mercredi 13 mai 2009

IRAN : L'INCROYABLE OBSCURANTISME !

Certains étrangers « open mind », pas ceux qui voient généralement le mal partout ailleurs sauf chez eux, n’ont pas un jugement tranché sur l’ancienne Perse. Entre ires, rires et sourires, les amalgames les plus abscons accompagnent parfois une vision binaire alliant toujours le bien pour soi et le mal pour l’autre. Donc, voici une vision à contre-courant de ce que l’on peut lire, entendre ou voir à la télévision. L’Iran n’est vraiment pas le mal absolu loin s’en faut. Oui, ils vous parleront des restrictions sur les libertés individuelles, de la peine de mort toujours en cours, du manque de démocratie etc. Pourtant, faut-il parler de certains évènements franco-français prouvant que la démocratie tant vantée n’est finalement qu’un leurre. Du côté états-unien même, les autistes ne vous diront jamais que la peine de mort y existe et que le Patriot Act de Bush est toujours en cours et que, les homosexuels ne sont pas aussi tolérés que ça, même en France d’ailleurs…


Du côté de l’Iran, aller au mont Davadand skier sur les pistes de la station de Dizin, y draguer de jolies filles sans voiles, fait partir du monde des possibles dans ce pays, loin de l’obscurantisme dont nous habillent les bien-pensants dans une propagande insipide. De voir ces filles avec des bonnets de laine Gucci, Armani et autres, parlant un anglais impeccable étonne et détonne. Certaines n’ont même pas parfois de voile. Fait aussi étonnant, elles arborent à leurs pieds, des pompes… « Salomon » pour skier, et non une marque iranienne inconnue au bataillon. Toute cette vue des choses fait forcément plaisir. On comprend que cette jeunesse dorée-là rêve d’Occident ou plutôt vit à l’occidentale. L’Iran n’est saurait être ce pays tant décrié où, personne ne peut rien faire ou dire. C’est de l’ordre d’une propagande ridicule.

Quel message veulent faire passer les rois du poker menteur dont la dichotomie fait froid dans le dos lorsqu’on découvre que des sociétés occidentales sont très bien implantées sur place pour leur business ? Nous présenter dans la constance et de façon sinusoïdale leur vision sociétale est hypocrite. Ils croient détenir la vérité et pour se faire entendre, utilisent l’art du mensonge et de la diabolisation. L’Iran n’est pas un pays parfait mais, la perfection existe-t-elle ailleurs ? Sur le plan religieux, la société occidentale indique qu’en Iran, la minorité Bahaïe issue de l’Islam chiite (400 OOO membres) est discriminée. La liberté religieuse existe-t-elle vraiment en France ? On assiste ces derniers temps à un acharnement ridicule sur les Eglises évangéliques. En Iran, ils ne préciseront jamais que la communauté juive vit sereinement, pratique sa religion et qu’une Synagogue n’a jamais fait l’objet d’une attaque comme en France, tiens. Et là, l’endoctrinement trouve directement ses limites lorsqu’on aborde le sujet du « petit Hitler raciste » perse, Mahmoud Ahmadinejad qui veut soi-disant, l’éradication des juifs. Pourquoi ne commence-t-il pas par chez lui ? Mystère.

Au-delà de la libération sans condition de la sublime journaliste irano-américaine Roxana Saberi qui dément fermement le supposé activisme anti-américain qui renaîtrait en Iran, vous ne serez pas au bout de vos surprises. Oui, il a fallu l’arrivée d’un homme, Barack Hussein Obama, pour créer cette nouvelle détente. Du coup, dans tous les esprits iraniens, les Etats-Unis ne font plus partir du camp du « grand Satan ».L’improbable campagne d’intoxication commence à trouver des imites et finalement, on découvre que la démocratie iranienne fonctionne plutôt bien avec l’innovation qui survient pour l’élection présidentielle du 1é juin prochain avec même un débat télévisé entre les candidats pilotées par
IRIB (Islamic of Iran Broadcasting) nous rapporte The Guardian. Ce n’est surtout pas chez l’allié américain de l’Arabie Saoudite qu’on trouvera cette liberté, cette innovation culturelle inspirée par…les Etats-Unis. Quel paradoxe !

Cette élection présidentielle compte déjà pas moins de 4 candidats avant que la commission électorale ne donne la liste définitive. Hormis Ahmadinejad le sortant, il y a entre autres, Mehdi Karroubi, ancien président du parlement, Mohsen Rezai, ancien commandant des Gardiens de la Révolution, Mir Hossein Mousavi, considéré comme le principal challenger et qui « expose » sa jolie épouse Zahra Rahnavard (photo) -fait nouveau-, lors de ses meetings. C'est la première femme iranienne à avoir été Chancelière d’Université. Les iraniens la surnomment même déjà…Michelle Obama.

Ah, il ne faut pas oublier de mentionner que l’Iran, avec son nucléaire est un danger planétaire. Baliverne, esbroufe et propagande encore. Au nom de quel principe, au nom de quelle idée l’Iran, lui, ne serait qu’un mauvais utilisateur du nucléaire…civil ? Quelles leçons peuvent donner la France, les Etats-Unis, la Russie, Israël, le Pakistan ou l’Inde en matière de nucléaire à l’Iran ? De qui se moque-t-on ? Pourquoi les autres et pas lui ? Est-ce l’Iran qui colonise la Palestine ? Est-ce l’Iran qui a envahi l’Afghanistan au « nom de la liberté » et l’Irak ? Est-ce l’Iran qui sévissait en Tchétchénie ? Il faudra bien qu’un jour, on mette fin à ce manichéisme caricatural qui veut qu’on se choisisse un ennemi potentiel, toujours, pour vouloir exister d’une façon ou d’une autre en mentant outrageusement. L’Iran est finalement moins dangereux que ces pays qui mettent les autres en esclavage, critiquent, tuent, colonisent, et ensuite parle de démocratie, de liberté et de civilisation. Laquelle, celle de la mort ?

1 commentaire:

Brainware a dit…

Votre article intéressant parce que dévoilant un aspect trop rarement évoqué au sujet de l'Iran me surprend néanmoins quelque peu.
Je connais bien l'Iran depuis plus de dix ans et y ai vécu plusieurs mois dans la famille de mon épouse. J'y séjourne encore régulièrement.
Résumer l'Iran à ce que vous avez pû observer au nord de Tehran ou dans la station de ski huppée de Dizin me paraît tout aussi caricatural que le discours traditionnel des medias occidentaux !
Sans doute n'avez-vous pas vu que, par exemple à Vanak - place commerçante à la lisière du quartier "riche" du nord de Tehran, la police religieuse est omni présente et procède journalement à de nombreuses arrestations, généralement de jeune femmes, au prétexte qu'elles seraient maquillées, fussent légèrement. Pas plus que vous n'avez observé le manège de Bassidji, cette police composée de civils endoctrinés hyper-religieux, généralement jeunes et peu éduqués, qui arrêtent les jeunes semblant s'amuser un peu trop gaiement.
L'Iran et son immense culture est infiniment plus complexe que ces clichés rapportés par des touristes qui ne voient que les beaux quartiers de Tehran.
Il faut circuler en dehors de la capitale, rencontrer les citoyens, entendre leurs difficultés à boulcer un budget alors que l'inflation officielle est de près de 30 %. Il faut savoir qu'une jeune secrétaire à Tehran gagne péniblement 250 euros par mois alors qu'un loyer pour un appartement modeste est de 400 euros et implique le dépôt d'une sorte de garantie de 10 à 20 mille euros.
Quant au système politique, il n'a de démocratique que les apparences. Vous dites que quatre candidats se présentent aux prochaine élection. En fait ils ont fait acte de candidature... Mais celle-ci doit enore être acceptée par le Conseil Suprême, c'est-à-dire en fait l'Ayatollah Khamenei. Sans son imprimatur, nul nepeut être candidat. Ce qui lui permet d'exercer, par personne interposée, un pouvoir dictatorial absolu.
J'aime le peuple persan et ce magnifique pays. Mais je ne sais comment ni quand les Persans pourront retrouver la liberté qui leur permettra d'établir à nouveau des liens avec la culture occidentale qui, pour une large part, est née en Perse !