jeudi 27 mai 2010

La profanation mémorielle de Nicolas Sarkozy.


C’est un fait sans précédent, une attaque au ras des pâquerettes, que dis-je, une profanation ubuesque de la mémoire d’une personnalité qui, elle au moins, sans contestation aucune, a été un véritable homme d’Etat, et non un nain politique, dans tous les sens du terme. On a assisté donc, avant-hier, à une violation ignoble des us et coutumes de la République. En s’attaquant à François Mitterrand, Nicolas Sarkozy a franchi le Rubicon. On peut faire reculer l’âge de la retraite sans s’en prendre à ses prédécesseurs. Une pensée pour les 53% de Français qui ont voté pour un homme qui n’est pas digne de les représenter, encore moins de représenter la France.


Lire la suite



Aucun commentaire: