lundi 16 juin 2008

LA DICHOTOMIE AMERICAINE AVEC ISRAËL : ENTRE REALITE ET ESBROUFE.

Ce machin nommé ONU a fait aux Palestiniens, la pire des injustices qui soit, en donnant à la minorité juive, plus de terres qu'à la majorité arabe. Malgré les expulsions, les vols de terres, le lynchages des populations mêmes civiles, les dirigeants israéliens veulent toujours plus, bénéficiant de l'impunité. La dichotomie américaine atteint des sommets ces derniers temps.
Israël est de plus en plus empêtré dans une suffisance et une arrogance qui mine la paix. Comment peut-on oser parler de paix, quand, on va dans le sens de ses extrémistes ? Oui, l'annonce de la construction de nouvelles maisons, 1300 pour être précis, à Jérusalem-Est, annexée depuis 1967, ce n'est pas vouloir la paix.
Pendant que le clown des Etats-Unis, qui a eu -on ne sait trop comment-, le privilège et l'honneur de gérer le pays le plus puissant du monde, George W. Bush, fait sa tournée d'adieu, il envoie comme par hasard, la nègresse Condi Rice au choc, parce qu'il a peur du corrompu Olmert. Quand on connaît les foudres contre Obama... Si la Secrétaire d'Etat américaine arrive enfin à dire clairement aux dirigeants de l'Etat hébreu que la colonisation doit cesser, c'est que les abus sont un peu trop visibles. Ce n'est pas vraiment de la faute d'Israël, habitué à faire tout et son contraire, sans la moindre critique, mais des Etats-Unis qui ont laissé faire. La période change-t-elle ?
Les dirigeants d'Israël, créateurs d'ennemis imaginaires à travers le monde, chantres de la non-différenciation entre l'antisémitisme et l'antisionisme, ne font plus recette. Internet, images, informations à flux tendu, interactivité. Le monde est planétaire et le mensonge n'a plus vraiment de place.
On croit rêver avec les propos de Condi qui dit, pour fustiger Olmert et sa clique anti-paix, je cite: Vos manigances «n'affecteront pas les négociations sur le statut final» d'un Etat palestinien et ses «frontières définitives», on reste pantois. Une façon de dire que vos colonisations seront aussi votre pire cauchemar. Israël entendra-t-il raison pour enfin faire la paix comme avec la Syrie désormais en rendant aussi le plateau du Golan ?

3 commentaires:

Georges Marchais 4ever a dit…

J'ai l'impression, et j'en ai d'ailleurs le coeur serré pour les sympathiques palestiniens, que le conflit israélo-palestinien commence franchement à saouler tout le monde. En tout cas, l'heure n'est plus au pro-palestinisme effréné comme c'était encore le cas au début de la deuxième intifada.

Peut-etre est-ce du au rabachage médiatique fait sur ce conflit ou au sentiment que rien ne changera jamais dans cette région du monde, carrefour des haines religieuses.

Il y a aussi le fait que l'image du petit palestinien victime des vilaines brutes israéliennes n'est plus vraiment très vendeuse. Surtout depuis qu'on s'est apperçu (cf. l'affaire Enderlin / Al Durah) que beaucoup des reportages dans les territoires palestiniens étaient des bidonnages, stipendiés par l'AP, made in Pallywood.

L'ambiance générale est à l'islamophobie, l'opinion publique sent l'imminence d'un conflit avec la sphère arabo-musulmane et il est bien évident que dans le contexte de ce futur conflit, les israéliens seront nos alliés et leurs ennemis palestiniens (re)-deviendront les notres !

Pale Eltsine Vaincra !

franck a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
franck a dit…

"le lynchages des populations mêmes civiles"
Tu aurai du écrire "le lynchages des populations UNIQUEMENT civiles".
L'AP n'est pas au regard du droit international un "Etat" et ne dispose pas d'armée (uniquement de forces - limitées - de police) et donc toutes les populations sont par nature "civiles".
Précisons qu'au regard du meme droit internationale les palestiniens ne relevent d'aucun Etat (ils ne peuvent en outre pas se faire délivrer de passports), et sont donc juridiquement des apatrides au plein sens du mot (si largement utilisé a bon et mauvais escient par les juifs eux memes et leurs pires detracteurs). Dans ce cas, la jurisprudence que constitue la création de l'Etat d'Israel devrait a juste titre pousser la communauté internationale a leur accorder un Etat de plein droit (ce qui a été accordé aux juifs).
En outre, le préambule de la constitution de 1946, annexée et partie intégrante de la Constitution de la Ve République prévoit pour tout apatride le droit a demander la nationalité française.
Chacun en tirera les conclusions nécessaires.