mardi 18 mars 2008

BERTRAND DELANOË PRESIDENT EN 2012 ?

Malgré les contorsions de la droite qui veut faire semblant d’avoir « résisté », c’est le mot usité du moment, on voit de plus en plus des apprentis sorciers, toujours les mêmes, refaire le monde à leur image, leur rêve, croyant prendre les autres pour des imbéciles.

Les envolées lyriques de la nouvelle extrême droite au pouvoir me font pleurer de rire comme le disait un rappeur célèbre. A les écouter depuis leur débacle d'hier, au croit à s'y méprendre entendre les aphorismes d'une Eve Angeli en pleine forme. Ils sont pathétiques.

C’est ainsi que la nouvelle prose morbide actuelle est de faire de Delanoë, l’homme providentiel de la gauche, avec un destin national tout écrit. Il faut les voir déblatérer pour croire à ce soi disant miracle qui se profile à l’horizon.

Les mêmes spécialistes auto proclamés, reviennent sur la prochaine gestion de la municipalité parisienne, avec un « maire préoccupé par la reprise du PS » disent-ils. Ce n’est pas la première fois qu’on les entend dans ce registre mortifère, aussi nauséabond que leurs idées.

Dit en passant, ce n’est pas le sujet mais, de voir le suicide d’un gamin de 19 ans, jeune athlète kenyan émérite, parce qu’on lui refuse le droit d’asile alors qu’il pouvait apporter beaucoup au sport hexagonal, me fait vraiment mal pour sa famille et pour ce pays. La dérive raciste devient de plus en plus insupportable.

Revenons à nos moutons.

Bertrand Delanoë n’est pas Mitterrand, le seul homme de droite élu par la gauche et qui avait fait croire aux Français qu’ils étaient de gauche. Vaste programme. Être jospiniste est aujourd’hui un boulet dans l’opposition de gauche. Or, qui dit Jospin dit Delanoë.

Considérant que la base du PS est avec Ségolène Royal, cette nouvelle tentative de déstabilisation ne marchera pas. Si l’édile parisien est intelligent, mieux vaut maintenant faire équipe avec la/le futur(e) premier secrétaire (première secrétaire) du parti socialiste sinon, il restera à Paris à jamais et n'arrivera pas à bon port.

Delanoë a-t-il véritablement un réel destin national ? Non. Lui-même doit le savoir et ne s’aventurera sans doute pas à l’assaut du parti sinon, il signera sa mort politique il me semble, au sein du PS s’entend.

10 commentaires:

Anonyme a dit…

Ce mec n'a aucune chance devant Ségolène Royal !

Jessica a dit…

J'ai très beaucoup du mal à tout bien comprendre. C'est un peu confus, légèrement abscons avec une pincée d'abstru (sauf les mots de passe habituels "mortifère, morbide, nauséabond").

Si quelqu'un avoir une machine à décrypter ENIGMA, je suis prendeuse.

Anonyme a dit…

Je crois sincèrement qu'il n'a pas de chance le petit de l'hôtel de ville.

marc a dit…

manifestement les médias semblent jouer un Royal vs Aubry (billet demain...)

KING a dit…

Sans blague.

Négro,

Il faut écrire en Arabe désormais. C'est mieux pour la jesstapo.

Paul a dit…

La folle est de retour !

Moi rien comprendre de cette prose qui fait moi mal au dos, aux cheveux aussi.

Jesstapo est une belle trouvaille mon cher King.

SANSVOIX a dit…

Delanoê,oui est un des premiers jospiniens ou jospinistes de première heure.

Il serait étonnant qu'l ne soit pas aussi suffisant que l'est Jospin !

Et s'il veut jouer vraiment un rôle au PS, il doit commencer par éviter Jospin

2008 en Salopettes a dit…

Delanoe a en effet peu de chances d'avoir un destin présidentiel.

D'abord parce qu'il est homosexuel et que l'homophobie reste assez importante en France.

Ensuite parce qu'il n'a aucune expérience gouvernementale.

Enfin parce qu'il est trop parisien pour le reste de la France. Chirac s'était servi de la Mairie de Paris comme d'un tremplin pour ses ambitions nationales, mais il avait un fort enracinement dans la France profonde puisqu'il vient de Corrèze et qu'il a été Ministre de l'agriculture.

L'animal, même s'il est ambitieux, est loin d'être idiot, et il sait très bien que ses chances d'être désigné par le PS puis d'être élu par les français sont quasi-nulles. C'est certainement pour ça que les rumeurs de ticket entre Segolene et lui (en tant que premier ministre) vont bon train.

A mon sens, l'enjeu le plus important a gauche c'est de définir un programme politique cohérent et donc le choix des alliances.
Avec deux alternatives, a gauche toute avec la gauche anti-libérale, ou bien une orientation sociale-libérale avec le centre gauche (Modem). Avec dans les deux cas, un risque d'explosion du PS.

Bref le PS a du pain sur la planche.

Anonyme a dit…

sioniste qu'il est, il sera president du kibboutz de haifa... celui situe au sous sol, au dessu il y a plus personne les 'roquettes' du hizb les ont fait fuir... demandez a jessica

AS

Anonyme a dit…

Le fait qu'il n'ait pas de destin n'a rien à voir avec son homosexualité: il n'a pas de destin parce qu'il est jospinien.

Ce n'est pas une tare d'être jospinien mais une façon de faire de la politique (et de gérer des hommes et des collectivités: cf la Mairie de Paris) dont on ne veut plus au PS. On veut moins d'autoritarisme et plus de vraie autorité (Ségolène en a naturellement), moins d'hypocrisie programmatique et plus de rénovation par le bas, plus de démocratie et moins de technocatisme...

A Paris, DelanoË ne fait déjà pas l'affaire. Alors, je ne vous dis pas au plan national.

Bravo pour ton sujet "différent", AJM !

Julien Tolédano