vendredi 15 août 2008

MISE AU POINT.


Contre la censure, faire la police me rébute au plus haut point. L'exposition est aussi quelque chose qui me tombe dessus sans avoir sans doute mesuré où ça pouvait mener. Certains commentateurs ne lisent plus les articles mais m'insultent ou invectivent des tiers.

Hélas, quitte à n'avoir aucun commentaire, j'ai décidé de modérer à contre coeur. Ceci en effet, empêche l'interactivité lors des échanges. Etait-ce le but recherché par ceux qui veulent polluer ce blog ? Certainement.

Je suis bien avec tous, sauf trois ou quatre personnes qui ne viennent ici que pour créer des polémiques à deux balles. Désormais, elles ne verront plus leurs posts en ligne. C'est terminé. Ils passeront à la poubelle. Elles ne s'en prendront qu'à elles-mêmes. Trop c'est trop !

Au moins, chez LeFlingueur [fr]qui passe dans le classement des blogs les plus lus sur la plateforme du JDD, avec une moyenne désormais de 4000 lecteurs par jour, tout se passe bien. Hier, j'ai notamment réalisé un score de 5881 visiteurs uniques[fr] (voir colonne du centre en bas). Je m'éclate sans faire la police. L'équipe de la maison s'en occupe et les contrevenants auront des comptes à rendre au JDD, pas à moi.

14 commentaires:

Anonyme a dit…

Tu as raison. Mieux vaut avoir un post par article que 100 inutiles.

Ton ami de dix ans !

Georges Marchais 4ever a dit…

BeB nous a tuer !

En représailles, je sors le canon à ultrasons dès ce soir...

AJM a dit…

Je ne te le fais pas dire ami.

Estelle a dit…

Félicitations.

Finalement,ce que tu disais se vérifie. Je comprends pourquoi tu as autant de détracteurs.

7000 visiteurs par jour c'est énorme sans publicité.

Bravo !

Anonyme a dit…

Bravo man

Le talent ne s'achète pas. Comme quoi, ceux qui t'ont combattu, se voient aujourd'hui la tête dans l'eau.

Anonyme a dit…

Il n'y a que le facteur chance qui te guide.

Finalement, elle ne sourit pas forcément aux vrais gens.

AJM a dit…

@anonyme,

Tu auras bien de la peine à expliquer ce facteur chance. Je suis sur la place depuis deux ans à peine. Certains sont là depuis cinq ans et pourtant, rien, nada, walou !

Anonyme a dit…

MISE AU POINT ! C'est de l'humour ou de la provocation ce titre ambigu ? ainsi il apparait d'abord que pour le grand AJM seul compte le classement des bloggers ,notamment gràce à l'assassinat d'une internaute en l'accusant sans preuve de FOLIE (tu es psychiatre également ? ) en l'attirant dans un traquenard ou elle devait se défendre seule contre tes pitoyables acolytes accourus pour la circonstance .En outre tu as le culot de parler de modération alors que tu n'as pas encore à ce jour RETIRE ses pseudos messages écrits en son nom par ton petit aéropage de racailles ,comme le montre bien sur son BLOG que l'on trouve en tapant Béa El Be. sur Google .Peux tu encore te regarder dans la glace le matin ? C'est fort possible car tu n'as sans doute pas de conscience morale !-

Anonyme a dit…

C'est dommage, avec BeB, c'etait le blog politique le plus drole de France.

il a dit…

Mouais ! En fait tu es de mêche avec BeB.

Tu l'a laissé venir pourrir ton blog une semaine, pour pouvoir imposer ta censure plus facilement.


J'espère en tout cas que tu auras l'honneteté d'enlever cette devise "LA LIBERTE D'EXPRESSION DANS SA QUINTESSENCE".

AJM a dit…

Je me gausse de ceux qui viennent polluer et qui exige aujourd'hui que j'ai une ligne de conduite dictée par eux.

C'est sûr, je suis de mèche avec...dont je n'ai pas retiré les posts. Je vais vous mettre en ligne, un de ses mails et vous verrez mon degré de tolérance dont certains n'ont pas.

Et oui, je suis désolé, je modère avec regret, après avoir supporté presque pendant deux ans, tous les quolibets de France et de Navarre. C'est fini.

Georges Marchais 4ever a dit…

La tolérance est la vertu du faible.

Comme disait l'autre...

AJM a dit…

Sacré kamarade !

Toujours la formule qui tue.

Nicopico a dit…

Comme disait Jacky Quartz...

Bon c'est l'heure où les souvenirs se ramènent
Juste quand le sommeil se met en grève
Le blues en profite pour s'installer
Quelques verres de vin blanc pour exciter le manque
Et on se repasse le film sur un air de romance
On revoit les débuts et on connaît la fin
Oh ! ça c'est mon côté pessimiste.
Je préfère penser que c'est une histoire sans fin
Si ça vous dérange pas trop ? Oh pour une fois !
Bon je laisse tomber le couplet sur l'amour immortel
Ça ne concerne pas grand' monde
Puis de toute façon
La mort d'un amour donne la vie à un autre
Y a déjà moins de soucis à se faire
Tiens ! Le bar-tabac de la rue de Clichy
Où tu t'envoies ton petit crème
J'le connais par cœur
J'peux même le dessiner les yeux fermés


Juste une mise au point
Sur les plus belles images de ma vie
Sur les clichés trop pâles d'une love-story
Sur les tam-tams d'une femme sans alibi
Qui rêve toutes ses nuits
Juste une mise au point
Pour un petit clin d'œil de survie
Pour tous les fous, les malades de l'amour
Pour toutes les victimes du romantisme, comme moi
Juste un p'tit clin d'œil, une mise au point


Nos vacances au soleil, sous les UVB
Dans un institut de beauté
Notre superbe voilier qui a jamais vu la mer
Nos lits improvisés sur un morceau de moquette
Les discussions de fin de soirée chez les copains
Oh oui ! parlons-en des copains
Pour foutre la merde ils sont champions !
Gros plan sur tes yeux quand ils me disent je t'aime
Nos scènes de jalousies qui fatiguent tout le monde
La rue des Bernardins, le square Gambetta
Nos crises de fou rire juste au mauvais moment
Et nos jeux de mots ringards qui ne font rire que nous
Puis, mon premier rendez-vous dans un night-club désert
Avec la bonne copine qui veut pas tenir la chandelle
Et qui se tire en râlant


Juste une mise au point
Sur les plus belles images de ma vie
Sur les clichés trop pâles d'une love-story
Sur les tam-tams d'une femme sans alibi
Qui rêve toute ses nuits
Juste une mise au point
Pour un petit clin d'œil de survie
Pour tous les fous, les malades de l'amour,
Pour toutes les victimes du romantisme, comme moi,
Juste un p'tit clin d'œil, une mise au point.

Juste une mise au point
Pour un petit clin d'œil de survie
Pour tous les fous, les malades de l'amour,
Pour toutes les victimes du romantisme, comme moi,
Juste un p'tit clin d'œil, une mise au point.


Juste une mise au point...