vendredi 10 avril 2009

HADOPI & DISCOURS DE DAKAR : MES CONDOLEANCES.

Chers ayatollahs et autres mamamouchis de la pensée inique et unique, permettez-moi de vous adresser mes condoléances les plus attristées, après le décès prématuré du discours de triste mémoire de Dakar au Sénégal du 26 juillet 2007 de votre champion, Nicolas Sarkozy, de suite d’un ségolinite, néologisme qui décrit une maladie virale synonyme de vérité blessante...Mes condoléances vont aussi vers Hadopi (Haute autorité pour la Diffusion des œuvres et la Protection des Droits sur Internet) , Christine Albanel et les majors, qui ont voulu dicter leur loi en emprisonnant la culture. Eh bien maintenant, avalez votre loi. Ils l’ont dans l’os. Pour le premier cas, vous devriez remercier la voix de la France venue du Poitou incarnée par Ségolène Royal car, la vérité affranchie. En revanche, pour Hadopi, gratifiez la crise et prise de conscience de certains députés.


Il faut donc remercier Ségolène Royal pour ce geste de salubrité publique. Ce qu’elle a fait pour vous à savoir, déterrer la hache de guerre et bannir la rancœur accumulée en vous rendant plus humains et surtout en vous donnant un cours magistral d’histoire africaine est inestimable. Je sais, la vérité blesse mais, souffrez que je vous l’assène, fusse-t-il avec un marteau grec sur la cabosse. Vous êtes sauvés. Tous, sans exclusive. Sans avoir été plongés dans les fonts baptismaux de Saint Remi de Reims chers à Clovis ni sauvés par l’imposition des mains d’un hypothétique roi thaumaturge élyséen guérissant les écrouelles, vous êtes désormais dans une vision magique, habillés de vos habits de lumière enfin... ou bonnet d’ânes d’ailleurs. A trop vouloir patauger dans la bouse telles des larves, on ressemble à une mouche qui a une durée de vie très courte.

Dans votre folie, vous avez perdu le sens des valeurs, aveuglés par un « n’importequoitisme » perpétuel désormais légendaire. Contrairement à vos aboiements, jamais, oui, jamais, Ségolène Royal ne s’est permis de parler au nom de la France. Elle a simplement parlé au nom de Nicolas Sarkozy, comme vous semblez le faire, en s’excusant à sa place, ce qu’il devait faire depuis belle lurette mais, vous, probablement, ses conseillers de pacotille et/ou toxiques aviez déclaré qu’un président ne s’excusait pas. Résultat des courses : grosse humiliation. Les députés ont semble-t-il eut peur du probable fiasco qui laisse poindre à l’horizon, des élections Européennes catastrophiques, surtout que l’Internet aujourd’hui en France, c’est un foyer sur deux et par conséquent, Hadopi peut créer une grogne des électeurs. Il est plutôt conseillé de la ramener en juillet, pendant l’été, non ?

Je ne veux pas vous accabler encore plus. Je sais pertinemment que vous avez voulu faire diversion tant, les échéances à venir risque d’être une hécatombe ; je veux parler du camouflet retentissant du rejet du Parlement sur la loi Création et Internet (Hadopi), une pâmoison qui annonce des jours terribles ; je veux parler des Européennes ; je veux parler de la prochaine présidentielle ; je veux parler de la grogne sociale. Malgré vos strip-teases endiablés, vos cris d’orfraie, vos mensonges inavoués, les acouphènes dus à la ségolinite sont cruels. Ce sont eux qui résonnent jour et nuit dans vos cerveaux, massacrant vos méninges. Vous ne dormez plus. Je sais. J’ai peur que vous ne deveniez finalement des insomniaques patentés. Pour retrouver le sommeil, maintenant, encore une fois, avalez votre loi, digérez et vous verrez.

Pour finir, prière de ne plus crier à tort et à travers, vous risquez fort bien d’être pour de bon, internés à Sainte-Anne ou à l’hôpital Esquirol. De quoi se gausser dans toutes les chaumières de France et de Navarre. Que c’est amusant de voir cette parodie, ce vaudeville d’une équipe de bras cassés qui prétendent pouvoir conduire une armée. Il y a de quoi se faire du mouron. De loin, on sent qu’il y a un nom, une femme, une madone, un must, une force, une dame, un virus parlementaire qui hantent à partir de cet instant, vos pensées diurnes et nocturnes. C’est atroce. Que de cauchemars. Que de rêves enfouis. Que d’actes manqués. Je sais, c’est douloureux. C’est cruel aussi. D’ailleurs, je n’en disconviens pas mais, une petite cure en lieu sûr, du côté du peuple que vous narguez depuis des lustres sans doute, vous fera du bien. Ils l’ont compris au Parti socialiste en adoubant bon gré mal gré, Ségolène Royal l’africaine, plus proche du peuple que jamais. Il ne reste plus que vous.

Que la terre de nos ancêtres soit légère pour la prose mortifère de Dakar du 26 juillet 2007. Que la terre de nos ancêtres soit tendre avec Hadopi…qui revient semble-t-il sur la table le 26 avril à ses risques et péril puisse l’exhumation est mauvaise conseillère, morbide, punie par la loi de la nature et des hommes.

Amen !

2 commentaires:

Anonyme a dit…

la majorité UMP n'est pas DAKAR avec Ségolène...

strym.

Allain Jules a dit…

Tant pis pour eux.

On les comprend aisément !