samedi 28 juin 2008

LE COUP DE GRIFFE DU LION MUGABE SUR LE FELON TSVANGIRAI


Le leader de l’opposition zimbabwéenne, Tsvangarai, vient d’apprendre à ses dépends qu’on ne joue pas avec un lion, même s’il est vieillissant.

Le vieux lion vient à travers son opposant, démonter une fois de plus aux yeux du monde qu’il reste celui qui a bouté hors du ZIMBABWE, l’oppresseur, le génocidaire de son peuple et qu’il n’est pas prêt à accepter son retour si facilement et sans condition tant qu’il sera vivant.

Cet opposant de salon, Tsvangarai, qui a pris fait et cause pour son bourreau d’hier, a plus fait campagne chez ses maîtres, qu’à l’intérieur de son « pays » où il était censé être.

Ce félon des temps modernes, a eu de la part des ses maîtres, une couverture médiatique digne des scénarios hollywoodien ; allant de l’Europe aux Amériques où il est présenté comme un messie contrairement au vieux lion à qui on attribue le rôle d’un homme qui n’aime pas son peuple (tyran).

Le vénérable et excellent professeur, BWEMBA BONG, me disait souvent ceci : « quand l’Occident encense un individu, sache que cet homme est un danger pour son peuple et qu’il prend conseil auprès d’eux ; c’est le cas des dirigeants de la Françafrique».

Ces sous-préfets de la Françafrique qui affament, tuent et poussent leurs populations à l’exil, détournent les deniers publics qu’ils déposent ensuite dans les banques de leurs maîtres en Occident sont-ils respectables ? Avec cet argent, ils acquièrent des biens immobiliers dans ces pays, avec toujours l’assurance quasi-certaine de perdre, qui, le mobilier, qui, l’argent déposé dans les comptes suisses et autres.

Comme vous pouvez le constater, ces dirigeants-là, ne sont ni inquiétés ni taxées de tyran ou génocidaires pendant qu’ils sont en vie. A tout seigneur tout honneur : ils sont reçus sur tapis rouge, avec la dignité qui sied à un sous-préfet bien sûr, par ces occidentaux dont le mépris à leur égard, ne s’est jamais démenti.


Robert et Dorothy Mugabe.Crédit photo/AFP

Le problème qui fait couler tant d’encre entre le vieux lion et les prédateurs du monde entier, n’est rien d’autre que la répartition des terres cultivables (reforme agraire) que les descendants de ces prédateurs se sont accaparés, après avoir pillés, tués et fait couler le sang des KEMITES, les autochtones.


Le problème remonte aux années 1890 quand des colons britanniques se sont installés sur les territoires qui devaient plus tard constituer la Rhodésie du Sud. Bien que le pays ait accédé à l'indépendance en 1980 sous le nom de Zimbabwe, six millions de Noirs vivent encore sur des terres arides et infertiles qui ne se prêtent pas à l'agriculture, tandis que la plus grande partie des terres arables sont entre les mains de 4 500 exploitants blancs qui pratiquent des cultures commerciales, et de sociétés multinationales.


La crise foncière du Zimbabwe, déclare le président Robert Mugabe, « puise ses racines dans notre histoire de peuple colonisé. C'est une question dont la solution n'est pas négociable ». Le gouvernement répète avec insistance que le programme de redistribution du sol est essentiel à la stabilité sociale et politique du Zimbabwe et note que cette stabilité est conforme aux intérêts des exploitants blancs eux-mêmes.

Le programme de redistribution de la terre envisageait de réinstaller 150 000 familles sur 5 millions d'hectares en l'espace de cinq ans. Mais au sommet agraire de Harare, la plupart des donateurs ont refusé d'annoncer des contributions importantes en faveur du programme, dont le coût estimatif est de 40 milliards de dollars zimbabwéens (1,9 milliard de dollars des US.). On espérait que les donateurs s'engageraient à verser à cette conférence la moitié des moyens de financement du programme, mais les pays occidentaux et les institutions internationales, comme la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI), n'ont promis en fait que le montant dérisoire de 20 millions de dollars zimbabwéens (180 000 dollars des US.).


La leçon que nous pouvons tirer de cette affaire est qu’il n y a pas de génération spontanée. Les personnes qui accusent MUGABE aujourd’hui, sont les descendants de ceux qu’hier encore, étaient à l’origine l’occupation illégale des terres indiennes en Amérique, après le génocide de ces derniers, les privant (survivants) de leur seule ressource de survie, par l’abattage sauvage de tous les bisons, afin de les chasser de leurs terres.

Les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Cet occident qui s’auto proclame détenteur de la vérité absolue, qui décide de qui est tyran et qui ne l’est pas, doit, à mon humble avis, balayer devant sa porte avant d’aller donner de leçons autres.

On dit à qui veut l’entendre que le monde entier condamne le vieux lion mais, je ne savais pas que le monde entier se résume autour de l’Europe et des Etats- Unis. Le ridicule ne tue pas/plus !



Article goupillé par ELYMBA'DIKALO.

11 commentaires:

nubiennes a dit…

C'est bien beau mais les autres pays du monde ont félicité Poutine et fustige Mugabe .
Y'a pas comme une hypocrisie .

Anonyme a dit…

Ah oui,

AJM sait y faire pour soutenir tous les dictateurs de la Planète.

KING a dit…

Yo Négro !

l'anonyme ne sait pas lire ou quoi ? Encore un qui t'attribue le don d'ubiquité.

Bon, j'ai presque terminé mon texte. Hélas, comme je l'ai fait asez rapidement, je vais reprendre depuis le début. Je vais le mettre en ligne ce soir ou demain.

Bye !

Nicole a dit…

N'importe quoi.

AJM est ausi un vrai dictateur. C'est la raison....

Anonyme a dit…

Excellent travail, mwana mboka. L'Afrique a justement besoin de dix MUGABE pour un changement profond. Nous sommes sur la bonne voie.

Mulundà

luc a dit…

Bonjour AJM. Super article mais révoltant, on se croirait dans la quatriéme dimension.

AJM a dit…

Bonsoir à tous !

Enfin je participe à un forum. J'ai eu une journée de samedi très chargée, avec la messe de requiem de la mère d'A2N et par conséquent, je n'ai pu me connecter qu'à 23h ce samedi...nous sommes déjà dimanche, il est 0h10.

@+

Anonyme a dit…

Tu sais, AJM, le sang, qu'il soit kemite ou autre, il est rouge...
Tu sais, AJM, un dicateur sans pitié pour son peuple (le Zimbabwe se développe super bien, Mugabe a rendu son peuple heureux?), qu'il prenne ses conseils en Europe ou ailleurs, reste un dictateur à sans rouge, indéfendable si on a une morale.
Ah, tu n'en as pas. Ah, tu écris ton blog pour flatter ton ego.
C'est donc pour cela que jamais rien de sain ne sort de ta plume.
Bin je te crache à la gueule, tu en profiteras pour te nettoyer.

Anonyme a dit…

AJ tu as raison, quand le toubab crie a l'unisson contre quelqu'un, c'est que ce quelqu'un les fait chier dans leurs petits plans de conslipateurs (^^), je comprends et j'aprouve ton article, et même qsi ça fait mal au cul à certains, ben qu'ils aillent cicatriser en paix ..

mugabe powaaaaaa

Anonyme a dit…

Le "lion" Mugabé a fait du Zimbabwe - ex-grenier de l'Afrique - un pays où on crève de faim, où l'inflation est de plus de 200 000% par mois ! Ton fameux "lion" est un dictateur sanguinaire à la sauce Amin Dada, pauvre abruti !

Anonyme a dit…

Vive Mugabe, vive Duvallier, vive le noirisme, vive les tontons macoute.