mardi 18 novembre 2008

QUI VEUT LA PEAU DE LA CHAMPIONNE EUNICE BARBER ?

Zen !
Cool !
Posée !
Humble !
Ce sont les mots qui reviennent en boucle quand on se renseigne sur la championne Eunice Barber. Pas seulement auprès de ses amis, mais, autour des sportifs qui la côtoient. Alors, que s’est-il réellement passé ? Une furie en compétition. Une battante. Jamais un mot au dessus de l’autre. Au Tribunal Correctionnel de Bobigny, en Seine-Saint-Denis (9-3), le 26 novembre prochain, l’athlète qui a tant donné à la France, sera face à la justice. Elle devra répondre de plusieurs chefs d’accusations. Entre autres, il y a celui de « Rébellion », de « Refus d’obtempérer » et pire, celui de… « Violence », contre agent dépositaire de la loi, selon la formule consacrée.


Selon le code pénal, en son article 222-8, alinéa 7, concernant une violence sur une personne dépositaire de l’autorité publique, les peines encourues sont généralement lourdes. Considérant que c’est la première fois que la championne est face à la justice, espérons que les juges seront cléments. Mais, où le bât blesse, c’est que, ce ne sont que des témoignages policiers. Or, selon le ou les témoins, notamment l’homme qui avait filmé la scène et dont des « enculés » très audibles étaient entendus car il critiquait vertement les violences commises sur l’athlète, le témoignage aurait été trappé. Pourquoi ? Sa vidéo avait été reprise sur le site de l’EquipeTV et depuis, elle aurait disparue bizarrement à l’approche du procès. Comment ce document vidéo s’est-il volatilisé ? Cherchez l’erreur !

Et pourtant, selon les témoins, la championne aurait été molestée avec une violence inouïe devant sa mère. Pour essayer de se dégager, elle a reconnu avoir mordu un agent qui lui tordait le bras. Des photos ont été gardées de peur justement que, la vidéo montrant le "travail" de certains policiers qui jettent l’opprobre sur les autres ne soit perdu. En effet, un des policiers a reconnu sur procès verbal qu’il avait mal agit, suite à la plainte de l’athlète. Malheureusement, certains seraient courroucés à la Justice, accusant l’athlète d’avoir médiatisé son arrestation. Or, elle ne l’a pas fait. C’est lorsque les policiers se sont rendus compte que c’était celle qui faisait que la France se lève comme un seul homme qu’ils se sont rendus compte de leur folie.

Suite à cette arrestation très musclée donc, la championne a vu sa carrière péricliter car, après le choc émotionnel, notamment ces images où on la voit plaquée au sol comme une délinquante, lui ont valu un arrêt de 7 jours et à la clé, minerve et une opération du genou. Le Ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy, la reçu. Ainsi, son retour et sa participation aux jeux olympiques ont été compromis, privant à la France d’autres médailles. De savoir que la championne se retrouve au Tribunal est une situation ubuesque au vu des images. Un aspect non nigligeable, ils lui ont brisé sa carrière.

Cette brutalité policière, œuvre heureusement d’une minorité, jette l’opprobre sur un métier noble. Eunice Barber a donc, à juste titre, portée plainte auprès de l’IGS (Inspection générale des services de la police) et du parquet pour "violences volontaires aggravées", "menaces" et "violation du secret de l’enquête". Pourtant, elle est accusée d’avoir médiatisé son arrestation. Une vaste fumisterie s’il en est, connaissant l’extrapolation médiatique.

En dehors de ce procès, certains reprochent à la championne, d’avoir dit du mal de la France, concernant les élucubrations de certains qui souhaitaient que les Jeux Olympiques de Beijing soient boycottés. Les mots de l’athlète, plutôt vrais, avaient alors vu une levée de boucliers hypocrites alors que c’était la position des autorités. Que peut faire un sportif pour arrêter un pays qui torture alors que les mêmes tortures se passent aussi en France sur certaines populations ? D’ailleurs, la France est le seul pays au monde où des bébés de 3 mois se retrouvent dans des centres de rétention. Alors faire la leçon aux autres sur les droits de l’homme, c’est vraiment indécent.

Palmarès de cette championne d’exception : source Wikipedia.

Championnats du monde d’athlétisme
médaille d’or en heptathlon aux
Championnats du monde d’athlétisme 1999
médaille d’or en saut en longueur aux
Championnats du monde d’athlétisme 2003
médaille d’argent en heptathlon aux
Championnats du monde d’athlétisme 2003
médaille d’argent en heptathlon aux
Championnats du monde d’athlétisme 2005
médaille de bronze en saut en longueur aux
Championnats du monde d’athlétisme 2005
Challenge mondial IAAF des épreuves combinées individuelles
1re en 1999 (19880 pts)
2e en 2005
Challenge européen des épreuves combinées individuelles
1re en 1999
La finale Mondiale IAAF de
Monte-Carlo
1re au
saut en longueur en 2003
Championnats de France féminins
1re au saut en longueur en 1996, 1998 et 1999
1re au saut en longueur en salle en 1997, 1998 et 1999
Coupe d’Europe des nations d’athlétisme
2e au saut en longueur en 1999
Records de France féminins
de l’heptathlon en 1999 (6861 pts) et en 2005 (6889 pts)
du saut en longueur en 1999 (7,01 m) et en 2003 (7,05 m)
----------------
Son site: EUNICE BARBER ICI, NOUS LA SOUTENONS !

6 commentaires:

Anonyme a dit…

brutalisée par la police, scene filmée, ces derniers ont tt de suite porté plainte pr "rebellion et outrage", classique ds la police pr masquer un echec où une bavure...

strym.

Anonyme a dit…

As t-on entendu les hommes et femmes politiques sur cet événement ? Qui a soutenu Eunice Barber dans la classe politique ?

On se rapellera le coup de boule de ZZ lors de la finale. Tout le monde est monté au créneau pour lui trouvé des circonstances aténuantes (il devait en avoir sûrement, mais Eunice aussi).

Pauvre France raciste.

Anonyme a dit…

On a plus parlé de l'inadmissible banderole anti-Ch'tis que de l'idadmissible agression policière contre Eunice Barber. Cherchez l'erreur !

GM4E a dit…

Salut aux Kamarades !

AJM, c'est avec gourmandise que j'attend ta réaction aux propos de la social-traître Segolene Royal sur le negrophobe Georges Freche ! Dur coup porté a cette France metissee que nous appelons de nos voeux.

AJM a dit…

@Kamarade,

C'est Ségolène Royal qui avait demandé son exclusion ne l'oublions pas car, c'était un de ses soutiens. Ses propos avaient été un peu déformés.Ila d'ailleus été blanchi par la justice. Je crois qu'on doit passer à autre chose.

GM4E a dit…

Bien vu !

La main droite qui punit et la main gauche qui offre le pardon. Merci a Marie-Segolene, sainte patronne de la fraternitude, de nous indiquer le chemin de la rédemption !