mercredi 11 février 2009

RAMA YADE, BIENTÔT MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES ?

Ramatoulaye Yade, la benjamine du Gouvernement, a rencontré Nicolas Sarkozy, il y a de cela deux semaines à l’Elysée. Ils ont aplani semble-t-il, leur différend relatif à son refus de conduire la liste UMP de l’île de France, aux Européennes prochaines. Elle se serait faite toute petite, usant de salamalecs vils devant le chef de l’Etat rapporte un témoin. Le président, sensible aux supplications de son ex chouchou, lui aurait pardonné son écart, en lui rappelant l’honneur qui lui était fait à cette occasion. Tandis que le duo de l’exécutif, Sarkozy-Fillon, continue de dégringoler dans les sondages, pendant que la paire Kouchner-Sarkozy, parcoure le monde par ses pérégrinations au Moyen-Orient, Rama Yade elle, retrouve le sourire. Son compteur n’est donc plus au rouge, elle revient dans les petits papiers du chef de l’Etat. Un retour pétaradant qui risque de la propulser très haut, d’autant plus que, elle flambe dans les sondages. Ne dit-on pas souvent que le président ne s’abreuve que de sondages ?


Qui veut que Ramatoulaye Yade, dit Rama, remplace Bernard Kouchner au Quai d’Orsay ? C’est la pétition qu’on devrait lancer désormais, pour demander que Nicolas Sarkozy la nomme à ce poste. Les bonnes nouvelles, pour la secrétaire d’Etat aux droits de l’homme, s’accumulent. Avec 60% d’opinions favorables, elle devance désormais son ministre de tutelle, Bernard Kouchner, en matière de popularité, selon le baromètre Ipsos/Le Point. Les oreilles de ce dernier ont dû siffler, et ses tympans exploser, avec cette annonce surprenante. Peut-être bien que les Français donnent plus de crédit à une personne qui refuse de se coucher. Eh bien, pour ceux qui « adorent » Mouammar Kadhafi, et ne veulent plus qu’il vienne planter sa tante à Paris, il faut appuyer la nomination de cette jeune femme au poste de ministre des Affaires Etrangères.

Avant Kadhafi, cette jeune femme n’était pas à son coup d’essai. On comprend que l’éviction de Jean-Marie Bockel, qui voulait dézinguer la Françafrique, soit le fait des Omar Bongo Ondinba, président du Gabon, et autres Denis Sassou Nguesso, président du Congo-Brazzaville, deux bons amis de Kouchner, le nouveau parrain de cette Françafrique-là, corrompue, dictatoriale, tyrannique, dispendieuse et d’autocontentement. En effet, la jeune secrétaire d’Etat aux droits de l’homme, avait refusé de rencontrer le président congolais. Le bruit ne s’était pas vraiment répandu à cette époque. Nous étions en 2007 et, elle avait justifié son refus par ces mots : « en ce qui concerne le président du Congo, j’ai estimé qu’une rencontre dans un hôtel parisien n’était pas le moyen le mieux adapté pour parler droits de l’homme avec lui ».

Sera-ce son ultime sursaut ? Non. Souvenez-vous, elle avait aussi défrayé la chronique en se rendant auprès des 70 familles africaines expulsées d’un squat à Aubervilliers, en septembre 2007. Ceci lui avait d’ailleurs valu les remontrances de François Fillon, dont l’hardiesse…candide fut brève, avec le veto de l’Elysée. Par ailleurs, hormis son coup de gueule lors de la parade du « Guide » libyen en France, semble-t-il, organisé par l’Elysée même pour atténuer les critiques, son seul fait d’armes sera donc son refus de conduire l’UMP aux Européennes en île de France. Elle s’est assagie donc.

Avec simplement 23% d’opinions défavorables, il sera de plus en plus difficile de se débarrasser d’elle, malgré les envies de Bernard Kouchner, qui ne voit pas d’un bon œil la liberté de ton de cette dame, empêcheuse de tourner en rond. C’est probablement son pire cauchemar avec la tempête qui semble-t-il, s’annonce. En effet, avec les affaires qui s’accumulent, notamment au Kurdistan irakien, le désaveu élyséen ne serait pas loin, malgré son voyage avec le chef de l’Etat au Moyen-Orient. Alors, un geste fort ? Lequel ? La nomination de cette jeune femme comme titulaire du poste de ministre des Affaires Etrangères ? A-t-elle suffisamment de punch et des capacités pour cela ? C’est une autre histoire mais, on sait bien aussi que Rachida Dati est la femme-lige de Sarkozy place Vendôme. Alors, y’aura-t-il confirmation de la nouvelle Condi Rice, dixit Sarkozy lui-même ?

Force est donc de constater que, Rama Yade n’a pas encore dit son dernier mot. Que va-t-il se passer dans les jours à venir ? Nul ne le sait mais, à l’allure ou vont les choses, elle risque d’être la grosse surprise de cette année 2009. Qu’il est finalement loin le chant du cygne ! Tous ceux qui prétendaient pouvoir la remplacer, ne peuvent plus que replier leur parapluie. Le temps s’est éclairci, il ne pleut plus vraiment. Ils se contenteront désormais de leurs sempiternels petits-fours, de leur délation, de leur démagogie pédagogique, accompagnés de leur malaise existentiel. Ce sont finalement des illusionnistes mal léchés...


(crédits photo/ Cécile Genest/l’Internaute)

Aucun commentaire: