mardi 1 septembre 2009

l'immaculé Hamid Karzaï, fraudeur, corrupteur, irresponsable.

Ils vont nous annoncer sans vergogne qu’il est le grand gagnant de l’élection présidentielle afghane dont tout l’Occident parle en chœur en termes élogieux. Ils disent qu’il est en avance après le dépouillement des bulletins dans la moitié des bureaux de vote, sans toute fois insister sur les fraudes massives et les intimidations des équipes Karzaï sur le terrain.….Ah, sans preuve, Mahmoud Ahmadinejad était l’homme à abattre, jugé comme un tricheur, ou encore traité de petit Hitler. Étonnant. N’est pas Karzaï qui veut, mais qui peut.


On entend dire depuis quelques temps qu’il y a, en Afghanistan, de légers soupçons de fraude pour l’élection présidentielle. De légers soupçons bien entendu. Abdallah Abdallah n’est pas bien sûr Moussavi qui, lui, avait raison de dénoncer les "fraudes massives" de Mahmoud Ahmadinejad. Mais, aucune preuve tangible renchérissent les médias, trouvant en cet homme, Hamid Karzaï, le président sortant, le père de la rectitude. On reste bien évidemment dubitatif devant ce laisser-faire abscons, ce silence assourdissant. Point de cris d’orfraie ni de plainte car, l’Iran n’est pas l’Afghanistan, ce dernier acceptant que ses ressources soient une propriété occidentale, notamment l’héroïne. Non, ils disent que ce sont les Talibans qui contrôlent ce commerce.

L’on couvre d’oripeaux flatteurs ce malfrat de Karzaï, pourvu qu’il fasse la volonté des forts. Est-ce pour mieux chloroformer la conscience et la volonté de résistance des peuples en adoubant quelqu’un qu’on pourra manipuler à loisirs pour qu’il s’oppose soi-disant aux Talibans ? Tout ça n’est pas sérieux. Tous les aboyeurs occidentaux n’ont qu’un seul problème : Ahmadinejad. Le reste leur importe peu. Pour preuve, les sorties prudentes des uns et des autres qui refusent volontairement d’égratigner leur chouchou. Heureux comme Karzaï tu meurs ! C’est le héraut afghan, le héros de tout un peuple qui veut en finir avec la mainmise talibane sur le pays dit-on ici et là sans vergogne. Il veut éradiquer le terrorisme mondial, préserver la sécurité dans le monde.

« Le faible gagne s’il ne perd pas. Le fort perd s’il ne gagne pas » dit l’adage. Sans avoir été plongé dans les fonts baptismaux de ses chers ayatollahs et autres mamamouchis de la pensée inique et unique, Karzaï va droit vers une deuxième victoire contestée et contestable dans la présidentielle afghane. Alors, c’est qui l’homme le plus fort d’Afghanistan ? Karzaï bien sûr. Lorsqu’on voit la lâcheté avec laquelle les pays de l’OTAN envoient les leurs à la mort, des hommes et des femmes qui n’ont rien demandé, on ne peut que se poser des questions. L’irréfragable ami des Etats-Unis, agent de la CIA disent ses détracteurs et homme fort de Kaboul ne perdra point.

Compte tenu de la Magna Carta ridicule qu’on impose au peuple afghan, il y a de sérieux doutes sur les motivations réelles de ceux qui ne disent rien sur l’immaculé Hamid Karzaï. Ce qu’on interprète en Occident comme étant du courage, c’est de l’esbroufe. Karzaï n’a pas hésité par peur, à tendre la main aux Talibans en vue de la constitution d’un gouvernement d’union nationale. Eh bien, il semble bien qu’il pactise avec eux quelque part. D’ailleurs, cet aspect de sa personnalité est vue comme s’il était le représentant du dialogue...

Alors que la Commission des plaintes électorales a reçu plus de 2500 plaintes au bas mot, alors que les résultats arrivent au compte-gouttes, alors que les résultats finaux truqués ne seront connus que d’ici le 3 ou le 7 septembre prochain, l’opinion publique internationale est déjà flouée car préparée à une seule éventualité. C’est Hamid Karzaï qui mène la danse. Il surpasse actuellement son principal adversaire. Le coude à coude n’est qu’une illusion lit-on dans des magazines plutôt sérieux sur la façade, mais hypocrite dans le fond...


2 commentaires:

Anonyme a dit…

il est en tete, pr controler l'opium...

strym.

nomade a dit…

merci pour votre avis concernant Khadafi sur mon blog suisse.
Pour Karzaï, c'est autre chose. Afghan de "bonne famille" il a été formé à l'école américaine. On l'a qualifié depuis longtemps de "maire de Kaboul" plutôt que de "président de l'Afghanistan".
Le rôle qu'il tient est celui d'un compromis entre l'Occident et l'Afhanistan. Pour les Afghans "purs" il est vendu à la cause de l'étranger. Pour les démocrates "pur jus" occidentaux, c'est une marionnette. Mais il est "moins pire" que la plupart des chefs de guerre qui font partie de son gouvernement. les élections dans ce pays sont nécessairement une parodie de démocratie qui ne correspond en aucune manière aux traditions afghanes. Je vois donc mal Karzaï, ni quiconque, s'en sortir avec les honneurs.