lundi 16 novembre 2009

ROYAL-PEILLON : LA VERITE CACHEE.


Le crime était presque parfait. La méthode aussi car, s'appuyer sur les adhérents d'EAG (l'Espoir à gauche) pour faire croire que Ségolène Royal était au courant de sa mise à mort, puisque ce dernier avait obtenu 29% au Congrès de Reims, le tour du magicien d'Oz aka Peillon, surnommé aussi "le serpent" par ses détracteurs était presque parfait mais pas trop. Derrière l'ire, la colère et le courroux non dissimulés de Vincent Peillon, son visage déconfis depuis 3 jours déjà et son annonce à la Confucius ou à la Nostradamus, c'est selon, sur Ségolène Royal qui "ne pourra pas faire gagner la gauche en 2012" s'étant elle-même "disqualifiée", se cache semble-t-il, en réalité, un échec cuisant. Ambiance.

-

Lire la suite

1 commentaire:

Citoyen r j a dit…

Merci pour ce rappel politique salutaire.
L'OPA du très-peu-électoral Vincent Peillon est pathétique et contredit l'étymologie de socialisate - socius : camarade (et dire qu'il se dit "philosophe", "amoureux de la sagesse) -.
Quant à moi j'étais à Dijon et Ségolène Royal a été, malgré l'ambiance des coulisses et le stress journalistique, sobre, discrète et attentive avec les simples citoyens présents.
http://sarkonorepublic1.canalblog.com/archives/2009/11/16/15814945.html

Cordialement !