mercredi 27 mai 2009

Bernard-Henri Levy, Claude Lanzmann, Elie Weisel: chronique d'une honte annoncée.

Samedi, le 30 mai prochain, aura lieu l’élection du futur directeur général de l’UNESCO (Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture). Ce mastodonte compte aujourd’hui 193 Etats membres et 6 Etats associés. Pics et polémiques, phrases assassines, intrigues. Les lexies hors de propos, hors contexte, les accusations mensongères et la machine infernale de diabolisation s’ébranle. Il y a comme une fatwa lancée par certains contre le ministre égyptien de la culture, Farouk Abd-El-Aziz Hosny, le favori à la succession de Koïchiro Matsuura, l’actuel directeur général de l’UNESCO.


Jeune diplômé, après un 3e cycle en Relations Internationales à l’IRIS-Paris (Institut des relations internationales et stratégiques) je passais à l’UNESCO comme stagiaire puis consultant durant 7 mois au sein d’une Délégation permanente. Travail hadal entre la lecture d’une innombrable documentation, la participation à des réunions aussi nombreuses que le personnel, de multiples rédactions de comptes-rendus. A l’UNESCO, tout va à la vitesse du son. Il n’y a pas de place pour les canards boiteux. Le niveau intellectuel y est très élevé, les polyglottes abondent dans les couloirs, comme cette éthiopienne rencontrée un jour au restaurant du 7, place du Fontenoy, parlant couramment cinq langues…comme Farouk Abd-El-Aziz Hosny.

Candidat déclaré depuis 2007, cet ami de longue date de la première dame égyptienne, la britannique Suzanne Moubarak qui aurait permis qu’il reste à son poste ministériel depuis 21 ans, Farouk Abd-El-Aziz Hosny, fait semble-t-il peur à certains. Ces derniers ont donc décidé d’attraire le prévenu devant la barre inquisitoire sans en avoir le mandat. Et ainsi, ressortent des citations qu’il aurait faite à l’encontre d’Israël. Et les « qui » s’y collent ? Toujours les mêmes, ces donneurs de leçons qui croient qu’ils détiennent seuls la vérité, défenseurs inconditionnels des dirigeants actuels israéliens qui disent vouloir la paix en excluant que les palestiniens aient un Etat viable. Quelques soldats zélés iront bientôt sur Wikipédia souiller comme à leur habitude la page à lui dédiée.

Lire la prose à six mains morbide et mortifère de Bernard-Henri Lévy, philosophe, de Claude Lanzmann, cinéaste et directeur de la revue Les Temps modernes associé à celle d’Elie Wiesel, écrivain et Prix Nobel de la paix dans le journal Le Monde (rubrique Opinions), fait sourire mais, on tombe des nues. Le texte intitulé Unesco : la honte d'un naufrage annoncé est une charge sans précédent contre Farouk Abd-El-Aziz Hosny. Ce point de vue à géométrie variable, plutôt un gadget scandaleusement niais, à l’usage exclusif des gogos, fait preuve d’une partialité crasse sous-tendant à la manipulation la plus ridicule qui soit et à une propagandastaffel indigne.

Le trio de choc dont on ne sait pas réellement s’il défend Israël ou l’UNESCO prête donc au ministre égyptien ces propos : « Israël n'a jamais contribué à la civilisation à quelque époque que ce soit car il n'a jamais fait que s'approprier le bien des autres" - puis : « La culture israélienne est une culture inhumaine ; c'est une culture agressive, raciste, prétentieuse, qui se base sur un principe tout simple : voler ce qui ne lui appartient pas pour prétendre ensuite se l'approprier" ? Et, il (le trio) enfonce le clou en disant qu’il a répondu à un député du Parlement égyptien qui s'alarmait que des livres israéliens puissent être introduits à la bibliothèque d'Alexandrie : « Brûlons ces livres ; s'il s'en trouve, je les brûlerai moi-même devant vous ». Or, après vérification, sous le ton de l’humour, alors que le trio s’arrête-là, le ministre égyptien aurait rajouté : « C’était une hyperbole, une manière un peu populaire de dire qu’il n’y en a pas. Je suis sémite, comment serais-je antisémite. » Nos amis ont volontairement éludé ce passage.

En filigrane, une tentative habituelle qui cache un fort accent d’islamophobie et d’arabophobie qu’on dissimule derrière des déclarations invérifiables mais surtout sorties de leur contexte. Et surtout, qui n’ont logiquement aucune incidence dans le parcours de cet homme. En lisant donc les déclarations de ce monsieur très peu connu pour le commun des mortels, découvrez donc un électron-libre, terreur des islamistes et de la bien-pensance ambiante. Farouk Abd-El-Aziz Hosni est tout sauf raciste. Être antisioniste deviendrait donc une honte de la part de ceux qui trouvent Lieberman, l’homme à « zéro déclaration raciste » très fréquentable et Netanyahou, lui, homme de paix malgré son refus de l’édification d’un Etat palestinien puisque sous la plume des trois quidams, Hosny n’est pas un homme de paix. Etonnant...

Farouk Abd-El-Aziz Hosny, avec un parcours artistique auréolé de succès en tant que peintre, un cursus universitaire à Alexandrie haut en couleurs-il est diplômé d’art-, est bel et bien l’homme de la situation à l’UNESCO. Ses contradicteurs-lyncheurs oublient surtout de dire que cet homme exécre le voile islamique, eux qu’on voyait sur tous les plateaux de télévision, au nom de la laïcité, pousser le Gouvernement d’antan de légiférer pour un bout de tissu. Ah, il ne faut surtout pas égratigner Israël. C’est un sacrilège et vous disqualifie de facto de tout. Au temps pour moi, Bernard-Henri Levy, Claude Lanzmann, Elie Weisel, vous avez raison, cet homme est à vomir mais, malgré vos efforts, il risque fort bien samedi, de devenir le 9e directeur général de l’UNESCO pour votre malheur. Une vraie chronique d'ine honte annoncée.



Directeurs généraux de l’UNESCO depuis sa création en 1945


Sir Julian SORELL HUXLEY (nationalité britannique) :1946 - 1948


Jalme TORRES BODET (nationalité mexicaine) : 1948 - 1952


Luther HARRIS EVANS (nationalité américaine) : 1953 - 1958


Vittorino VERONESE (nationalité italienne) : 1958 - 1961


René MAHEU (nationalité française): 1962 - 1974


Amadou MAHTAR M'BOW (nationalité sénégalaise) : 1974 - 1987


Federico Zaragoza MAYOR (nationalité espagnole) : 1987 - 1999


Koïchiro MATSUURA (nationalité japonaise) : Elu en novembre 1999


>>> Son blog, sa page Wikipédia

8 commentaires:

Anonyme a dit…

Il est bien connu que le terme antisémite désigne spécifiquement la haine des juifs. C'est un terme qui date de la fin du 19ème siècle. Dire qu'on n'est pas antisémite car on est soi-même sémite ne prouve rien. Quant aux citations des trois auteurs, j'attends que vous prouviez qu'elles sont inventées.

Anonyme a dit…

Inventées ou pas, ces propos sont non seulement fondées mais en rien choquants.

Anonyme a dit…

Ce n'est pas à celui qui est calomnié de prouver qu'il n'a jamais dit ce qu'on lui reproche, mais à ceux qui calomnie d'apporter les preuves qu'ils n'inventent pas des propos qu'ils attribuent ensuite à celui qu'ils calomnient. Ensuite oui les arabes sont sémites que ça vous plaise ou non.

Alors le fait qu'on nous bassine avec l'antisémitisme comme de l'anti-juif, n'empêche pas que la majorité des israéliens ne sont même pas sémites car d'origine européenne, et que le plus grand racisme en ce moment est celui envers les arabes et les musulmans, qui eux sont sémites, mais qui n'ont pas le droit de désigner ceux qui les haïssent d'antisémites, alors que ce serait le terme le plus approprié, car les juifs se le sont accaparé, d'autant plus qu'ils sont en quelques sortes les têtes pensantes et les leaders de cette haine des musulmans téléguidée depuis Israel.

Anonyme a dit…

"C'est un terme qui date de la fin du 19ème siècle. Dire qu'on n'est pas antisémite car on est soi-même sémite ne prouve rien"

C'est navrant de lire ce genre de commentaires. On doit apporter la preuve que cet égyptien n'est pas anti-juifs, alors que les membres de ce trio puant ne se cachent d'avoir proféré des attaques islamphobes. Ce sont des juifs, donc ils ont le droit.

Ces citations, qu'elles soient vraies ou inventées sont prouvées tous les jours en Palestine occupée : entre génocide, vols et destruction, tous les justes et humanistes de ce monde doivent condamner ces exactions et ils n'ont pas à s'en excuser !

SANSVOIX a dit…

Qu'on le sache, qu'on se le dise, qu'on se le répète : ARABE et JUIF (pensez plutôt JUIF = ISRAEL) sont du MEME SANG PATERNEL D'ABRAHAM. Ils sont donc frères sémites.

Sarah (l'épouse légitime d'abord stérile) et Esther (servante pulpeuse et ventre fécond) n'ont pas volé leurs enfants respectifs, tous produits de leur copulation avec le Patriarche ABRAHAM.

Le premier est l'ascendant des Juifs (Israéliens), les second est celui des Arabes...

Quant aux TROIS RELIGIONS monothéistes - qu'on désigne comme telles, comme si elles étaient les seules à l'être -, toutes les TROIS sont SEMITES (Abraham, Jésus, Mahomet).

Les savants les appelleraient toutes les trois les religions abrahamiques

Quant aux deux fils d'ABRAHAM, n'est-ce pas faire preuve d'antisémisme primaire que de méconnaître la qualité sémite de son demi-frère, de l'un ou de l'autre ?

ASV

Anonyme a dit…

@Sans voix :

Je suis d'accord que tous les sémites descendent d'Abraham. Le problème est que des européens convertis au judaïsme sont venus raconter qu'ils sont descendants d'Abraham donc sémites alors qu'ils sont juste convertis à la religion judaïque sans aucun lien généalogique avec les descendants d'Abraham.

Hors ce sont ces européens convertis qui ont volé la terre des palestiniens soit disant parce qu'ils seraient les descendants des enfants d'Israel, alors que c'est absolument faux.

Donc non je ne suis pas d'accord sur le fait que les israéliens actuels soient les descendants d'Abraham.

SANSVOIX a dit…

@ Anonyme,

C'est vrai qu'il y aurait une approche intellectuel de sémitisme qui serait une construction intellectuelle des sommités intellectuelles formées en Europe, à côté de ce qu'on doit considérer comme un sémitisme de descendance naturelle sur la terre de la Palestine et d'Israël (pensez à tous ceux sémites qui habitaient ces lieux avant 1948 !)

Il y aurait donc un sémitisme intellectuel, de combat et qu'on peut reconnaïtre ou méconnaître à l'autre, d'un côté et un sémitisme naturel qu'on contesterait tant qu'il ne se vivrait pas en Juif et en Israëlien.

Voilà pourquoi peut-être est contestée la qualité de sémitisme aux Arabes (ils ne sont pas Juifs, ils ne sont pas Israêliens !)

Cependant, il y a des citoyens israliens qui sont Arabes. Sont-ils musulmans, juifs,chrétiens ?

Ils peuvent certainement être tout cela, mais alors pourquoi, seule la qualité commune de sémite à tous, leur serait-il méconnue ?

ASV

SANSVOIX a dit…

Ils sont "forts" ces intellectuels!

A la Télé (Soir 3 du 28/05/2009) Claude LANZMANN semble ne pas imaginer, voire ne pas souhaiter la réussite de la politique d'OBAMA au Moyen-Orient dans sa volonté de voir se créer l'Etat de la Palestine et dans l'immédiat de faire cesser les colonisations, car selon lui, OBAMA ne serait pas le premier à tenter quelque chose de ce genre en Israël.

Il faut croire qu'OBAMA n'en soit pas dupe non plus qui semble ne pas être friand des triples poignées des mains de "paix des braves" entre l'Autorité Palestinienne, les Premiers Ministres d'Israël et le Président des Etats-Unis au centre, sur le perron de la Maison Blanche.

Car, en effet, à la longue cela devenait de la mascarade, d'où, peut-être, son choix de recevoir séparément le Premier ministre d'Israël et l'Autorité de la Palestine.

Quant aux colonisations des terres de la Palestine, Claude LANZMANN rectifie qu'il n'a jamais été question de colonisation mais d'implantations "pacifiques" (kibbuttzim) sans "domination" de type colonial comme ce fut le cas dans des colonies européennes d'Afrique

En France les intellectuels sont oints d'huile sacrée qui leur permet de dire voire imposer ce qu'ils veulent.

ASV