lundi 5 janvier 2009

LE POKER MENTEUR DE NICOLAS SARKOZY AU PROCHE-ORIENT !

Vidéo du jour sur AJTV+, UNE PETITE PERLE de T-PAIN et CHRIS BROWN dans Freeze. Enjoy !
--------------------------------------------------------------------
Le président français, Nicolas Sarkozy, a inscrit sur son calendrier, une visite éclair en Israël et en Palestine, ce lundi et mardi, pour tenter semble-t-il, d’amener les belligérants à la paix, ou plutôt, à un cessez-le-feu. Très amusant, dans la mesure où, il ne rencontre qu’un seul camp, Israël, et pas le Hamas. Ne fait-on pas la paix avec ses ennemis ? Sachant que le « traître » à son peuple, Mahmoud Abbas, fragilisé, ne compte plus que pour des prunes sur l’échiquier national palestinien, ce jeu de massacre élyséen est gros comme un camion. Malgré le forcing international pour maintenir au pouvoir Abou Mazen, désormais sous perfusion, Sarkozy au Proche-Orient, c’est bien l’hôpital qui se moque de la charité. Quel rôle peut-il jouer, face à l’intransigeance israélienne que même ses mentors états-uniens n’arrivent pas à contenir ? Recherche de la gloriole et être toujours là où les flash des photographes crépitent et où se fait l’actualité médiatique tous azimuts ? Probablement.


Il y a quelque chose de fascinant chez cet homme, véritable roi de l’esbroufe. Nicolas Sarkozy est-il simplement entrain de vouloir exorciser son échec à la tête de l’UE (Union européenne) ? Après ce grand exercice de brassage de vent, durant un semestre qu’il voulait proroger, le virevoltant mari de Carla Bruni veut-il épancher son revers dans les jouissances de ses pérégrinations ? Il semble encore une fois, vouloir être omniscient, omnipotent et omniprésent mais surtout, jouer le rôle qui lui sied à merveille, celui de Tartufe. Le président français s’est disqualifié tout seul, comme un grand, en déclarant : « Le Hamas porte une responsabilité lourde dans la souffrance des Palestiniens de Gaza ». Evidemment, le blocus de Gaza par Israël depuis bientôt deux ans, a probablement permis aux Palestiniens de se vêtir comme Crésus, de manger à leur faim, de se soigner gratuitement, d’étudier en toute liberté, de vivre, simplement…Un aspect à mentionner aussi, le Hamas n’est pas exempt, loin s’en faut, il est responsable comme Israël, de ce qui se passe aujourd’hui, à égalité avec l’Etat hébreu.

Quel est réellement l’intérêt de ce voyage ? N’est-il pas mis en place pour simplement aller ridiculiser la France ? Lors de son voyage parisien, le 1er janvier dernier, reçue à l’Elysée, entre petits fours, champagne, embrassades ridicules sur le perron de l’Elysée et applaudissements à tout rompre dans une ambiance bon enfant, Tzipi Livni, la ministre israélienne des Affaires Etrangères, a été claire. Son message était sans ambiguïté. Nous allons anéantir le Hamas qui doit rester une organisation terroriste. Un diktat et un camouflet retentissant pour la diplomatie française. En substance, elle rajoutait que ce dernier-le Hamas-, ne lance ses roquettes Qassam que sur des civils alors que son Etat, lui, très moral, fait des frappes chirurgicales qui endommagent seulement les infrastructures du Hamas. En effet, des enfants qui ne se réveilleront plus suite à un bombardement, des femmes, des lieux de cultes, bref, que du bon, tous des membres du Hamas, qui recrute dès le berceau, comme dans cette famille où, trois sœurs, des adolescentes, sont mortes, pendant leur sommeil, tués par un missile dédié à leurs activités terroristes d’élève, de collégienne et de lycéenne.

Comment, pourquoi Israël peut-il aimer faire de la peine, attirer de la haine ? Sous la plume du Dr. Oren Den Dor, israélien enseignant à l’Université de Southampton, publiée dans Counterpunch[fr], repris ici, en français, sur le site info-Palestine : « la rhétorique tant du non choix que de l’autodéfense renferme une chronique effrayante d’un suicide annoncé. En dépit de sa puissance militaire, Israël est un Etat faible et mourant qui souhaite s’autodétruire. Les plus puissantes nations au monde assistent à ce processus suicidaire et ce fait appelle d’urgence à la méditation. » En d’autres termes, est-ce une volonté délibérée des Etats-Unis de laisser-faire, en prévision du sabordage en règle de l’Etat hébreu ? Ce serait vraiment triste. Israël doit exister, vivre dans la paix avec ses voisins. Mais, en multipliant les vexations, pourra-t-il à termes, s’en sortir réellement ? Là est la question. Avec la crise américaine et la suspension probable des crédits allouer à Israël, engager une nouvelle guerre, après celle de l’humiliation au Liban, est une conduite à tombeau ouvert.

De voir Nicolas Sarkozy aussi, s’engouffrer benoîtement dans la brèche du « m’as tu vu », simplement pour apparaître comme un homme de paix, est d’un ridicule abyssal. Tiens, n’a-t-il pas reçu récemment le prix Elie Weisel, "The Humanitarian Award" ? Prix spécial décerné en reconnaissance d’actions humanitaires dans divers domaines, particulièrement dans les conflits internationaux On se demande bien quels sont les critères pour en être récipiendaire. Finalement, le président de la République française, Nicolas Sarkozy, est un personnage truculent, qui semble noyer un chagrin enfouit et ainsi exprimer sa colère en gesticulation sans fin. Il ne lui reste plus qu’à croquer avec sarcasme et cocasserie, ce monde qui l’entoure, lui, le demi-Dieu.


(crédits photo/AFP)

Aucun commentaire: