lundi 20 juillet 2009

GABON : ALI BEN BONGO LE PRESIDENT CHANTEUR.



Voici le spot de campagne du futur président gabonais. Et dire qu'il fut chanteur dans sa jeunesse.




Actuellement donc, au sein du PDG, au moins trois “barons” du parti, André Mba Obame, ainsi que l’ex-Premier ministre Jean Eyéghé Ndong, ont défié son choix et se sont déclarés pour la course à la présidence de la République, sans étiquette.

S’il est élu, le fils Bongo et de l’ex première dame, la chanteuse Patience Dabany, lui-même ancien chanteur qui avait sorti un disque en 1977 intitulé “A Brand New Man”, la page ne sera pas tournée.




3 commentaires:

SANSVOIX a dit…

Chanter est donné à tout le monde, mais il y a ceux qui chantent bien et ceux qui chantent faux.

Il en va de même avec la direction d'un pays.

Si l'on est en démocratie il appartient à tout le monde d'avoir l'ambition de prétendre à toute fonction administrative ou élective...

Mais, prétendre à diriger un pays en plus des capacités et des compétences qui sont nécesaires, il faut suffisament avoir conscience de la tâche...

Malheureusement en Afrique une pente glissante s'est engagée où l'on sollicite la direction d'un pays non pas comme un service à rendre au pays, mais comme un emploi carriériste à exercer à vie.

A partir de là la vision de l'ambition change totalement, une fonction à exercice limité dans le temps devient un emploi à vie.

Et en Afriqe la vision d'un mploi à vie est telle que ceux qui sont au pouvoir desarticulent les constitutions de leurs pays pour s'y éterniser.

Et lorsque la mort intervient croyant libérer les pauvres peuples d'Afrique de ses dictateurs, ces derniers se seraent déjà arrangés pour transmettre la dictature à leurs rejetons.

Je conseilerais volontiers Barack OBAMA de ne s'occuper que des Etats-Unis d'Amérique et de ne pas perdre son temps avec l'Afrique.

Il devrait laisser l'Afrique continuer à se patauger dans ses travers, car les dirigeants africains n'entendent jamais un langage de raison, ils sont autistes et diaboliques.

Si les présidents Joseph KABILA (RDC), EYADEMA (Togo) et sans doute le futur Ali BONGO (Gabon) et le Vice-premier Ministre MOBUTU (RDC) aient des talents, pourquoi pas, la seule chose dont on est sûr est qu'ils sont les fils de leurs pères et ils sont la prolongation des politiques de leurs pères...

Si ces pères ont développé leurs pays, les fils n'auraient qu'à transformer l'essai.

Dans le cas contraire, il est fort à craindre qu'ils ne creusent plus profondement ancore le sous-dévelopement de leurs pays respctifs.

Le népoptisme c'est le nouveau fléau, une épidémie pire que le SIDA pour l'Afrique !

ASV

Allain Jules a dit…

@Sans Voix,

Toujours très profond. Eh oui, le népotisme a tué l'Afrique.

De peur d'altérer ta prose, je stoppe là.

@+

Anonyme a dit…

ali/alain bongo pt succeder à son pere, comme m6 à succedé à son pere,assad à son pere, abdallah à son pere,la releve ds ces pays est en marche,bientot le fils moubarak , le fils lybien et ts les fils des chefs d'etats actuels africains...

mother fucker's them...

vive les peuples Africains et Maghrebins...

strym.