la France et de ses partenaires africains. Je ne dis pas qu’il faille nécessairement faire table rase et tout effacer d’un seul trait de plume. Mais je dis que la France souhaite engager des discussions avec tous les Etats africains concernés pour adapter les accords existants aux réalités du temps présent et en tenant le plus grand compte de leur propre volonté. Elle sera également ouverte au dialogue avec tous ceux qui souhaiteront nouer avec elle un nouveau partenariat en matière de sécurité.

Deuxièmement, je propose de refonder nos relations sur le principe de transparence. La transparence, c’est la meilleure garantie pour des relations solides et durables, le meilleur antidote aux fantasmes et aux incompréhensions si complaisamment répandus lorsqu’on évoque les liens qui unissent la France aux Africains. Contrairement à la pratique passée, nos accords devront être intégralement publiés. Je compte également associer étroitement le Parlement français aux grandes orientations de la politique de la France en Afrique.

Troisièmement, je propose que la présence militaire française en Afrique serve en priorité à aider l’Afrique à bâtir, comme elle en a l’ambition, son propre dispositif de sécurité collective. L’Union africaine souhaite disposer de forces en attente à l’horizon 2010 – 2012 ? Que cet objectif soit aussi celui de la France ! La France n’a pas vocation à maintenir indéfiniment des forces armées en Afrique.

Il ne s’agit pas d’un désengagement de la France en Afrique. Je souhaite au contraire que la France s’engage davantage au côté de l’Union Africaine pour construire le système de sécurité collective dont l’Afrique a besoin car la sécurité de l’Afrique c’est d’abord naturellement l’affaire des Africains.

Enfin, ma dernière proposition vise à faire de l’Europe un partenaire majeur de l’Afrique en matière de paix et de sécurité. C’est le sens du partenariat conclu entre nos deux continents à Lisbonne en décembre dernier. Il appartient désormais aux Européens et aux Africains de le construire ensemble. C’est dans notre intérêt à tous, car une Europe forte a besoin d’une Afrique forte.

Mais la France a une conviction, et je sais que l’Afrique du Sud la partage : le meilleur garant de la paix et de la sécurité en Afrique comme partout ailleurs, c’est la démocratie et la justice. C’est vrai en Côte d’Ivoire où je souhaite la tenue d’élections libres, justes et reconnues. Il en va de même au Zimbabwe. C’est aussi vrai au Tchad où l’enracinement de la démocratie appelle dès maintenant de nouveaux efforts de la part de tous. La démocratie et les Droits de l’Homme ne sont pas une conditionnalité imposée de l’extérieur. La démocratie et les Droits de l’Homme n’ont rien d’étranger à l’Afrique. Ce sont des aspirations des populations africaines que la France partage.

En matière de développement, je souhaite que la France contribue plus activement à la lutte contre la pauvreté en Afrique.

Elle le fera en continuant à soutenir la réalisation des Objectifs de Développement du Millénaire. Elle maintiendra son engagement financier dans ce domaine.

J’ai également souhaité que la France intervienne de manière plus ciblée pour favoriser l’accélération de la croissance économique. Je souhaite qu’elle contribue directement à la création d’entreprises africaines génératrices d’emplois.

C’est pourquoi j’ai décidé de lancer une initiative de soutien à la croissance économique, ouverte à d’autres partenaires.

Cette initiative, qui sera mise en œuvre par l’Agence Française de Développement comporte trois composantes :

D’abord un fonds d’investissement de 250 millions d’euros prendra des participations dans d’autres fonds mixtes ou thématiques.

La deuxième composante est la création d’un fonds de garantie doté aussi de 250 millions d’euros. Il doit permettre de faciliter l’accès des PME africaines au crédit bancaire et au capital.

La dernière composante est le doublement de l’activité de l’Agence Française de Développement en faveur du secteur privé, soit un engagement de 2 milliards d’euros sur 5 ans.

Au total, cette initiative mobilisera deux milliards et demi d’euros en 5 ans ; qui financeront directement ou indirectement prés de 2000 entreprises, pour la création de 300 000 emplois.

En intégrant cette initiative, le total des engagements financiers français bilatéraux pour l’Afrique subsaharienne s’élèvera donc à 10 milliards d’euros sur les 5 prochaines années.

Le secteur privé français doit également participer activement à la croissance économique africaine.

Je ne saurais parler de l’avenir des relations entre la France et l’Afrique sans évoquer la question des migrations. 65% des 200 000 étrangers qui s’installent chaque année en France viennent du continent africain.

Cependant, il ne s’agit pas seulement d’un phénomène Nord-Sud. La grande majorité de ces mouvements migratoires est interne au continent africain.

L’Afrique du Sud accueille d’ailleurs à elle-seule près d’un quart des populations migrantes en Afrique.

La réalité de l’immigration n’est pas satisfaisante aujourd’hui. Elle ne l’est pas pour nous ; elle ne l’est pas davantage pour vous. Européens et Africains du Sud, nous sommes confrontés au même défi. Alors que 500 000 personnes entrent illégalement en Europe tous les ans, l’ampleur du phénomène vers l’Afrique du Sud l’oblige également à un très grand nombre d’expulsions.

Je ne dis pas que l’immigration est un phénomène qu’il faudrait combattre. J’ai toujours rejeté l’idée d’immigration zéro, une idée à la fois irréaliste et dangereuse. La France comme l’Afrique du Sud sont deux nations qui doivent une part de leur essor à l’apport des migrants.

Aucun pays au monde ne peut se permettre de recevoir une quantité de migrants qui excède sa capacité à les accueillir dignement, dans le travail, le logement, l’éducation et les soins. La rupture de cet équilibre entraîne des phénomènes de chômage massif des étrangers, d’exclusion et de ghettos. A terme, elle favorise la violence et la xénophobie.

C’est la responsabilité de tout Gouvernement de décider combien de migrants il est prêt à accueillir sur son territoire et dans quelles conditions. Le principe vaut autant pour les Européens que pour les Africains.

La France prépare une réforme capitale de sa politique de l’immigration. Un quota annuel de nouveaux migrants accueillis en France sera débattu et voté chaque année par le Parlement. Ce plafond chiffré comportera des sous-catégories par motifs d’immigration – travail ou regroupement familial. Il sera négocié avec les pays d’origine dans le cadre des accords de gestion concertés des flux migratoires.

Le temps est venu de construire un partenariat euro-africain sur les migrations, en particulier sur trois sujets essentiels :

D’abord le pillage des cerveaux. Un rapport de l’OMS de 2006 souligne ainsi que l’Afrique qui supporte 24% du fardeau des maladies ne possède plus que 3% du personnel médical. Cette situation n’est pas tenable. Il nous faut organiser des migrations d’allers-retours ; éviter le départ définitif des élites africaines.

Ensuite, la répression des filières : il est temps que la communauté internationale se mobilise contre cet odieux trafic.

Enfin le co-développement, c’est-à-dire la mobilisation des populations migrantes pour le développement des pays d’origine.

Ce nouveau chantier fait partie d’un large paquet de mesures adopté lors du 2ème Sommet UE Afrique à Lisbonne. Je me réjouis qu’il ait pu se tenir en décembre dernier. La France soutient cet engagement européen accru en Afrique.

Mais cette relation nouvelle ne rend pas obsolètes les liens spécifiques entre la France et l’Afrique.

Au-delà de la relation entre Etats, ces liens s’établissent aussi entre parlementaires, collectivités locales, syndicats, associations, universitaires ou opérateurs économiques.

Ces liens sont forts et me conduisent aussi à souhaiter la poursuite des Sommets Afrique-France. Certes, j’entends bien les critiques. Ces rencontres ont débuté en 1973, mais elles n’ont pas vocation à être une simple perpétuation du passé. Il y aurait un paradoxe à les abandonner, au moment même où leur modèle est copié par de nombreux autres pays.

Pour autant, il est nécessaire de les adapter quant à leur finalité et à leur déroulement.

Il est nécessaire d’en changer les méthodes et les objectifs. Leur préparation mériterait plus de concertation ; les débats gagneraient à être structurés différemment ; il y a lieu d’ajuster leur périodicité à celle d’autres rencontres, dans le cadre de l’Union Européenne ou de l’Organisation Internationale de la Francophonie. On peut songer enfin à leur conférer un caractère plus concret, tirer des bilans ou formuler des orientations.

Je propose que la prochaine réunion ministérielle de suivi qui précèdera le prochain Sommet déjà prévu au Caire en 2009 soit l’occasion de se prononcer en commun sur de nouvelles modalités.

Alors que débute le XXIème siècle, notre génération porte la lourde responsabilité de lui éviter les drames qu’a connus le précédent. Le message d’humanité et de réconciliation venu d’Afrique du Sud doit nous guider.

Dans mon bureau, il y a une photo de Nelson Mandela qu’il m’a offerte lorsqu’il est venu à Paris l’année dernière. Quand je regarde ce visage qui pour le monde entier est devenu celui du pardon, je pense toujours à deux choses qu’il a dites.

La première, c’était pendant la campagne de 1994. Ils disait à ceux pour la dignité desquels il s’était tant battu : « Si vous voulez vivre mieux, vous devez travailler dur. Nous ne pouvons le faire à votre place ; vous devez le faire vous-mêmes. »

La deuxième, c’est ce passage magnifique à la fin de ses mémoires, quand il dit : « Personne ne naît en haïssant une autre personne à cause de la couleur de sa peau, ou de son passé, ou de sa religion. Les gens doivent apprendre à haïr, et s’ils peuvent apprendre à haïr, on peut leur enseigner aussi à aimer. »

Votre histoire nous enseigne que les hommes ne sont pleinement humains que par et grâce à d’autres hommes. Votre pays en fait tous les jours la démonstration en faisant coexister les descendants des esclaves et ceux des maîtres ; les descendants des fermiers venus d’Angleterre, des Pays-Bas ou de France et ceux des conquérants zoulous et des guerriers khossas ; les descendants des métayers venus du Gujarat et ceux des mineurs venus de toute l’Afrique Australe.

Votre histoire démontre que les valeurs de votre révolution, comme celles de la Révolution Française, peuvent toujours permettre de transformer le monde. Ensemble, nous croyons à l’égalité des droits et à l’égalité des dignités.

Il nous dit que le monde, pour réussir, a besoin de l’Afrique et de sa voix, d’une Afrique debout, vivante et libre.

Vive l’Afrique du Sud,

Vive la France.

17 commentaires:

Didier B a dit…

La fin du discours est particulièrement répugnante, pour tous les gens qui vivent l'inégalité au jour le jour en France.

Merci de l'avoir publié.

Anonyme a dit…

Quelle plaie, quel démagogue ce type !

Paul a dit…

Un vrai menteur ce Sarkozy !

Anonyme a dit…

Oui... mais les stigmates du discours de Dakar restent...(T'as du apprécier, AJM. Quel "Voltigeur" ce Sarko, 360° dégré!) Un vrai grand huit à lui tout seul!

Charly

Bergerac a dit…

Un discours aussi chiadé ne peut êtrel'oeuvre de riton Gaino Je parie un euro qu'il a changé de porte-plume notre Duracel comme dirait madame Merkel De toute façon ce n'est qu'un discours et tout ce qu'il raconte n'est qu'une évidence : il faut savoir quitter les choses avant qu'elles ne vous quittent les africains pas les dirigeants regardent desormais vers le grand large De la France ils ont un autre regard Duracel est contraint de le constater
100000 etudiants en France tous les ans il ne doit pas savoir bien compter

Anonyme a dit…

On aura tout vu avec Tony MONTANA.
Ce serait bien de faire un lien avec le discours de Dakar.

Anonyme a dit…

Quel beau discours ! Et quelle belle pub tu lui fais à ce con de Sarko, l'AJM !

Bergerac, quand tu dis que l'Afrique se tourne vers le "large", tu penses à la Chine ? C'est vrai qu'elle commence à être bien installée en Afrique, la Chine, et qu'elle est large, mais je crains que les Africains n'aient à regretter le colonialisme (ancien et néo) européen très très vite, en comparaison. Quand je dis les Africains, je parle de la population générale, pas des dictateurs qui se frottent les mains, eux. Car quand les Occidentaux envoient de l'argent en Afrique, ils essaient un p'tit peu de faire en sorte que la population en voie un p'tit peu la couleur, alors que les Chinois s'en foutent complètement !

Ca peut difficilement être pire en Afrique ? Si si, ça peut encore être pire, et avec la Chine ce sera ENCORE pire.

Doum a dit…

Attention please!
->> Remove Viruses! <<-

AJM a dit…

Bonjour à tous !

Bienvenus Didier B. et Bergerac !

En lisant entre les lignes, vous pouvez constater que cet homme ne sait même pas ce qu'il dit.

Rien que des effets d'annonce qui ne seront jamais suivis en pratique. C'est de la poudre aux yeux.

@+

Anonyme a dit…

Bonjour ! Mr allan jules. Je n'ai pas pu lire le discours en intégralité, car tout simplement sa me donne envie de VOMIR et je pése mets mots. Sincérement se soit disant président n'a aucune dignité et n'a honte de rien. Comment les français de souche ose encore tolérer un tel nain à la tête de leur pays.

AJM a dit…

Bjr @nonyme,

Je ne sais pas. Il faut probablement penser à une destitution. On en parle de plus en plus car, tout le monde dit déjà ce jadis, je disais, sur ce régime: ça va mal finir.

Sarkozy a dit…

Le dernier homme a avoir sérré la main à Sarkozy est Jamel Debouzze.

Sarkozy fait pleurer les oignons

Sarkozy sait parler le braille.

Sarkozy mesure son pouls sur l’échelle de Richter.

Sarkozy peut taguer le mur du son

Sarkozy est capable de laisser un message avant le bip sonore.

Sarkozy peut te faire passer un sale quart d’heure en 8 minutes.

Jésus a marché sur l’eau, mais Sarkozy a marché sur Jésus.

J.C.Van Damme casse des noix entre ses fesses. Sarkozy casse J.C.Van Damme de le même façon.

La mer morte ne l’était pas avant de connaître Sarkozy

Si Sarkozy dort avec une lampe allumée, ce n’est pas parce qu’il a peur du noir mais parce que le noir a peur de lui.

Sarkozy est en couleur sur les photos Noir et Blanc.

Des gamins pissent dans la neige pour écrire leur nom. Sarkozy le fait dans le béton armé.

Maitre Yoda a perdu la vie le jour où il a appelé Sarkozy.

Sarkozy a inventé l’écriture pour faire comprendre a un sourd qu’il allait lui péter la gueule.

Danette se lève pour Sarkozy.

La semence de Sarkozy ne contient qu’un seul spermatozoïde : celui qui a tué tous les autres.

Les amnésiques se souviennent quand même de Sarkozy.

Sarkozy joue à la console sans télévision, il trouve que c’est trop facile sinon.

Sarkozy a terminé l’histoire sans fin

Sarkozy a soulevé Guy Carlier. Nan j’déconne, mais il a faillit....

Sarkozy n’est pas au courant de ce site. Autrement, il aurait supprimé Internet.

Sarkozy a fini Super Mario Bros sans sauter.

Sarkozy a été prof de maths, voici un théorème extrait d’un de ses cours : un poing est l’intersection de deux droites dans la gueule.

En réalité, c’est Sarkozy qui met le chocolat dans le papier d’alu

Sarkozy a reussi à tracer une droite jusqu’a la fin

Sarkozy n’a pas besoin de boussole. C’est lui qui décide de l’endroit où il se trouve.

Avoir la tête dans le cul c’est possible, avec Sarkozy.

Sarkozy peut rembobiner un DVD.

Sarkozy peut faire un strike au billard .

Sarkozy mange le kinder avec la surprise

Sarkozy aime la vie. Une chance pour elle.

Si Zidane a donné un coup de boule a Materazzi, c’est parce que ce dernier avait insulté Sarkozy !

Si Anakin Skywalker avait connu Sarkozy il n’aurait pas choisi le coté obscur de la Force, il aurait pris une bonne claque dans sa gueule et puis c’est tout.

Un jour Sarkozy a attrappé la grippe, et il lui a défoncé la gueule.

Si Jesus n’est pas descendu sur terre depuis 2000 ans, c’est parce qu’il doit du fric à Sarkozy.

Le chauffeur de Lady di n’avait pas vu que Sarkozy traversait

Sarkozy peut faire pleurer la Vache Qui Rit.

Quand il a vu Sarkozy, le Colonel Moutarde s’est suicidé dans la cuisine, avec le chandelier.

À la dernière page du Livre Guinness des Records, il est mentionné que tous les records sont détenus par Sarkozy, et ceux inscrits dans le livre sont seulement les personnes qui se sont le plus rapprochées de la performance de Sarkozy.

Sarkozy peut capter le wifi avec un pot de nutella.

Avec Sarkozy les antibiotiques sont automatiques.

Le pitbull de Sarkozy a mis une pancarte devant sa maison avec inscrit dessus "Attention : Sarkozy"

C’est Sarkozy qui prend la mer, c’est pas la mer qui prend Sarkozy. Tatatam

Sarkozy sait ou se trouve Ornicar.

La derniere fois que Sarkozy a rencontré Bamby, il est revenu avec un pied de biche.

Quand Sarkozy mange une crêpe il trouve la fève

Sarkozy peut arréter la chaîne d’une tronçonneuse en marche avec ses parties génitales.

Sarkozy fait ses soudures au napalm

C’est Sarkozy qui a écrit la fable :"Steven Seagal et la fourmi".

Sarkozy peut siffler en se lavant les dents.

Sarkozy est mieux coiffé que David Pujadas

Sarkozy ne joue pas aux Echecs. Il ne connait que la Réussite.

La chanson "Manhattan - Kaboul" de Renaud et Axelle Red est la version soft de "Texas - Coup d’boule" de Sarkozy.

Jerome Kiervel n’a jamais perdu les 5 milliards d’euro de la Société Générale, il a juste permis à Sarkozy de faire un retrait.

Sarkozy peut rester 60 minutes sous l’eau. Et 40 minutes sous la lave.

Sarkozy est né au bout de seulement un mois de grossesse...il en avait marre d’attendre.

AJM a dit…

Trop fort !

En plus, c'est à la troisième personne. Comment ça se passe en Afrique du Sud Mister président ?

David Douillet a dit…

Avant Sarko faisait 2 m 15.

Puis Davis Douillet lui a mis une tape sur l'épaule.

MD a dit…

si Sarko siffle en le brossant les dents, ça veut dire qu'il a un dentier ?

MD a dit…

Monsieur le Président est un véritable moulin à paroles, il parle, il parle, il aligne les mots les uns derrière les autres, si ça se trouve, il fait ça juste pour le plaisir de s'entendre parler...ou alors, il s'agite, il court à droite, il court à gauche... on devrait l'équiper d'une dynamo, il éclairait Paris gratis (en plus, c'est à la mode les énergies alternatives)...

Sarkozy a dit…

Sarkozy a compté jusqu'a l'infini..deux fois...

La grande muraille de chine a été originellement concue pour maintenir Sarkozy en dehors du pays.
Cela fut un misérable échec

Sarkozy est le seul homme a avoir battu un mur de brique au tennis

Nagasaki n'a en fait jamais recu de bombe atomique, la vérité c'est qu'un jour, Sarkozy a sauté
d'un avion et a attérit sur le sol

Sarkozy était jouable dans la première version de street fighter II, mais il a été enlevé par les Beta Testeurs car le moindre bouton frolé causait un serieux botage de cul de la part de Sarkozy qui entrainait necessairement la défaite de l'adversaire, quand on a demandé a Sarkozy la raison de ce beug il a déclaré: "ce n'est pas un beug"

La scene d'ouverture "d'il faut sauver le soldat Ryan" est originellement basé sur une partie de balle
au prisonier que Sarkozy disputa en CM2

Quelqu'un a un jour essayé de dire a Sarkozy que les botages de cul n'étaient pas la meilleure facon
de corriger quelqu'un. Il est aujourd'hui admis par les historiens que ce fut la pire erreur qu'un etre humain ait jamais faite...

"Les tourtues ninja" sont en fait basées sur une histoire vraie..pendant sa jeunesse, Sarkozy a un jour avalé une tortue entière lorsque qu'il l'a recraché, la tortue mesurait 1.95 mètres, pouvait parler et avait appris le karaté

Sarkozy a un jour défié Lance Armstron a un concours de "qui a les plus de testicules" et il a gagné par 5 points d'écart

Il n'y a pas de races, seulement tout une partie d'etres humains que Sarkozy a bastonné jusqu'a des différends stades de noir, de bleu et de rouge..

Sarkozy n'écris jamais, les mots s'assemblent d'eux meme sous l'emprise de la peur..

Sarkozy sait diviser par zéro

En urinant, Sarkozy est aisaiment capable de faire fondre du titanium

A la fin de sa vie, Casanova a avoué avoir couché avec plus de 20 000 femmes, en entendant cela Sarkozy a soupiré: "bof, un mauvais mardi quoi.."

Pour certain hommes le testicule gauche est plus large que le testicule droit, chez Sarkozy, chaque testicule est plus large que l'autre...

Au commencement il n'y avait rien, puis Sarkozy a botté le cul a ce rien criant "Trouve toi un travail"
ainsi commenca l'histoire de l'univers...

Sarkozy ne fais jamais de strike au bowling, il ne fais que faire tomber une quille, et les autres ensuite font semblant

Sarkozy peut regarder le "6 minutes" en 2 minutes..

George W.BUsh a menti a propos des armes de destruction massive en Irak..Tout le monde sait que Sarkozy n'a jamais vécu la-bas.

Sarkozy a un jour avalé un paquet entier de somnifères... il a cligné des yeux

Sarkozy est respondable de la surpopulation en chine, un jour il a gagné un tournoi de karaté a Beijing et toutes les femmes dans un rayons de 1000 kilometres sont instentanément tombées enceinte..

Certaines personnes portent des pyjamas superman...superman porte un pyjama Sarkozy

Quand Dieu a dit "que la lumiere soit" Sarkozy a dit "on dit s'il te plait"..

Un jour Sarkozy descendit dans la rue avec un gigantesque érection....les journeaux télévisés raportèrent qu'il n'y eut aucun survivant..

Les bottages de cul de Sarkozy ne tuent pas vraiment les gens...ils ne font qu'effacer leur existence du continium espace-temps

Sarkozy peut claquer une porte fermée.

Il n'y a pas de réchaufement planetaire...Sarkozy a parfois un peu froid alors il rapproche le soleil...

Il est courament admis qu'en fait, jésus christ n'était que la doublure de Sarkozy pour le moment de la
crucifixion...en effet il semble proprement impossible de percer la peau de Sarkozy avec des clous

Sarkozy a en fait construit Rome en un jour

A chaque fois qu'un président est élu, il doit demander a Sarkozy la persmission de vivre à l'Elysé...en effet, Sarkozy a gagné toutes les élections locales et nationales depuis 1789...Il permet
simplement a d'autres de faire tourner le pays..

Sarkozy aime les malabars bigout...quand il y a plus de gout il les jette vers jupiter..
depuis ca s'accumule

Sarkozy est volontaire pour rester sur terre apres la fin du monde...Il pourra ainsi passer son temps a combatre l'antichrist..

Sarkozy est le seul mamifère a posseder un pouce oposable a son pénis...

Sarkozy peut vous boter le cul plus vite que la lumiere...cela signifie que quand vous apuyez sur l'interupteur, il peut vous tuer avant que la lumière ne s'allume

Le film Godzilla est en fait basé sur la vidéo du premier voyage de Sarkozy au japon

Un jour Sarkozy a donné un coup de pied retourné dans le coup d'un cheval...aujourd'hui ses déscendants sont connus sous le nom de girafes...

Le clonage humains est en fait interdit car si on clonait Sarkozy, les deux sarko pourraient essayer de se battre et les physisiens pensent que l'énergie dégagée durant un tel combat pourrait détruire l'univers...

L'univers est en expansion continuelle...et ce parce qu'il essaye d'échapper a Sarkozy

Dans le premier jurasic park, le tyranosaure ne poursuivait pas la jeep...Sarkozy poursuivait le tyranosaure ainsi que la jeep...

Sarkozy ne lave plus ses vetement dans l'océan....il parait que les tsunamis tuent des gens par millions...

Quand Sarkozy et Mister T. marchent dans un bar, le bar est instentanément détruit car un tel taux d'EXTRAORDINAIRE ne peut etres contenu
dans un seul batiment...

Courir plus vite qu'une balle de révolver, etre plus puissant qu'un locomotive, etre capable de sauter par dessus un buildin d'un seul bond..
oui c'est un petit extrait des exercices d'échauffement de Sarkozy.

Sarkozy peut juste d'un préssion de ses mains faire de la poussiere avec des diamands..

Sarkozy a un jour parié a la NASA qu'il pouvait survivre a une entrée dans l'atmosphere a plein vitesse et sans aucune combinaison.
Le 19 juillet 1999, totalement nu, Sarkozy a pénétré l'atmpsphère terrestre, a survolé plus de 22 états et a ateind la température de 3000 degré..embarassée ,la NASA a décrété qu'il sagissait d'un météor et doit toujours un bierre a Sarkozy

Le sigle sur une place pour handicapés ne veut pas dire que la place est réservée au gens handicapés mais que la place apartiens a Sarkozy et qu'il y a une haute probabilité que vous finissiez handicapé si vous vous y garez...

Sarkozy ne fabrique pas de beurre...il tabasse la vache et le beurre sort tout seul...

Quand Sarkozy paye ses impots, il envoit un cheque en blanc en incluant en haut une petite photo de lui en garde et pret a l'attaque...
Sarkozy ne paye jamais d'impots...jamais...

En fait, Sarkozy a été le 4eme homme a donner un cadeau au petit jesus a sa naissance, cadeau que le christ n'a daillieurs jamais quitté jusqu'a sa mort...les 3 autres était jaloux de la préférence acordé au cadeau de Sarkozy par le seigneur et se sont arrangés pour que le nom de Sarkozy n'apparaisse jamais dans la bible...tous les trois moururent peu apres avec des mysterieuses traces de botages de cul
sur le corps...

Des archéologues ont trouvé un vieux dictionnaire en mandarin datant du 7eme siecle dans lequel la definition de victime est "personnes qui ont rencontés Sarkozy"

L'émission Kho-Lanta devait originellement metre en scene des gens piégés sur une ile avec sarkozy ...n'ayant eu aucun survivant, ce concept a du etre abandonné et les premiers enregistrement ont étés soigneusement détruits par TF1 pour étouffer l'affaire...

Sarkozy est proche de ses amis...il est aussi proche de ses ennemis..juste au cas ou il faudrait leur botter le cul...

Grace a son fameux bottage de cul, Sarkozy a un jour marqué une pénalité depuis les 22 mètres du stade vélodrome de marseille jusqu'entre les poteaux du Qualcomm Stadium de San Diego....

Sarkozy a prouvé que nous étions seuls dans l'univers...Nous ne l'étions pas avant sa premiere expédition dans l'espace...

Un jour, Sarkozy a donné un coup de talonnette dans le sol...mais il a promis de ne plus recomencer....un seul grand canyon suffit pour tout le monde...