mardi 19 août 2008

"BODY ON ME" AVEC ASHANTI, AKON ET NELLY







Nelly, Akon, Ashanti - Body On Me - kewego
Nelly, Akon, Ashanti - Body On Me - kewego

3 commentaires:

Nicopico a dit…

Je préfère Glenn Gould jouant les variations Goldberg de Bach... question de (bon) goût.

AJM a dit…

Sérieux ?

Moi pas.

Nicopico a dit…

Bach a élevé la musique à un niveau encore inégalé... Ashanti & co... c'est peut etre plaisant, mais ça n'est pas du niveau d'un Bach...

* « Devant celui-là, tous les autres ne sont que des enfants », Robert Schumann ;
* « Sans Bach, la théologie serait dépourvue d'objet, la Création fictive, et le néant péremptoire », « S'il y a quelqu'un qui doit tout à Bach, c'est bien Dieu », Emil Cioran, Syllogismes de l'amertume, Gallimard ;
* « La musique, chez Bach, tend à devenir un être vivant, palpitant et sensible », Pierre Vidal.
* « Il y a d'abord Bach … et puis tous les autres. » Pablo Casals
* « Malgré tout mon amour pour beaucoup d'autres – et Beethoven et Mozart ne sont pas les moindres – je ne peux qu'être d'accord avec Casals : Bach les domine tous. » Paul Tortelier
* « Une seule goutte de Bach vaut une citerne d’autre musique » Mstislav Rostropovitch
* « En tout art, de hauts génies dominent sur les autres, et semblent l'emporter sur toute beauté rivale : ainsi Shakespeare et Racine, Aristophane et Virgile, Goethe et Stendhal, Rembrandt ou Goya. Mais Bach me donne l'idée qu'il est plus grand, plus puissant, plus beau, plus étendu en musique, plus musical enfin qu'aucun autre artiste souverain dans son art propre. Et même la vertu de Bach est telle qu'il domine sur tous les artistes, en quelque art que ce soit, et non pas seulement dans le sien. » André Suarès, Pages
* Beethoven, jouant avec le nom de Jean Sébastien Bach (Bach signifie ruisseau en allemand) estimait que Meer (la mer ou l'océan) aurait mieux convenu à la majesté et à l'ampleur de son génie : Bach sollte nicht Bach, sondern Meer heißen.
* Le poète Goethe a pu écrire à propos de l'œuvre de Bach : « Entretiens de Dieu avec lui-même, juste avant la Création ».[
* « un mouvement se produisait à l’intérieur de moi, et il me semblait que je n’avais pas d’oreilles, encore moins d’yeux, ni aucun autre sens, et que je n’en avais pas besoin.». Goethe, après l'écoute du clavier bien tempéré