lundi 6 avril 2009

Le sempiternel drame de Nicolas Sarkozy !

Petite devinette : durant la campagne présidentielle française de 2007, qui connaît le célèbre photographe et cinéaste qui avait dit : « Sarkozy n’a qu’un handicap : il est petit. Pour qu’une photo de lui soit bonne, il faut travailler baisser, essayer de le décrocher pour le grandir. » ? Vous ne voyez pas ? Eh bien, il s’agit de Raymond Depardon. Finalement aussi, le président français est plus que complexé par sa petite taille. Encore une fois, cela s’est avéré vrai lors du sommet de l’OTAN de Strasbourg.


Est-il normal de se moquer d’un homme parce qu’il est petit ? Non. Alors, il s’agit ici de moquer l’attitude, et non la hauteur de l’illustre. Mais pourquoi tout le monde parle de la taille de Nicolas Sarkozy ? Apparemment, parce que l’homme n’assume pas. A coup de stratagèmes et de subterfuges, le quidam veut échapper à son destin « tragique ». Officiellement, la taille sous la toise du président de la République est un secret de polichinelle. Personne ne sait quelle est la mesure exacte du chef de l’Etat français. Il mesurerait entre 165 et 168 cm.

Strasbourg a été donc la nouvelle illustration de ce « complexe sarkozien » de la taille. Face notamment au couple Obama qui culmine à plus de 180 cm chacun, le couple Sarkozy fait figure de nain. Carla Bruni-Sarkozy ne porte plus que des ballerines, lorsqu’elle est en compagnie de son époux. Sa rencontre avec Michelle Obama la première dame américaine l’a libéré. Elle a porté enfin des escarpins à hauts talons. En revanche, Michelle Obama elle, pour la circonstance, portait des chaussures sans talons mais dépassait encore Carla d’une tête.

Ne dit-on pas souvent qu’une image vaut mille mots ? Il n’y a pas vraiment quelque chose de plus parlant. Nicolas Sarkozy, lorsqu’il est en compagnie de son épouse qui mesure officiellement 176 cm, a la hantise des crépitements des photographes. Et, pour se grandir, il se met illico presto sur la pointe des pieds. Quelle souffrance en effet. Ses sorties publiques doivent être un véritable enfer. Déjà hissé sur des échasses, l’homme, visiblement, ne s’en contente pas.

Malgré des talonnettes intérieures d’environ 4 cm selon des sources concordantes, et extérieures de 8 cm, soit 12 centimètres de plus, le président français Nicolas Sarkozy est pris encore une fois ici en flagrant délit de tricherie. Quelle belle descente d’escalier en effet, en partant bien sûr de Barack à Michelle Obama, en passant par Carla et Nicolas Sarkozy. Trop complexé le président français ? (>>>Parallax)

Être sur la pointe des pieds chaque fois qu’il est en public doit être une véritable torture. Déjà, être chaussé avec des talonnettes n’est pas une belle partie de plaisir pour le dos alors le reste…




Après la légèreté du sujet, passons aux choses sérieuses. Le président français après Strasbourg s’est rendu à Prague, en République Tchèque où il a retrouvé le président américain, Barack Obama. Ecoutez-le plutôt sur la Turquie et la Corée du Nord qui ne respecte aucune des règles internationales. Tiens, vous connaissez un autre pays qui lui, malgré le non-respect des lois est adulé par Sarkozy ?





3 commentaires:

Anonyme a dit…

ce qui m'a fait sourire ds tt ca, c'est que michele obama ait offert à carla la femme du guignolo une guitare...

SANSVOIX a dit…

Notre Président a le devoir et le droit de dire souverainement la position de la France.

Ca l'a toujours été ainsi, avec De Gaulle, Pompidou, Giscard, Mitterrand et Chirac.

Mais tous s'exprimant dans le cadre de langage diplomatique qui n'a nullement besoin de faire paraître comme si un tel dirigeant était en compétition individuelle directe avec un tel autre dirigeant.

Or, bien avant la réunion de G20, notre Président commençait par lancer des ultimata de ménace de "chaise vide" si...

Et, à la fin de la réunion de l'OTAN, alors que logiquement, dans la mesure où la TURQUIE fait déjà partie de l'OTAN, OBAMA, puisse défendre l'entrée de la TURQUIE dans l'UE...,il n'y a vraiment pas de quoi en faire un plat..., d'autant plus que ce sont les Européens, loin d'OBAMA , qui décideront, en définitive, l'entrée de la Turquie dans l'UE et tout le monde le sait.

Mais, notre Président réagit "brutalement" contre ce souhait d'OBAMA.

La Chancellière Merkel le fit aussi, mais en des termes diplomatiques, sans "reproches", comme elle le fit aussi à Londres au G20.

En conclusion , tout s'est passé comme si nous avions assisté à une compétion SARKOZY-OBAMA, alors que ce dernier était d'esprit consensuel, du debut à la fin des ces réunions.

Curieusement, c'est BERLUSCONI qu'on aurait pu imaginer mal à l'aise avec OBAMA, et c'est lui en compagnie d'OBAMA et de MEDVEDEV (le russe), malgré le sérieux des travaux, qui ont démontré que tout cela se passait entre les humains.

Vraiment ces trois-là, alors que la semaine s'est déroulée sous le charme du couple Barack et Michelle (OBAMA) qui a monopolisé la scène en popularité, Berlu,Obama et Medvedev, ils ont égayé la réunion de G20 à Londres.

A Strasbourg, rebelote, BERLUSCONI suspendu au téléphone en conversation avec le Premier Ministre turc et OBAMA prenant le représentant de la TURQUIE à part, ils réussirent à plier la TURQUIE à accepter la nomination du Premier Ministre danois au poste du Secrétariat de l'OTAN.

Comme quoi, l'on n' a pas toujours besoin de se cabrer en déclarations brutales pour arranger les choses dites politiques.

ASV

Anonyme a dit…

ce qui m'a fait sourire ds tt ca, c'est que michele obama ait offert à carla la femme du guignolo une guitare...

en dehors du g20, yvan colonna a recu un soutien de poids, une blogeuse tarée, bientot à enfermer s'identifie à lui desormais, mntnt que ts le monde sait son etat mental...

strym.