lundi 28 avril 2008

compte rendu de l'hommage à Césaire au théâtre de la main d'or.

AJM, un Nègre debout, lit son speech gribouillé à la hâte.

Ce fut un moment inoubliable. Féerique et haut en couleurs était cet hommage rendu à Aimé Césaire au TMO par tous. Blancs, Arabes et des Nègres debout assistaient à cette symphonie goupillée de main de maître par A2N à qui je donne la mention honorable. Contrairement à la parodie de la Sorbonne, simulacre abyssal d'hypocrisie, tout le monde est rentré la tête pleine de bulles de joie, de satisfaction.

Tout commença avec mon arrivée au Théâtre de la Main d'Or, lieu mythique offert gracieusement par un homme de cœur, Dieudonné, fait rare de nos jours. Petits fours, acras, rafraîchissements à foison.

Il est 14h, les techniciens s'affairent pour régler le son, installer les micros, pendant que les jumeaux Masao (voir clip en dessous) répètent.

Les choses sérieuses commencent avec la projection d'un film retraçant la vie de cet illustre Nègre. De nombreux invités comme Jean-Philipe Omotundé, des témoignages de Joby Valente, Me Maurille Okilassali, votre humble serviteur, Jean-Marie ou Paul H. Ginette Hess Nkandrani, de tous les combats justes et qui voulait cet hommage, remercia chaleureusement Dieudonné.

Ensuite, l'incontournable Ernest Nlend, président de l'association APCK-KWANZAA, présentateur de l'évènement prend la parole. Dans une logorrhée digne, sans concession, il brossa le portrait de Césaire en invitant les parents à transformer cet essai.

Comme un coq Martiniquais debout, Césaire est aussi un lion. "Un lion ne meurt jamais il dort" comme le dira un des Masao.

Les artistes se succèdent sur scène. Percussions antillaises avec le groupe bèlè, BOUKAN, poésie avec la lecture d'un poème du poète sénagalais, Birago Diop, par une voix suave et drôlement sympa en plus, portée par un sublime personnage au nom très évocateur: Fleur du Maroni. J'aperçois Franco du groupe de rap La Brigade. Que dire de la prestation du poète camerounais Alain Alfred qui déclama sa poèsie avec une onction particulière, une maestria et une émotion vive, surtout lorsqu'il récita son poème dédié aux immigrés, ces bébés, femmes et hommes traqués et chassés partout.

Ensuite, j'ai découvert deux conteurs des Caraïbes, Philippe Cantinol et Igo Drane, tous deux au débit verbal incomparable. La classe. Entre la maîtrise de "Cahier d'un retour au pays natal" de Philippe, les historiettes hors pair de Igo, c'étaient des frissons qui nous envahissaient.

Dans la section zouk, l'apparition sur scène d'Yvan Voice, un Nègre debout, président de l'association Archive, et seul zoukeur conscient et engagé (clip en dessous), loin des clichés sea, sex and sun. Son prochain album est sorti. Son titre évocateur: peuple d'ébène. Tout un programme.

La fête, car s'en était une, s'est terminée avec un note musicale aux couleurs de l'Afrique avec les Masao qui ressuscitent un rythme, une danse ancestrale sawa du littoral camerounais, à Douala, l'ESEWE m'ont-ils dit.

Quel bel hommage !
____________________________________________

Ont aussi participé à cet hommage:

Les membres de THOTEP.

Bookman de KAMAYITI.COM


YVAN VOICE- on nous doit la vérité

LES JUMEAUX DE MASAO

Si vous avez aimez, votez pour cet article en cliquant sur les étoiles en dessous. MERCI !

Aucun commentaire: