jeudi 3 avril 2008

CARLA BRUNI-SARKOZY FLINGUE G.-M. BENAMOU

La nomination au poste de directeur de la Villa Médicis à Rome de Georges-Marc Benamou a fait psitt. D'un côté, il s'agissait d'un reniement sarkozyste concernant la désignation à certains postes qui relevaient normalement d'une commission. Il aurait fallu qu'il soit nommer d'office pour que le chef de l'État revienne honteusement comme avec le cas afghan, à une promesse de campagne.

Après avoir été khalife (ministre de la culture) à la place du khalife (Albanel), après avoir voulu prendre la place de de Carolis à France Télévisions, le très ambitieux Georges-Marc Benamou, ancien mitterrandien, s'est sabordé tout seul. Lui qui s'illustra pendant son court règne à l'Elysée comme conseiller en se compromettant ici ou là, zèle dans un restaurant près de l'Etoile notamment, ou encore en menaçant des journalistes, vu sur Bakchich.info, il se retrouve aujourd'hui sans un point de chute.

Georges-Marc Benamou






Finalement, et contrairement à certaines allégations lues un peu partout, c'est Carla Bruni-Sarkozy en personne qui a demandé à son époux de mettre fin aux "conneries" de l'auteur à succès.

Entre les accointances de la première dame avec la famille Poivre d'Arvor dont Olivier, le frère de l'autre est archi favori au directoire de la Villa Médicis, ses amitiés avec Jeanne Moreau et.....Christine Albanel (donnée mille fois partante du gouvernement) toutes deux pro-Olivier, le conseiller a été sacrifié, après avoir refusé auparavant cette pantouflarde de la Villa Médicis...

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Waouh !

A peine mariée, elle a déjà une emprise sur lui.