vendredi 14 novembre 2008

PS-CONGRES DE REIMS: TOUTE HONTE BUE ET DENI DE DEMOCRATIE.

Troubles compulsifs obsessionnels, haine, contorsions sémantiques, reniements et facéties sont au rendez-vous dans ce qui ressemble à la plus grosse escroquerie française du siècle, au sein du Parti socialiste. Vous avez dit Congrès de Reims ou complot anti-Ségolène Royal ? La dénomination devrait changer. Que de trahison. Que de folie. Que de voltiges mensongères et mortifères. On a de plus en plus l’impression que le « tout sauf Ségolène », vaste fumisterie misogyne à n’en pas douter, dont n’échappera pas Martine Aubry, victime de son ego-surdimensionné, à moins que ce ne soit Benoît Hamon, qui n’hérite le strapontin de premier secrétaire. Ils ont trouvé le prétexte idéal : L’alliance avec le Modem. Belle galéjade s’il en est.


Amnésies collectives ? Oui. C’est fait. Ils s’organisent. Ce petit complot, ourdi par des aigris qui n’ont pour seul programme que la phallocratie, prenant en otage, je suppose, Martine Aubry qui se dit tout benoîtement : « pourquoi elle et pas moi » ? Quel gâchis ! Ce sont les pourfendeurs de la démocratie. Ce sont les alliés naturels des certains chefs d’Etat africains qu’ils font semblant de dénoncer. Prisonniers de leur promesse, ils ne veulent pas se rendre à l’évidence : Ils sont des has been. Comment croire désormais à la parole donnée par certains leaders de pacotille, notamment François Hollande, chef de file de cette mystification méphistophélique ?

Quand on arrive, en si peu de temps à se renier, poussé par je ne sais quelle mouche, c’est déplorable. Toute honte bue, jusqu’à la lie, François Hollande qui avait déclaré : "le rassemblement devait se faire autour de la motion arrivée en tête" ! Simplement, le futur ex premier secrétaire, prend les militants socialistes, pour des gobe-mouches. Le même, devait rester neutre dans ce combat fratricide. Or, il s’est engagé en faveur d’une liste, battue à plate couture, ce qui prouve le rejet des militants qu’il floue aujourd’hui, sans vergogne.

Alerte rouge. Appel aux vrais militants socialistes, aux adhérents, à ceux épris réellement de justice, pour faire obstacle à cette vaste escroquerie mortuaire qui flinguera, sans aucun doute, le Parti socialiste. Sarkozy a un boulevard devant lui pour 2012. Les putschistes, alliés naturels des Bongo, Mugabe et consorts, antiracistes de pacotille, paternalistes surtout, qui font partir de l’aile rétrograde du PS, sclérosée, usée, fatiguée et définitivement immature, doivent sans doute, être « fiers » de cette tentative avortée de leurs manigances sordides.

Jusqu’à dimanche donc, Ségolène Royal, observera ce jeu de massacre insipide. Vincent Peillon à juste titre, criant, "Halte au feu !", a dénoncé hier, "les conciliabules d’arrière-boutique". Comment comprendre cette alliance contre nature dont l’hétéroclisme est à la mesure du caniveau dans lequel il est tiré. Par les cheveux surtout. Naturellement, malgré une diabolisation au ras des pâquerettes, la dame du Poitou-Charente, ne l’oublions pas, s’était imposée, sans bavure pour la candidature à l’élection présidentielle, réunissant autour d’elle, 17 millions d’électeurs. Nous étions en 2007. C’était hier. La démocratie a parlé. Respectez-la ou foutez le camp ! Le PS n’a pas besoin de loosers et de diviseurs.

Haro aux manipulations ! Basta ya ! Le Parti socialiste n’a plus besoin de ces atermoiements et de ces approximations qui le minent. Pire, juste pour les beaux yeux de certains enfants gâtés qui, en suivant leur parcours politique, vous remarquerez qu’ils ne tiennent jamais en place dans une circonscription, et passent leur temps à voguer, ici ou là. Être nul ne s’apprend pas ou ne s’acquiert. Il n’est non plus de l’ordre du cognitif. C’est inné. On est doué ou on ne l’est pas. Depuis 2007, Ségolène Royal prouve que le leadership à gauche, c’est elle. Elle ne saurait être aujourd’hui, sortie d’un chapeau de magicien pour être en tête de gondole. C’est un fait.

La conquête de l’Elysée pour 2012 est bien engagée. Ceux qui travaillent avec le pouvoir en place pour discréditer le PS, seront châtiés, à termes, pour leur témérité et leur trahison. Et si Ségolène Royal est flouée avec ce déni de démocratie qui point à l’horizon, ne serait-il pas préférable que
Désirs d’Avenir se mue en parti politique ? Ce serait je pense, et sincèrement, la réponse à cette parodie de Congrès.

A bon entendeur !

(crédits photo/SIPA)

1 commentaire:

Anonyme a dit…

les petroleuses du ps...

sego vs aubry

strym.