lundi 25 mai 2009

DROIT DE REPONSE: ALAIN MABANCKOU REPOND A ALLAIN JULES.

Alain Mabanckou
L'écrivain Alain Mabanckou a décidé de mettre les choses au point. Démocrate et républicain respectant la liberté d'expression et la déontologie journalistique sur le droit de réponse, voici donc sa réplique, suite aux propos que j'ai tenu ce matin dans cet espace de liberté et sur le JDD.fr. L'autre personnage, Versac pour ne pas le nommer, a plutôt menacé le JDD de procès, s'estimant diffamé alors que je donne simplement une information sur la mévente de son opuscule.





Cher Monsieur,

J'ai lu avec intérêt votre texte paru sur le site du JDD.fr et dans lequel vous soulignez que mon roman fut un "échec cuisant". Cela me surprend, je vous l'avoue.

Que le livre ne vous ait pas plu, je respecte cette sensibilité qui, d'ailleurs, garantit l'indépendance du lectorat et de la critique. Un écrivain ne doit jamais répondre à une telle perception des choses...

Par conséquent, si l'échec que vous évoquez concerne la déception que vous avez ressentie en lisant le texte, cela est une sensibilité de lecteur - et je vous concède cette liberté.

Par contre si l'échec en question concerne la vision commerciale du livre, je pense que je peux vous rassurer : Black Bazar se "comporte" bien en librairie en France et dans les pays francophones et continue son chemin. La parution en poche est prévue en début d'année prochaine. Il est en librairie depuis 5 mois. Tiré à 25.000 exemplaires, il a été réimprimé trois fois, racheté en quatre langues étrangères à ce jour (y compris en Allemagne où je n'avais jamais été traduit), racheté et réédité également en édition Grand Livre du mois (en février dernier) et en édition audio chez Audiolib (paru ce mois, le 13).

Enfin, j'ai décliné une offre de film-télé parce que je ne souhaitais pas caricaturer ce que j'avais estimé comme un univers très personnel et que je privilégie le théâtre - comme ce que j'ai fait pour Verre Cassé (trois différentes adaptations).

Je tenais simplement à vous le préciser et, croyez-moi, ce qui importe à ce stade c'est sans doute le travail que vous faites, celui de la vulgarisation de la culture et de la défense de la liberté (j'ai vu quelques images et documents sur le net, ne vous connaissant pas et n'ayant jamais entendu parler de vous jusqu'à ce jour).

Je vous prie de croire à l'assurance de me ses salutations distinguées,

Alain Mabanckou


-------------------------------------------------------------


Monsieur Mabanckou,


Merci pour ces précisions et, après vérifications, les informations sont exactes à 99%. En réponse, juste ces deux mots. Selon nos informations, votre livre s'est vendu à ce jour à très exactement 27 288 exemplaires. Donc, les rééditions (3) sont assez surprenantes compte tenu du premier tirage à 25 000 copies...


Cordialement.

2 commentaires:

SANSVOIX a dit…

Un film sur "BLACK BAZAR" ?

L'auteur du romam Allain MABANCKOU a refusé pour éviter de la caricature.

Bravo, Monsieur Alain MABANCKOU !

L'on s'est donc précipité sur "Black BAZAR" pour en faire un film tout de suite , le filon de la caricature des Noirs il n'y a que ça qui marche pour les Blacks en France.

Comme vous savez , je n'ai jamais vu le film "Black mic-mac", car la bande-annonce montrant une famille noire "élevant(?)"
des poules dans un appartement m'avait revulsé.

Je ne l'ai jamais vu, dommage car j'aime l'acteur Isaac de BANCKOLE.

Mais qu'on se rassure, ne l'avoir pas vu de ma part,cela n'a pas porté préjudice au film, d'abord parce que je ne suis pas critique de cinéma et ensuite parce que je ne suis qu'un illustre et vague anonyme inconnu !

Mais au fait où en serait-on avec le projet de film "Code Noir" de Dieudonné MBALA MBALA ?

Ce fort possible qu'un tel film ne pouvait être ni comique ni caricatural et forcément que peu commercial !

ASV

Anonyme a dit…

J'étais une fidèle lectrice de Allain Mabanckou, mais depuis qu''il a eu l'indécence de se rendre en Israel pour s'y faire remettre "un pseudo prix" juste après la barbarie qui a eu lieu à Gaza et, malgré les vives protestations ,je ne lirai plus un seul de ses livre comme je le lui ai signifié dans un mail qui lui était destiné.