mardi 22 septembre 2009

AHMADINEJAD LE PROVOCATEUR ET LE POKER MENTEUR D'ISRAËL.


Il est quand même un peu trop provocateur le petit Mahmoud, non ? Rassurez-vous, il s'agit de Ahmadinejad, le nationaliste de Téhéran, pas du corrompu de Ramallah et traitre à son peuple, Abbas. "L'homme fort" de Téhéran donc, pour les Occidentaux, alors qu'il ne vient qu'à la 3e place comme personnalité dans son pays, a de nouveau lancé un pavé dans la mare et en est fier. Fichtre. Dans le même temps, Israël, lui, est épinglé par la conférence générale de l'AIEA qui se dit "préoccupée" face à l'arsenal atomique d'Israël et par le rapport du juge sud-africain d'origine juive, Richard Gladstone dont la propre fille affirme qu'il a été clément envers Israël. Ces histoires ressemblent à celle de l'arroseur arrosé, non ? Caramba !

Ce n'est un secret de Polichinelle pour personne. Ahmadinejad est l'un des antisionistes les plus réactionnaires qui soient. C'était un secret de Polichinelle. Aujourd'hui, c'est un scoop: Israël a un arsenal nucléaire. Ce n'est ni confirmée ni démentie officiellement. Dans une résolution du 18 septembre dernier à Vienne en Autriche, l'AIEA ( Agence internationale de l’énergie atomique) a appelé Israël à abandonner l'arme nucléaire. le vote a recueilli 49 voix pour, 45 voix contre et 16 absentions. Hier, le vice-ministre des Affaires Étrangères israélien a démenti les propos du président russe Dmitri Medvedev qui, dans un entretien accordé dimanche à la CNN a cité son homologue israélien Shimon Peres qui affirmait qu'Israël ne frappera pas l'Iran. Est-ce l'origine de la sortie ubuesque sur l'holocauste de Mahmoud Ahmadinejad ?

Après la chienlit, le président iranien fraichement élu se rend à New-York ce jour, semble-t-il, pour délivrer à l'ONU, un message de paix, après avoir déclaré que la Shoah était un mythe. La phrase choc qui clôture l'ensemble de sa déclaration est la suivante: "Si vous prétendez que l'holocauste est une réalité, pourquoi ne pas autoriser une étude?" Une façon de dire que si c'était vrai, il ne devrait pas avoir d'interdit. Cet homme a l'art de la provocation et sa subtilité et son cynisme sont sans fin. C'est vraiment un stratège du mauvais goût qui sait faire parler de lui toujours au bon moment. Il sera visiblement l'attraction à l'ONU où les autorités onusiennes font tout leur possible que le président américain, Barack Obama ne le croise pas dans les couleurs de l'Institution. Ahmadinejad c'est un coup de massue sur la tête de ceux qui le combattent bec et ongles, à l'image de Amir Jahanchah, homme d'affaires et auteur du pamphlet anti-Ahmadinejad intitulé « ‘‘L’Hitler iranien’’ (en finir avec la dictature d’Ahmadinejad) », publié aux éditions Gawsevitch.

Pour Israël donc, le coup est rude. Les États arabes sont accusés d'avoir réussi à faire passer un texte condamnant enfin l'État hébreu. Mais un bémol, celui-ci ne serait pas contraignant . Mais, Israël refuse d'entendre parler du Traité de non-prolifération (TNP) et placer ses sites nucléaires sous les garanties de sauvegarde de l’Agence internationale de l’énergie atomique. Du coup, on comprend mieux cette volte face alors que ce pays exige que les autres en fassent autant. Du côté de l'AIEA, on se dit soulagé. Il y a pourtant quelques jours, des Etats-Unis en passant par Israël et la France, les autorités avaient accusé Mohamed el-Baradei d'avoir dissimulé des preuves sur le nucléaire iranien. Un mensonge abyssal pour dénigrer un pays dont on a aucune preuve. N'assistons-nous pas encore-là, à la même propagande qui a vu l'Irak puis l'Afghanistan occupés avec les résultats que l'on sait ? Les leçons du passé ne sont visiblement pas retenus.

L’Iran ne reconnaît pas Israël. Ce n'est un secret pour personne. Et, son représentant à l’AIEA Ali Asghar Soltanieh, s'est donné à coeur joie après le vote de Vienne. Il a jugé que l’arsenal israélien "est une menace potentielle pour la paix et la sécurité du monde" et sape la crédibilité du régime de non-prolifération. Ah, on a entendu la même prose du côté des Occidentaux qui ont pesé de tout leur poids pour empêcher ce vote en vain. Tel est pris qui croyait prendre ? Sans doute. En déclarant qu'il refuse d'adhérer au TNP et autoriser les observateurs internationaux à venir vérifier ses sites nucléaires, quelle est donc la différence entre Israël et l'Iran ? La communauté internationale (qui sait ce que c'est d'ailleurs) est dans l'embarras le plus total et ne sait plus à quels saints se vouer. Tiens, ça va se savoir ce "deux poids deux mesures" qui a un peu trop duré ? Même le rapport édulcoré Gladstone est refusé par Israël. Finalement, malgré des personnages controversés comme l'affreux Lieberman, l'Etat hébreu qui refuse aujourd'hui toutes les résolutions internationales peut-il donc donner des leçons aux autres Etats considérés comme voyous ?


Aucun commentaire: