dimanche 24 août 2008

BARACK OBAMA-JOE BIDEN: L'IMPOSSIBLE EQUATION POUR LES REPUBLICAINS.




A moins de tomber définitivement dans une approche racialiste, ultime syncrétisme à même de faire perdre le duo de choc constitué de Barack Obama et de Joseph Biden dit Joe, dans un combat probablement au ras des pâquerettes, ils sont inattaquables dans le fond et la forme. Longtemps, il a été reproché au jeune sénateur de l’Illinois, son manque « criard » d’expérience et de naïveté en matière de politique étrangère. Or, aujourd’hui, le choix du dinosaure du Sénat, bat en brèche, toutes les allégations mensongères d’abord véhiculées par l’équipe Clinton et après, par le team de John McCain.

Au-delà des querelles de chapelle lors de la confrontation sans merci entre l’ex first lady et Barack Obama, la venue de Joe Biden pour le ticket Maison blanche, est un plus incontestable. Ce spécialiste en relations internationales et vieux briscard de la politique étrangère des Etats-Unis risque de faire un malheur. D’un autre côté, lorsqu ‘il était avec Hillary Clinton, l’homme a eu des mots très durs à l’encontre du sénateur de l’Illinois. La hache de guerre semble être enterrée.

Pour seule réponse aujourd’hui, les républicains ont accusé le sénateur métis, d’avoir dénaturé ses idéaux relatifs au renouveau qu’il prône. Pourtant, aujourd’hui, ils semblent oublier la critique acerbe sur l’inexpérience. Joe Biden, élu au Sénat en 1973, à 29 ans, est le pire cauchemar de John McCain et des républicains. Loquace, efficace, tenace, l’homme est connu outre-atlantique comme étant l’incarnation de l’intégrité.

De voir tout d’un coup les sondages devenir défavorables pour le sénateur Obama, relève simplement du syndrome de Stockholm dont les américains semblent être atteint. Cette plus grande démocratie « idiocratie » du monde, ne semble pas avoir retenu les leçons de 8 ans de détestation des autres nations. 8 ans de mensonge. 8 ans de Patriot Act injustifié. 8 ans d’hypocrisie. 8 ans de génocide des autres peuples (Afghans, Irakiens). 8 ans de malheurs sur l’Amérique : Katrina, inondations apocalyptiques, tornades diaboliques. 8 ans de manipulation… etc.

Est-ce la malbouffe, les armes en circulation libre, la décrépitude du dollar, la flambée du pétrole, la crise des subs-primes ou finalement le racisme qui les guident ? Le choix de Joe Biden, un juif, coupe aussi l’herbe sous les pieds de John McCain, qui, avec l’apport du très républicain Joseph Lieberman (ex démocrate) accusait Barack Obama de ne pas être bon pour Israël.

Finalement, le ticket Joe Biden-Barack Obama, risque d’être une équation que les républicains ne pourront résoudre, malgré la diffusion de la vidéo ci-dessous, mettant en avant le fait que ledit Biden, avait dit qu’il était prêt à faire campagne pour McCain. C’était la période de la guerre fratricide entre démocrates lors des primaires.


En revanche, les détracteurs le plus acharnés de Barack Obama mettent désormais l’accent sur ce choix disent-ils, pro sioniste, évoquant la situation au Moyen-Orient, et ses dernières déclarations sur Israël, pressé qu’il était devant l’AIPAC, de montrer son côté déterminant pour la sempiternelle question de la sécurité d’Israël.




9 commentaires:

Touat a dit…

AJM'

Joe Biden, un juif...de confession catholique?

Touat a dit…

Biden est juif?

AJM a dit…

@Touat,

J'ai ouï dire ça. Connais-tu feu Lustiger, le cardinal ? Il était juif. Les exemples sont légions.

Jessica a dit…

Il faut avoir entendu, lors des primaires, les critiques de Biden sur le manque d’expérience et sur la faible capacité de jugement d’Obama, pour se rendre compte aujourd’hui que cette union de la carpe et du lapin tient de la farce. Aujourd’hui, tout le monde fait semblant de ne rien avoir entendu et le bal des faux-culs peut commencer.

Le constat de Biden était pourtant parfaitement clair : Obama n’est pas prêt à être président des USA et à s’occuper des affaires du monde. Mais en vieux renard, aveuglé par un improbable et miraculeux poste de vice-président, il a choisi de faire allégence à l’incompétence.
Imagine t’on un seul instant un inexpérimenté et un hableur gaffeur face au duo redoutable Poutine-Medvedev et aux implacables Chinois ?

Quand on pense que Biden avait dépeint Obama comme « le premier noir américain à s’exprimer avec facilité, intelligent, propre sur lui et gentil », on est impatient de connaître la réaction de AJM, renifleur 5 étoiles de négrophobes.

AJM a dit…

@Jessica,

Bien sûr que je critiquais Hillary et par conséquent Biden de racialiser les primaires parce que l'ex first lady était en danger. Oui, ce sont des circonstances. Excusables ? Oui et Non.

S'il avait été négrophobe comme tes amis, je ne crois pas qu'il allait accepter ce ticket. As-tu pensé à ça aussi ?

Touat a dit…

Salut AJM,

Aucune information sur les sites anglophones en relation avec les origines juives de Biden.

À ne pas croire que je suis antisémite...

AJM a dit…

Salut Touat,

Plutôt d'origine irlandaise mais, très très proche d'Israël. Son discours devant l'AIPAC a été fort apprécié.

Georges Marchais 4ever a dit…

C'est Obama qui se presente devant Saint Pierre aux portes du Paradis:

"Qui etes vous ?"

"Barack Obama, ancien president des Etats Unis"

"Un noir president des USA, vous devez vous moquer de moi monsieur, quand avez vous ete élu que je verifie ?"

"Il y a 20 minutes"

Georges Marchais 4ever a dit…

Attention tous les Joseph ne sont pas juifs ou cocus par D. himself !

J'ai l'impression qu'avec Biden, Obama a fait le choix de la raison plutôt que celui de l'audace. Choix de la raison pour freiner la chute dans les sondages de Barack Obama suite aux doutes quant à sa capacité de traiter des dossiers internationaux. Le voir exposer son corps d'Apollon pendant ses vacances à Hawaii pendant qu'un allié des USA, la Géorgie, se faisait agresser par la Russie a surement plu à quelques midinettes, mais a surtout contribué à faire de lui un candidat un peu léger sur les grands enjeux internationaux.
Silence assez bizarre quand on connait les thèses d'un de ses principaux conseillers politique, Zbigniew Brzezinski (à vos souhaits), selon qui la stabilité mondiale passe par un renforcement de la Pax Americana, via une alliance USA-Europe, et donc entre autres par l'endiguement de la Russie bref la mise en veilleuse de ses vélléités impérialistes.
Apparemment donc Obama a été repris en main, déja pour enrayer la baisse dans les sondages, et ensuite pour l'encadrer d'un homme d'expérience sur les grands dossiers internationaux, et qui aura la lourde charge de donner de la consistance à l'irénisme d'Obama sur ces questions.

Ce faisant donc, il tourne le dos à l'audace qui avait fait son succès jusqu'alors, et pire encore il rompt le contrat moral qu'il avait noué avec les américains en se tournant vers une des grandes figures de l'establishment washingtonien, jadis honni. Bref Obama redevient finalement un candidat démocrate comme les autres. Juste vaguement plus charismatique (faut aimer le style televangeliste creux quoi) que ses predecesseurs Gore et Kerry.

Même causes, mêmes effets, Obama sera balayé par la révolution conservatrice.