lundi 15 décembre 2008

INTERNET EST-IL PSYCHODISLEPTIQUE ?

Tel un feu d’artifice mal allumé qui décapite la tête de l’apprenti artificier, tous ou presque, se lacent dans une critique acerbe de l’Internet. Tous pourris, tous tricheurs, tous menteurs, sauf nous, eux en somme bien sûr. Les « qui » donc ? La télévision, les canards, et même certains usagers, notamment des sportifs en mal de sensation anabolisante ou des hommes politiques, et aussi des journalistes. N’a-t-on pas vu récemment la guerre entre certains professionnels des médias, qui se sont jetés à corps perdu sur Google ou Yahoo, les accusant de concurrence déloyale pour cause de….monopole ou d’accord ? La perte de revenus en gain publicitaire est l’une des causes de cette offensive car, beaucoup d’annonceurs voient dans le Net, l’avenir. Mais, ce n’est pas tout.


Le savoir n’est pas une donnée mécanique, encore moins un concept linéaire, clos et définitif. Ainsi, lorsque des sportifs qui se sont dopés en l’insu de leur plein gré déclarent que, c’est de la faute d’Internet, il y a de quoi se poser des questions. Sont-ils finalement stupides si c’est vraie leur chronique ? A coup du sempiternel « une malheureuse histoire de compléments alimentaires commandés sur Internet », ils veulent toujours nous faire croire que sur le Net, il y a essentiellement du négatif. Mais, pourquoi viennent-ils donc ici ? Recherche du sensationnel ?

On peut aisément comprendre ceux qui fustigent Internet, notamment les policiers qui traquent des arnaqueurs, des violeurs ou encore des pédophiles en tout genre. Néanmoins, la mise sur pied de cet outil est probablement la plus belle invention du monde, de l’humain. Il se peut que le père de l’Internet, soit un africain d’origine nigériane, du nom de Philip Emeagwali. Bel exploit s’il en est…

Une autre catégorie, justement en France plus qu’ailleurs, en ce qui concerne les pays développés, c’est le politique, détracteur en chef de l’Internet. Ce « machin » les insupporte. Ont-il des choses à cacher ? Toujours est-il qu’ils aiment évoquer leur vie privée et tentent de plus en plus, par des subterfuges abscons, de museler le Net, avec des lois scélérates. Ces happy few de la télévision qui passent en boucle dans la petite lucarne, de chaînes en chaînes, ont cette latitude, de pouvoir user à loisir de la liberté d’expression, en lynchant les autres, leurs opposants virtuels s’entend. Ainsi, ils adressent d’innombrables dépêches aux agences de presse, sans que celles-ci ne vérifient l’information.

Les termes guerriers glanés ici et là, se passent de commentaires. Internet serait pour ses pourfendeurs, le théâtre de la perdition et de la perversion. Le Net est tout bonnement, l’antre du voyeurisme, des ragots, de la désinformation, du lynchage. C’est le nirvana pour cons. La prise de pouvoir des nouveaux désinformateurs, et autres Ayatollahs de la pensée... inique, poursuivent ceux qui veulent la fin de l’Internet probablement, mais qui usent pourtant, eux aussi, de ce dispositif. Chaque chaîne de télévision ou média papier, a désormais un site sur la toile. Alors, pourquoi tirer à boulets rouges sur cet outil ?

Tel un hallucinogène, Internet perturbe nos illustres, à un tel point, qu’il serait préférable que nos amis consultent un psychiatre. Un traitement de choc. Une cure radicale, à base de neuroleptiques, d’anxiolytiques ou de benzodiazépines, serait la bienvenue pour eux, le nec plus ultra, pour qu’ils s’en sortent, à défaut d’être interné d’urgence dans un hôpital psychiatrique. Rien ne sert de jouer aux nerveux, 2009 qui arrive…demain, sera Internet ou ne sera pas, surtout que le nombre d'utilisateurs hexagonaux, va crescendo.


3 commentaires:

Sébastien a dit…

"Il se peut que le père de l’Internet, soit un africain d’origine nigériane, du nom de Philip Emeagwali"

Non, il ne se peut pas, il EST ... et pas LE père, mais l'UN DES PERES de l'internet. Il est l'un des pères de l'internet avec d'autres... c'est une quasi certitude. Internet fut une oeuvre collective et l'est encore.

Anonyme a dit…

Une vraie honte pour tous ceux qui accusent à tort le Net.

Georges Marchais 4ever a dit…

"Néanmoins, la mise sur pied de cet outil est probablement la plus belle invention du monde, de l’humain."

Tu parles ! C'est plutôt l'infini à la portée des caniches comme disait ce bon vieux Bardamu. Et pour filer la métaphore, Internet c'est même souvent un voyage au bout de la connerie: quelques oasis d'intelligence (dont ton blog Camarade !) noyés dans un océan de bêtises, de médiocrité, de haine de l'autre.

Une invention géniale mais finalement quand on voit l'usage qui en est fait on déchante assez vite. Je crois que plus de la moitié du flux sur internet est représenté par les sites pornos. Le reste du flux c'est les jeunes cons qui "lachent leurs coms" sur des skyblogs débiles à souhaits écrits en langage SMS.

Génial, non ?

Rien ne vaut un bon vieux bouquin finalement pour s'extirper de la Babel numérique.